Arte Magazine n°2020-38 12 sep 2020
Arte Magazine n°2020-38 12 sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-38 de 12 sep 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : no man's land.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
mardi 15 septembre ARTE MAG N°38. LE PROGRAMME DU 12 AU 18 SEPTEMBRE 2020 s 18 5.00 M VIRTUAL HURRICANE FESTIVAL 2020 Concert 6.35 M XENIUS Le hérisson Magazine 7.05 ARTE JOURNAL JUNIOR 7.10 LM GEO REPORTAGE Taïpan, le serpent le plus venimeux au monde Reportage 7.55 M TÉTRAS LYRE L’oiseau danseur des marais Documentaire 8.40 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.20 LM CUBA, L’ÎLE BLEUE Récifs sous haute surveillance Documentaire 10.15 LM CUBA, L’ÎLE VERTE Le paradis en sursis Documentaire 11.10 M UN RÊVE D’ÎLES La Sardaigne à vélo Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.40 DEM TOUT CONTRE ELLE Téléfilm 15.10 M LE NÉPAL, AUX PORTES DU CIEL D’Ilam à Katmandou ; De Manang à Bhimdatta Documentaire 16.35 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.15 XENIUS Les chauves-souris, fascinantes et menacées Magazine m m Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première 17.45 ER DES VIGNES ET DES HOMMES Allemagne – La vallée du Rhin Série documentaire 18.15 L ER LES PARCS NATURELS... EN MINUSCULE La Guadeloupe Série documentaire 18.55 L E LES PARCS NATURELS... EN MINUSCULE La Réunion Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 E BIG PHARMA Labos tout-puissants Documentaire 22.20 E ASIE CENTRALE, L’APPEL DE DAECH Documentaire 23.20 E LES AFGHANS, SACRIFIÉS AU NOM DE LA PAIX Documentaire 0.15 EM LE DESSOUS DES CARTES La Chine, la Russie et la mystérieuse OCS Magazine 0.30 M ARTE REPORTAGE Magazine 1.25 M UN FILM DRAMATIQUE Documentaire 3.10 EM DES VIGNES ET DES HOMMES – SAISON 2 Thaïlande – Le vignoble des tropiques Série documentaire 3.40 M ARTE REGARDS Reportage Multidiffusion Rediffusion m m m Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de fin de replay Soirée présentée par Émilie Aubry PREMIERES LIGNES TELEVISION/FILMS OF RECORD 20.50 Big Pharma Labos tout-puissants Plus riches et plus puissantes que jamais, les firmes pharmaceutiques orientent la recherche et le remboursement des soins. Enquête sur une industrie hors de contrôle, dont les intérêts ne coïncident pas toujours avec les impératifs de santé publique. On les surnomme les « Big Pharma »  : à eux seuls, les suisses Novartis et Roche, les américains Pfizer et Johnson & Johnson, et le français Sanofi contrôlent la majeure partie de la fabrication de médicaments. Pour conserver leur monopole, ces grands laboratoires minimiseraient, voire occulteraient, certains effets indésirables causés par leurs produits. En Europe, la Dépakine, un antiépileptique responsable de malformations congénitales et de troubles neurodéveloppementaux chez des enfants exposés inutero, est au cœur d’un retentissant scandale. Soupçonné d’avoir tardé à alerter les autorités sanitaires et les consommateurs sur ces risques pourtant connus, Sanofi a été mis en examen pour « tromperie aggravée », « blessures involontaires » et « homicides involontaires ». Aux États-Unis, où la crise des opioïdes fait des ravages (plus de cent morts par jour), les multinationales pharmaceutiques sont accusées d’avoir encouragé la prescription massive de ces antidouleurs en dissimulant leur caractère hautement addictif. En 2019, Johnson & Johnson a ainsi été condamné à payer 572 millions de dollars à l’État d’Oklahoma pour avoir mis en danger la vie de ses citoyens. Alors que l’industrie pharmaceutique bénéficie largement des innovations de la recherche publique, les prix des médicaments atteignent des sommets  : facturé 84 000 dollars aux États- Unis, où la tarification n’est pas encadrée, le traitement contre l’hépatite C coûte 24 000 euros en France, quand la nouvelle thérapie génique contre la leucémie commercialisée par Novartis avoisine les 300 000 euros. Entre intense lobbying et ententes illicites, les laboratoires déploient d’efficaces stratégies pour préserver leurs exclusivités, à l’instar du même Novartis, qui est parvenu à imposer sur le marché un médicament contre la DMLA (dégéné-
rescence maculaire liée à l’âge) quarante fois plus coûteux que son concurrent. COURSE AU BLOCKBUSTER À l’heure où la lutte contre le Covid-19 aiguise les appétits des mastodontes pharmaceutiques, Luc Hermann(Starbucks sans filtre) et Claire Lasko éclairent le nouveau paradigme à l’œuvre dans le secteur, entre concentration, financiarisation et course effrénée aux profits. À l’aide d’exemples documentés et de nombreux témoignages (de médecins, patients, journalistes, victimes et avocats, ainsi que d’un représentant de Sanofi et de l’ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine), leur enquête met en lumière la puissance démesurée des Big Pharma – « comparable à celle d’un État », selon le professeur François Chast –, les menaces qu’ils font peser sur les systèmes de santé publique, mais aussi les élans de résistance qu’ils suscitent, entre multiplication des procédures judiciaires et constitution de collectifs de médecins luttant contre la corruption dans le domaine de la santé. Lire page 8 Documentaire de Luc Hermannet Claire Lasko (France, 2020, 1h27mn) - Coproduction  : ARTE France, Premières Lignes 8/9 14/2/2021 22.20 Géopolitique  : les grands docus d’ARTE Asie centrale, l’appel de Daech Sur les traces d’un haut gradé militaire tadjik rallié à l’État islamique en 2015, une enquête sur la tentation djihadiste dans les ex-Républiques soviétiques d’Asie centrale. Au printemps 2015, le colonel Gulmurod Khalimov, chef des forces spéciales du Tadjikistan porté disparu depuis trois semaines, réapparaît dans une vidéo dans laquelle il proclame son ralliement à l’État islamique. Appelant les jeunes musulmans de son pays à le rejoindre en Syrie, il y martèle aussi son dégoût pour le pouvoir tadjik. Gulya Mirzoeva (Le savant, l’imposteur et Staline) a cherché à comprendre comment ce proche de l’autocratique président Emomali Rahmon, formé par la Russie En négociant avec les taliban leur désengagement après dix-neuf ans de conflit, les Américains ont sacrifié les droits d’une population afghane exsangue. Le bilan éloquent d’une guerre pour rien. Ce poignant voyage dans une terre ravagée par la guerre commence aux portes de Kaboul, dans le Wardak, à la rencontre des miliciens taliban qui tiennent la zone. Après avoir contraint Donald Trump, en février 2020, à négocier un accord de désengagement militaire, les combattants islamistes, qui contrôlent une large puis les États-Unis au combat contre le terrorisme, a pu ainsi rejoindre une organisation désignée comme l’ennemi absolu. Car le « cas Khalimov » illustre de manière spectaculaire les tentations islamistes radicales qui gagnent l’Asie centrale autrefois soviétique. Poussés par la misère, contraints d’émigrer vers la Russie, où ils sont exploités et méprisés, révoltés par la corruption et l’autoritarisme de leurs gouvernants, les jeunes musulmans de ces pays fragiles peuvent constituer, même après la défaite militaire de Daech en Syrie, un vivier de recrues pour l’organisation et son idéologie. La réalisatrice rencontre d’anciens proches de Khalimov, ainsi que différents analystes tadjiks. Entremêlant le destin du chef de partie du territoire, espèrent bientôt reprendre la totalité du pouvoir. Après 250 000 morts, des centaines de milliers de blessés, des déplacements de population massifs, que sont devenues les promesses brandies par George W. Bush quand, au lendemain du 11 septembre 2001, il a lancé l’offensive qui allait chasser Al-Qaïda du pays sans jamais venir à bout de la résistance de ses alliés locaux ? De la capitale ceinturée par les campements de réfugiés aux environs de Djalalabad, où le taux de malnutrition ne cesse de grimper, Alexandra Jousset capte guerre avec l’histoire récente et les enjeux géopolitiques méconnus de la région, elle pointe également le rapport ambigu que le régime tadjik entretient avec l’islam, et sa manière d’instrumentaliser une menace terroriste bien réelle pour mieux museler toute opposition. Documentaire de Gulya Mirzoeva (France, 2020, 54mn) - Commentaire dit par Romane Bohringer Coproduction  : ARTE France, Temps Noir 1/9 13/12 M 23.20 Géopolitique  : les grands docus d’ARTE Les Afghans, sacrifiés au nom de la paix VÉRONIQUE DE VIGUERIE TEMPS NOIR l’amertume d’une population exsangue, tout en disséquant les termes d’un accord qui n’a prévu aucune garantie pour préserver les fragiles acquis de deux décennies de présence occidentale. Alternant entretiens officiels (avec l’ancien président Hamid Karzaï, le porte-parole des taliban au Qatar Suhail Shaheen, l’inspecteur général américain pour la reconstruction de l’Afghanistan John Sopko...) et rencontres de terrain, elle dresse un bilan sans ambiguïtés de ce faux accord de paix, auquel le peuple afghan, une fois de plus, a été sacrifié. Une enquête aussi fouillée que sensible, portée par de splendides images, dont les photographies de la reporter Véronique de Viguerie. Lire page 4 Documentaire d’Alexandra Jousset (France, 2020, 54mn) Coproduction  : ARTE France, Capa 1/9 13/11 M mardi 15 septembre ARTE MAG N°38. LE PROGRAMME DU 12 AU 18 SEPTEMBRE 2020 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :