Arte Magazine n°2021-06 6 fév 2021
Arte Magazine n°2021-06 6 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06 de 6 fév 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : vertiges de l'amour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
lundi 8 février ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 FÉVRIER 2021 12 5.00 M ZIGGY STARDUST AND THE SPIDERS FROM MARS Concert 6.30 M PHILOSOPHIE Résoudre un cas de conscience Magazine 7.00 ARTE JOURNAL JUNIOR 7.05 LEM GEO REPORTAGE Birmanie  : l’étonnant pont de bambou Reportage 7.50 M LE FLEUVE BRAHMAPOUTRE, DE L’HIMALAYA AU GOLFE DU BENGALE Tibet, de la source aux gorges Série documentaire 8.35 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 ER GEO REPORTAGE En Autriche avec les mordus du rail ; Mer Baltique, voyage au pays des grues cendrées Reportage 11.20 LM LE RHIN VU DU CIEL Le Rhin romantique ; Le Rhin vert Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS La marche de l’extrême droite en Pologne Reportage 13.35 M LES VIKINGS Film 15.30 EM PÉROU, LES CHEMINS SACRÉS Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission.c, 17.10 XENIUS Déchets radioactifs Magazine 17.35 E NOMADE DES MERS, LES ESCALES DE L’INNOVATION Malaisie, Rawang Série documentaire 18.05 L R CORBEAUX & CO. Malins comme des singes ! Documentaire 18.50 EM NOS VOISINS À PLUMES L’univers chamarré des oiseaux de jardin Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 ER SILEX AND THE CITY Darwin Rewind Série d’animation 20.55 LE CAS DU DOCTEUR LAURENT Film 22.45 LES RAISINS DE LA COLÈRE Film 0.55 R MRS. FANG Documentaire 2.20 R UNE BLESSURE OUVERTE Une autre histoire du cinéma allemand Documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première 3.55 M ARTE REGARDS La retraite au féminin – Les inégalités femmeshommes Reportage Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay 20.55 Cinéma Le cas du docteur Laurent Un médecin vantant une technique d’obstétrique novatrice attire sur lui méfiance et opprobre. Jean-Paul Le Chanois signe un plaidoyer émouvant pour l’accouchement sans douleur, avec Jean Gabin. COCINOR Une naissance sans douleur  : telle est la promesse que le docteur Laurent fait à ses patientes, grâce à une technique novatrice nommée « préparation psychoprophylactique à la naissance ». Mais les habitants de Saint-Martin, un petit village des Alpes, doutent des compétences de ce nouveau médecin parisien, attiré par le climat montagnard. Le soir de son arrivée, il a assisté à un accouchement éprouvant, qui laissera des séquelles à la jeune mère. Selon le docteur, cette souffrance aurait pu être évitée. Bientôt, Saint-Martin se divise en deux camps. Le premier, principalement des femmes, est ouvert aux méthodes du nouveau praticien. L’autre, principalement des hommes, condamne le « charlatan ». Bien que la méthode donne de premiers succès, le docteur Laurent est menacé de se voir retirer sa licence d’exercice de la médecine... SANS DOULEUR Jean-Paul Le Chanois a dédié son film, comme on peut le voir dans le carton final, aux « pionniers de la méthode psychoprophylactique d’accouchement sans douleur, pratiquée la première fois en France en 1952 ». La méthode, d’inspiration soviétique, avait été introduite dans l’Hexagone via le Parti communiste français, un an plus tôt. Outre la prestation de Jean Gabin, toujours impérial dans ses rôles de patriarche bonhomme, on appréciera le parti pris du film contre la mentalité conservatrice de la société masculine, pourtant peu concernée par le sujet... Le cas du docteur Laurent présente aussi la particularité de montrer, dans sa scène finale, un accouchement en gros plan, brisant ainsi un tabou cinématographique. Film de Jean-Paul Le Chanois (France, 1957, 1h50mn, noir et blanc) - Scénario  : Jean-Paul Le Chanois, René Barjavel Avec  : Jean Gabin (le docteur Laurent), Nicole Courcel (Francine), Silvia Monfort (Catherine Loubet), Henri Arius (le docteur Bastid) - Production  : Cocinex, Cocinor, Sédif Productions 14/2 I
1940 TWENTIETH CENTURY FOX FILM CORPORATION. RENEWED 1967 TWENTIETH CENTURY FOX CORPORATION. ALL R 22.45 Cinéma Les raisins de la colère L’adaptation du roman de John Steinbeck par John Ford qui dénonce, dans ce chef-d’œuvre d’humanisme, les ravages de la crise de 1929 à travers l’histoire d’une famille expulsée de sa ferme. Alors que dans les années 1930, outre- Atlantique, la Grande Dépression provoque un chômage massif et plonge des milliers de paysans dans la misère, Tom Joad, tout juste sorti de quatre années de prison, rejoint la ferme familiale dans l’Oklahoma. L’homme, incarcéré pour homicide involontaire à la suite d’une bagarre, découvre que les siens ont été dépossédés de leurs terres. Ensemble, ils partent à bord d’un camion délabré vers la Californie, une terre promise où les emplois abonderaient. Entre espoir et nostalgie de la vie qu’ils laissent derrière eux, les Joad vont connaître la misère et les désillusions au sein d’une Amérique dévastée. ROAD-MOVIE SOCIAL John Ford, qui s’est d’abord illustré dans le western, expose une conquête de l’Ouest tout autre dans Les raisins de la colère. En effet, si la famille Joad se déplace bien dans cette direction, elle le fait à contrecœur, poussée par la perte de ses terres. Dans une mise en scène millimétrée, le somptueux travelling qui révèle la détresse des habitants d’un camp de migrants marque une rupture avec les plans fixes qui le précèdent, et s’avère le point de départ de la colère de Tom Joad. Cette sensibilité constante contribue à faire des Raisins de la colère un grand film engagé, brossant le portrait fidèle d’un pays asphyxié par la crise. Meilleurs réalisateur et second rôle féminin (Jane Darwell), Oscars 1941 (The Grapes of Wrath) Film de John Ford (États-Unis, 1940, 2h03mn, VF/VOSTF, noir et blanc) - Scénario  : Nunnally Johnson, d’après le roman éponyme de John Steinbeck Avec  : Henry Fonda (Tom Joad), Jane Darwell (Ma Joad), John Carradine (Jim Casy), Charley Grapewin (Grandpa Joad), Dorris Bowdon (RosasharnRivers), O.Z. Whitehead (Al Joad) Production  : 20th Century Fox ARTE diffuse aussi avec Henry Fonda La bataille des Ardennes le dimanche 7 février à 20.55. WANG BING 0.55 La lucarne Mrs. Fang L’agonie d’une ouvrière agricole entourée de ses proches, dans un village de Chine. Un film coup de poing de Wang Bing (À l’ouest des rails) couronné d’un Léopard d’or au Festival de Locarno. Veuve depuis plusieurs années, Fang Xiuying, 68 ans, est née à Huzhou, dans la région du Fujian. Les dernières années de cette ancienne ouvrière agricole ont été marquées par la maladie d’Alzheimer. Après avoir été hospitalisée en 2015, elle a été renvoyée chez elle pour y mourir. Dans la pièce aux tristes murs où elle est alitée, famille et voisins défilent à son chevet. Certains lui prennent la main. Une de ses filles la masse délicatement ou la nourrit avec une seringue. On prononce son nom, on s’inquiète aussi  : « Fang Xiuying, tu me reconnais ? » Ses petits-enfants et quelques proches ont fait la route depuis la ville pour lui dire adieu. Mais la mort est longue à venir... DERNIERS MOMENTS Après Argent amer et Seules dans les montagnes du Yunnan, Wang Bing continue d’ausculter les grandes mutations de la société chinoise, au plus près de ses membres les plus vulnérables. Le cinéaste chinois, qui filme toujours en totale immersion avec ses personnages, a passé plusieurs semaines au chevet d’une femme condamnée par la maladie, captant ses derniers moments et la manière dont ce microcosme paysan constitué de proches et de voisins accompagne son interminable agonie. Contemplant longuement le visage de Mme Fang, comme pour y saisir le mystère de la mort qui va la soustraire aux siens, il filme aussi autour d’elle le bouillonnement d’une vie intense qui garde ses droits  : les conversations sur le choix du lieu de l’inhumation, les commentaires anxieux suscités par l’absence du seul petit-fils de la mourante, l’évocation décousue de ce qu’a été son existence. Des sons familiers surgissent d’une pièce voisine, la petite musique d’un jingle à la télé ou celle d’un courriel que l’on envoie. C’est le monde de Mme Fang, celui auquel elle a toujours appartenu, et dont elle a déjà pris congé. Léopard d’or, Locarno 2017 Documentaire de Wang Bing (France/Chine, 2017, 1h27mn) Production  : Idéale Audience, Wil Productions, Documenta 14, en association avec ARTE France-La lucarne - (R. du 13/11/2017) lundi 8 février ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 FÉVRIER 2021 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :