Arte Magazine n°2021-03 16 jan 2021
Arte Magazine n°2021-03 16 jan 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-03 de 16 jan 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : winter of oceans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
vendredi 22 janvier ARTE MAG N°3. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 JANVIER 2021 24 5.00 M TRACKS Magazine 5.35 M XENIUS Les limites du corps – Jusqu’où l’homme peut-il aller ? Magazine 6.05 M ARTE REPORTAGE Magazine 7.00 ARTE JOURNAL JUNIOR 7.05 EM GEO REPORTAGE Huskies, top départ ! Reportage 7.50 EM LA VIE CACHÉE DES ANIMAUX DE LA FERME Hiver – À l’abri Série documentaire 8.35 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 M SOUS-MARINS (1 & 2) Le mythe des profondeurs ; Risque en eau profonde Documentaire 11.10 LM À QUI APPARTIENNENT LES OCÉANS ? Documentaire 12.20 EM HABITER LE MONDE Chili, l’île de Chiloé, le savoir-faire du bois Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS En Pologne, un élevage de pur-sang menacé Reportage 13.35 DM ORGUEIL & PRÉJUGÉS Film 15.45 L R LES ROUTES MYTHIQUES DE L’EUROPE La Via Romana en Suisse Série documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.15 XENIUS Chercheurs amateurs – Quand pros et passionnés se complètent Magazine Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Z ce 17.45 R SURFEUSES ET REBELLES Hawaï Série documentaire 18.15 R AU LARGE DE L’IRLANDE Baleines et requins en eaux profondes Documentaire 18.55 EM CINQUANTE NUANCES DE REQUINS Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.51 ER SILEX AND THE CITY Les fables de l’ADN Série d’animation 20.55 L DR LE SOUVENIR DE TOI Téléfilm (VF) 22.40 E LA VIE DE BRIAN JONES Documentaire 23.35 RONNIE WOOD  : UN DESTIN NOMMÉ GUITARE Documentaire 0.45 GYMNASTIQUE Franz Liszt, la première rock star Magazine 0.55 TRACKS Magazine 1.25 ER STING & SHAGGY AU CHÂTEAU D’HÉROUVILLE Concert 2.25 EM STREETPHILOSOPHY Prends une décision ! Magazine 2.50 R LA FRESQUE Ballet 4.05 M ARTE REGARDS Les algues attaquent Reportage Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première TOM TRAMBOW 20.55 Fiction Le souvenir de toi D’Auschwitz à New York, le destin d’un couple polonais ballotté par la petite et la grande histoire. Auschwitz-Birkenau, début 1944. Tomasz Limanowski, prisonnier politique polonais et catholique, rencontre Hanna Silberstein, déportée d’origine juive. Tombés amoureux, ils se voient en cachette. Quand Hanna découvre qu’elle est enceinte, Tomasz parvient à s’enfuir avec elle. Bravant les dangers, ils atteignent la propriété familiale de Tomasz. Mais la prudence est de mise car la maison a été réquisitionnée par la Wehrmacht et Stefania, la mère de Tomasz, est une antisémite convaincue. Le jeune homme rejoint son frère dans les rangs de l’armée secrète polonaise. Lorsqu’il revient chez lui, sa mère lui annonce que Hanna est morte, alors que cette dernière, croyant Tomasz disparu, s’est mise en marche vers l’ouest et a été recueillie par un convoi de la Croix-Rouge... New York, Bronx, 1976. Hanna, qui s’est installée aux États-Unis après la guerre, a fondé une famille. Un jour, en regardant une émission de télévision, elle reconnaît Tomasz qui témoigne de sa vie à Auschwitz. Elle fait tout pour le retrouver. AMOUR PERDU La réalisatrice Anna Justice met ici en avant une facette essentielle de la mémoire des camps  : la manière dont le passé peut revenir hanter les victimes. L’histoire se construit ainsi autour de flash-back, car dès l’instant où Hanna voit l’image de Tomasz sur son poste de télévision, les événements de l’année 1944 surgissent à nouveau dans son esprit, la forçant à se mettre à la recherche de son amour perdu. Prix du public, UK Jewish Film Festival 2011, Hong Kong 2011, Los Angeles 2012, Zagreb Jewish Film Festival 2012 (Die verlorene Zeit) Téléfilm d’Anna Justice (Allemagne, 2010, 1h43mn, VF) - Scénario  : Pamela Katz - Avec  : Alice Dwyer (Hanna Silberstein), Mateusz Damiecki (Tomasz Limanowski en 1944), Dagmar Manzel (Hannah Levine), Shantel VanSanten (Rebecca Levine), David Rasche (Daniel Levine), Lech Mackiewicz (Tomasz Limanowski en 1976) Coproduction  : ARTE, Norddeutscher Rundfunk, Mitteldeutscher Rundfunk - (R. du 29/11/2013) 21/4 i
22.40 Pop culture Soirée Rolling Stones La vie de Brian Jones La gloire et la chute d’un génie de la musique, trop fragile pour le grand barnum du rock’n’roll. Un portrait sensible de l’âme des Rolling Stones. Il fut le premier ange (blond) déchu du rock. En disparaissant à 27 ans, noyé dans sa piscine le 3 juillet 1969, Lewis Brian Hopkins Jones, dit Brian Jones, inaugurait la liste macabre des étoiles filantes du rock  : Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison, Kurt Cobain, Amy Winehouse..., tous décimés au même âge par un mode de vie toxique. Pour ce natif de la station thermale anglaise de Cheltenham, coincé entre un père ingénieur et une mère prof de piano, l’adolescence annonçait toutes les transgressions à venir. Il délaisse l’école pour se consacrer au jazz et au blues, devient père par deux fois à 15 ans. Monté très tôt à Londres, celui qui compte parmi les premiers joueurs de slide guitar du Royaume-Uni ne tarde pas à s’intégrer dans le Swinging London. Il recrute des débutants nommés Mick Jagger, Keith Richards ou Charlie Watts, choisit le nom « Rolling Stones », définit le son garage et bluesy et inspire le côté mauvais garçon du groupe. Mais doté d’un tempérament Portrait tout en entretiens de l’infatigable guitariste des Stones, qui ne rechigne pas à évoquer ses démons. Il semble revenu de tout. Après plus d’un demi-siècle à déchaîner les foules, Ronnie Wood, 73 ans, le plus discret des Rolling Stones, n’a toujours pas raccroché sa guitare. Il s’est en revanche assagi, en se débarrassant des addictions qui l’ont longtemps poursuivi – le cancer qui lui a coûté une partie de son poumon gauche en 2017 ne lui laissait BOB BONIS ARCHIVE timide, peu sûr de lui, Brian Jones est peu à peu écrasé par la puissance créatrice du binôme Jagger/Richards. ENCOMBRANT FANTÔME Chronique d’une disparition annoncée... Brian Jones engendra ce qui allait devenir le monstre le plus colossal de l’histoire du rock, avant de perdre le fil, jusqu’à s’effacer, lentement mais inexorablement. Trop fragile, trop romantique et instable, cet esthète chic et décadent n’était pas de taille pour le grand « rock’n’roll circus » qu’il avait contribué à faire émerger. « L’âme des Stones », comme le décrit le bassiste Bill Wyman, en est devenu le fantôme blafard et encombrant. Sous la caméra de Patrick Boudet, acteurs de l’époque, amis, fins connaisseurs (le photographe Gered Mankowitz, Stanislas Klossowski, alias le prince Stash, le rockeur Elliott Murphy...) ou encore le propre père de Brian Jones racontent la descente aux enfers, lestée d’une addiction à l’alcool et aux drogues, de celui qui a pourtant illuminé la discographie des Stones de ses intuitions musicales. Le portrait sensible et nuancé d’une personnalité complexe. Lire page 8 Documentaire de Patrick Boudet (France, 2020, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Daghero Productions, La Générale de Production 15/1 28/1 23.35 Soirée Rolling Stones Ronnie Wood  : un destin nommé guitare EAGLE ROCK FILMS guère le choix. Alors que le septuagénaire partage désormais son temps entre la peinture, la musique et la vie de famille, Mike Figgis lui consacre un portrait documentaire riche d’entretiens, dans lequel le musicien, toujours pétillant et gouailleur, se souvient avec gourmandise de ses folles années, avant, pendant et après les Rolling Stones – qu’il a rejoints en 1975. Mike Figgis donne aussi la parole à un casting alléchant  : Keith Richards, Mick Jagger, Rod Stewart, Damien Hirst ou Imelda May. Documentaire de Mike Figgis (Royaume-Uni, 2019, 1h09mn) 21/1 22/3 0.55 Tracks Chaque semaine, Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes. Hans-Walter Müller Pionnier de l’architecture en plastique gonflable, l’Allemand Hans- Walter Müller mise tout sur le mou. L’architecte de 85 ans reçoit dans sa maison sphérique, digne d’un film de James Bond. False Prpht Originaire de Richmond, États- Unis, False Prpht élabore avec son acolyte Poozy, au sein du duo rap Prison Religion, une noise dystopique à base de cris stridents et de sirènes de police. Rencontre à la Gaîté lyrique, à Paris. True Lies Art Changer le regard du spectateur par de vraies fausses images, c’est la démarche de la Franco-Marocaine Randa Maroufi, qui reconstitue des instantanés partagés sur les réseaux sociaux pour en dévoiler le hors champ, ou de l’Allemand Julian Hetzeln, dont les installations interactives nous rappellent à notre responsabilité face au « porno de l’empathie ». Visar Morina Né au Kosovo, l’Albanais Visar Morina a fait de l’identité la pierre angulaire de son cinéma subtil. Rencontre autour d’Exil, son deuxième long métrage, présenté à la Berlinale, et primé à Sarajevo. Magazine culturel (France, 2021, 30mn) vendredi 22 janvier ARTE MAG N°3. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 JANVIER 2021 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :