Arte Magazine n°2020-11 7 mar 2020
Arte Magazine n°2020-11 7 mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-11 de 7 mar 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Téhéran tabou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
lundi 9 mars ARTE MAG N°11. LE PROGRAMME DU 7 AU 13 MARS 2020 12 5.00 R ANNA NETREBKO ET PIOTR BECZALA DANS « LOHENGRIN » Opéra 6.40 EM PHILOSOPHIE Faut-il être viril pour être un homme ? Magazine 7.05 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 ER ESPÈCES ISOLÉES DES BALÉARES Documentaire 8.00 LEM LES MILLE ET UNE TURQUIE La côte méditerranéenne Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 L R GEO REPORTAGE Guyane, l’enfer vert des légionnaires ; Tunisie, les secrets des pêcheurs de poulpes Reportage 11.20 EM LA FABULEUSE HISTOIRE DE L’ÉVOLUTION Afrique, le rift albertin ; Bornéo Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.35 DEM HÔTEL FANTÔME Téléfilm 15.05 EM À LA RENCONTRE DES PEUPLES DES MERS Brésil, les Caiçaras – Les résistants d’Ilhabela Série documentaire 15.35 LES ÎLES AUSTRALIENNES  : UN PARADIS À DÉCOUVRIR Documentaire u Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première zc Disponibilité en ligne 16.25 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.05 XENIUS Comment sécuriser les tunnels ? Magazine 17.45 E À LA RENCONTRE DES PEUPLES DES MERS Madagascar, les Sakalava – D’une escale à l’autre Série documentaire 18.15 R LA RUSSIE VUE DU CIEL De Kazan à Vladivostok ; Kamtchatka Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 E TU MOURRAS MOINS BÊTE Le futur selon Tom Cruise Série d’animation 20.55 LER LE SAMOURAÏ Film 22.35 DIRTY PRETTY THINGS Loin de chez eux Film 0.10 GAME GIRLS Documentaire 1.30 EM LES BOURREAUX DE STALINE Katyn, 1940 Documentaire 3.05 M ARTE REGARDS Un village fantôme renaît dans les Pyrénées Reportage 3.40 M METROPOLIS Spécial Berlinale Magazine Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay 20.55 Cinéma Le samouraï Un tueur à gages tente d’échapper à la fois au « milieu » et à la police... Devenu mythique, ce film policier de Melville renouvelle le genre par sa touche dépouillée, désabusée et glaciale. Avec Alain Delon, fascinant. 1967 PATHE FILMS - EDITIONS RENE CHATEAU - FIDA CINEMATOGRAFICA Jef Costello, un tueur à gages, est engagé pour exécuter le patron d’une boîte de nuit. Alors qu’il remplit son contrat, Valérie, la pianiste de l’établissement, le surprend. Malgré l’alibi qu’il s’est forgé avec la complicité de Jane, sa maîtresse, Jef est suspecté par le commissaire, chargé de l’enquête. Quant à l’instigateur du meurtre, il aimerait bien se débarrasser de ce tueur qui en sait trop. Sur la passerelle où sa prime doit lui être versée, deux hommes tentent d’abattre Jef... DELON EN LARGE Le samouraï est une étape décisive vers l’abstraction glacée qui caractérise la dernière partie de la filmographie de Jean-Pierre Melville. La rencontre entre le cinéaste et Alain Delon, tueur à gages à la tristesse minérale, donne naissance à une œuvre désincarnée, une épure de film noir. Le minimalisme de l’action s’accompagne d’une stylisation extrême des costumes (l’imperméable et le chapeau de Delon) et surtout des décors. Les deux titres suivants avec Delon, Le cercle rouge et Un flic (ultime film de Melville et poème à la gloire de l’acteur), poursuivront cette approche fantasmatique du cinéma et des stars masculines. Car ces trois films sont aussi un écrin amoureux pour l’icône Delon, silhouette rigide et opaque, obsédée par la mort. Film de Jean-Pierre Melville (France/Italie, 1967, 1h35mn) - Scénario  : Jean-Pierre Melville, Georges Pellegrin - Avec  : Alain Delon (Jef Costello), Nathalie Delon (Jane Lagrange), François Périer (le commissaire), Cathy Rosier (Valérie), Jacques Leroy (le tueur de la passerelle), Jean-Pierre Posier (Olivier Rey), Michel Boisrond (Wiener) Production  : Filmel CICC, Films Borderie, TCP Paris, FIDA Cinematografica - (R. du 7/5/2001) ARTE consacrera une soirée au cinéaste, le dimanche 29 mars, avec le film Le deuxième souffle, suivi du documentaire de Cyril Leuthy, Melville – Le dernier samouraï.
STUDIOCANAL 22.35 Cinéma Dirty Pretty Things Loin de chez eux À Londres, un sans-papiers met au jour un ignoble trafic. Avec Audrey Tautou et Sergi López, l’exploitation de la détresse humaine, vue par Stephen Frears. Après avoir fui le Nigeria, Okwe travaille illégalement à Londres. Chauffeur de taxi le jour, il tient la nuit la réception du Baltic Hotel, où le directeur, Juan, emploie des clandestins. Quelques heures par jour, Okwe squatte le canapé de Senay, une jeune Turque sans-papiers, qui fait le ménage dans le même établissement. Un matin, alors qu’il s’apprête à terminer son service, Okwe s’interpose entre un client et Juliette, une prostituée. Après leur départ, il fait une découverte macabre dans les toilettes de la chambre... HUMANITÉ Médecin dans son pays, Okwe (Chiwetel Ejiofor, impressionnant de justesse) vivote dans la capitale britannique en cumulant des emplois subalternes. Luttant contre la fatigue, il vit en permanence avec la hantise d’être repéré par les services d’immigration. Dans l’espoir de rejoindre un jour sa cousine aux États-Unis, Senay (Audrey Tautou) ne ménage pas non plus ses efforts. Mais pour échapper à une menace d’expulsion, elle doit subir en silence les outrages de son chef. Contre la promesse d’un passeport et d’un pécule, d’autres sans-papiers sont prêts à accepter bien pire qu’un patron comme Juan (Sergi López)... Sur un scénario de Steven Knight, le créateur de la série Peaky Blinders, Stephen Frears dépeint sans fard le sort révoltant des travailleurs clandestins, traqués, exploités et réduits au rang de marchandise. Avec humanité et parfois humour, le cinéaste met aussi en lumière les ressources intérieures, de l’entraide à l’amour, qui donnent à ces invisibles la force de continuer à se battre pour une vie meilleure. Meilleur scénario, Prix Edgar Allan Poe 2004 Film de Stephen Frears (Royaume-Uni, 2003, 1h30mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Steven Knight Avec  : Audrey Tautou (Senay), Chiwetel Ejiofor (Okwe), Sergi López (Juan), Sophie Okonedo (Juliette), Benedict Wong (Guo Yi), Zlatko Buric (Ivan), Sotigui Kouyaté (Shinti) - Production  : Celador Productions, Miramax Films, BBC Films M 15/3 0.10 La lucarne Journée internationale des femmes 2020 Game Girls L’histoire d’amour de deux femmes SDF qui survivent dans le quartier déshérité de Skid Row à Los Angeles. Filmé à juste distance, un documentaire saisissant. Alors que la nuit tombe sur Skid Row, ultime refuge des parias et des SDF de Los Angeles, une jeune femme noire hurle son mal-être et sa rage de vivre. Dans ce quartier aux façades déglinguées, elle invective la terre entière. C’est Teri, qui cueille bientôt, des étoiles dans les yeux, son amoureuse Tiahna à sa sortie de prison. Ensemble, les deux femmes bricolent des stratégies de survie, cherchant à s’inventer un avenir, entre détentions, course au logement social, spirale de la violence et solidarité de la rue. Lors d’ateliers de parole avec un thérapeute, Teri tente aussi d’exorciser ses démons, remontant le cours de son chaos à l’aide de figurines. D’une féroce fragilité, en butte à ses pulsions comme à celles des autres damnés du quartier, elle livre, ardente, un combat permanent pour s’en sortir, maniant l’amour comme l’humour sur le fil du rasoir, et déchirant l’écran de ses fulgurances. IDENTITÉS MARGINALES De ses déambulations à la célébration, dans un square, de ses noces avec sa compagne, la caméra d’Alina Skrzeszewska suit à juste distance Teri, dans l’urgence de son quotidien, alors qu’en arrière-plan les rues de Skid Row semblent enchaîner les rituels depuis plusieurs générations, de descentes de flics en marches antiracistes. « Je ne voulais les montrer ni comme des victimes ni dans leur excentricité. Je souhaitais comprendre leur traumatisme », explique la réalisatrice, qui capte sans filtre les puissants battements de cœur de la « cité des anges déchus » – le surnom du quartier – derrière l’omniprésente misère. Un regard que la fiévreuse héroïne de Game Girls accepte avec confiance, s’emparant du film comme d’un allié pour y puiser l’affirmation de son identité en marge. Grand prix du jury, Festival du film de Bordeaux 2018 Documentaire d’Alina Skrzeszewska (Allemagne/France/États-Unis, 2018, 1h20mn) - Production  : ZDF, Films de Force Majeure, Blinker Filmproduktion, en association avec ARTE M 15/3 FILMS DE FORCE MAJEURE lundi 9 mars ARTE MAG N°11. LE PROGRAMME DU 7 AU 13 MARS 2020 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :