Arte Magazine n°2020-10 29 fév 2020
Arte Magazine n°2020-10 29 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10 de 29 fév 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : science de l'humour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 4 mars ARTE MAG N°10. LE PROGRAMME DU 29 FÉVRIER AU 6 MARS 2020 20 FOLIMAGE - EX NIHILO - ARTE FRANCE 20.52 Tu mourras moins bête La SVT selon Aristote Le prof Moustache revient pour une troisième saison « scientifico-trash ». Une série d’animation à l’humour ravageur, avec la voix de François Morel. Affublé de son assistant et éternel souffre-douleur Nathanaël, le professeur Moustache poursuit son travail de vulgarisation scientifique dans une troisième saison qui fait fi de tous les tabous pour comprendre les petites et grandes énigmes du quotidien. Qu’est-ce qu’est la fécalothérapie ? Comment marche l’érection féminine ? Les grands érudits sont-ils humainement meilleurs que les autres ? Sous la plume de l’auteure de bande dessinée Marion Montaigne, avec la voix truculente de l’acteur François Morel, l’hermaphrodite professeur(e ?) garde dans son viseur iconoclaste la pop culture et ses approximations scientifiques. Avec une bonne dose d’humour noir et d’anticonformisme, une leçon animée pour démystifier la science par le rire, en trente épisodes de trois minutes. Aujourd’hui  : comme on ne peut pas tout comprendre en un jour, les papis genre Aristote ont fait ce qu’ils ont pu. Par exemple, pour l’anatomie humaine... Lire page 9 Série d’animation (France, 2018, 30x3mn), d’après le blog et la bande dessinée de Marion Montaigne (Éditions Delcourt) Réalisation  : Hélène Frien, Pierre Volto Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo, Folimage 11/2/2024 I 20.55 Cinéma Journée internationale des femmes 2020 La belle saison Sur fond de combats féministes, deux femmes de milieux différents partagent une brûlante passion. Une parenthèse enchantée servie par deux actrices lumineuses, Izïa Higelin et Cécile de France. PYRAMIDE FILMS 1971, en France. Sur la ferme familiale, Delphine prête depuis toujours main-forte à Maurice et Monique, ses parents éleveurs. Refusant de se marier comme le font toutes ses amies, la jeune femme part vivre à Paris, où elle a trouvé un emploi de secrétaire. Carole, une professeure d’espagnol dont elle a fait par hasard la connaissance, l’entraîne bientôt aux assemblées générales d’un collectif féministe qui milite pour le droit à l’avortement et contre le machisme ordinaire. Les deux jeunes femmes, qui passent de plus en plus de temps ensemble, se sentent irrésistiblement attirées l’une vers l’autre. Mais lorsque son père est victime d’un accident cardio-vasculaire, Delphine rentre au village pour aider sa mère à faire tourner l’exploitation. Ne pouvant vivre loin d’elle, Carole quitte Manuel, son compagnon, pour la rejoindre... QUÊTE DE LIBERTÉ D’AG mouvementées en joyeuses actions coups de poing, Catherine Corsini (Partir) revisite avec ferveur les grandes heures du mouvement féministe de la décennie 1970. Prénommant ses deux héroïnes en référence à la comédienne Delphine Seyrig et à la vidéaste Carole Roussopoulos (dont l’amitié et l’engagement sont retracés dans le documentaire Delphine et Carole, insoumuses, diffusé à 22.40), la cinéaste réunit deux actrices lumineuses, Izïa Higelin et Cécile de France – toutes deux nommées aux César pour leur interprétation –, pour incarner ces deux amoureuses que leurs milieux d’origine séparent. Dans une nature solaire et généreuse, leur parenthèse enchantée est aussi brûlante que leur quête de liberté et leur combat pour le droit d’aimer sans entraves. Meilleure musique (Grégoire Hetzel), prix Lumière 2016 Lire page 4 Film de Catherine Corsini (France/Belgique, 2015, 1h41mn) - Scénario  : Catherine Corsini et Laurette Polmanss Avec  : Cécile de France (Carole), Izïa Higelin (Delphine), Noémie Lvovsky (Monique), Jean-Henri Compère (Maurice), Kévin Azaïs (Antoine), Benjamin Bellecour (Manuel) Production  : Chaz Productions, France 3 Cinéma, Artémis Productions 10/3 i
Les Films de la Butte 22.40 Le documentaire culturel Journée internationale des femmes 2020 Delphine et Carole, insoumuses À travers l’amitié entre l’actrice Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos, leurs luttes et leurs images subversives, un hommage vibrant au féminisme « enchanté » des seventies. Quelques mois avant sa mort, en 2009, la vidéaste Carole Roussopoulos a souhaité faire le portrait documentaire de son amie et compañera féministe Delphine Seyrig. Un projet inachevé, repris par ses enfants Alexandra et Géronimo, et sa petite-fille Callisto, réalisatrice de ce documentaire. Carole Roussopoulos fut la deuxième personne à acquérir une caméra vidéo en France après Jean-Luc Godard. Elle initie les femmes à ce média lors de stages auxquels s’inscrit Delphine Seyrig. « Inculte comme j’étais, je ne savais pas qui c’était », s’amuse Carole. « Très vite, Delphine a compris l’utilisation subversive de la vidéo. On est devenues copines et on a commencé à travailler ensemble. » Habituée à jouer sous la direction des hommes, la comédienne voit dans cet outil la possibilité « d’avoir une expression à soi ». Il permet aussi à ce duo frondeur de raconter les luttes des femmes et de leur donner la parole dans de nombreux documentaires. JOYEUX ET FOUTRAQUE On connaît la brillante carrière de l’actrice Delphine Seyrig. Ce film dévoile un pan méconnu de sa vie  : son tempérament irrévérencieux et son soutien passionné au combat féministe. Dans un foisonnement d’images à la croisée de l’histoire, de la poésie militante et de l’intimité défilent la révolte des prostituées de Saint-Nizier, les copines du MLF, Jane Fonda révélant l’envers brutal du star-system, Delphine Seyrig s’énervant contre le procès fait à la « sexualité vagabonde des femmes » par un ministre. Le documentaire replonge dans les seventies, époque d’activisme virulent, joyeux et foutraque, mais aussi de misogynie pépère, car peu contredite à la télévision. Un hommage vibrant à l’amitié, au féminisme rigolard et à la vidéo comme vecteur d’émancipation, qui incite à redécouvrir l’œuvre documentaire des deux « insoumuses ». Grand prix de Genève, FIFDH 2019 Prix du public (meilleur long métrage documentaire), Festival de films de femmes de Créteil 2019 – Prix du meilleur documentaire TV 2019 du Syndicat français des critiques de cinéma Lire page 7 Documentaire de Callisto McNulty (France/Suisse, 2018, 1h10mn) - Auteurs  : Callisto McNulty, Alexandra Roussopoulos, Géronimo Roussopoulos - Production  : Les Films de la Butte, Alva Film Production, Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, INA, en association avec ARTE France-La lucarne - (Déprogrammation du 18/12/2019) 26/2 2/5 I ZDF/DocLab/Francesco Principini 23.50 Dicktatorship Machisme à l’italienne Pourquoi le patriarcat italien est-il si solide ? Le couple de réalisateurs Gustav Hofer/Luca Ragazzi reprend la route pour mener l’enquête. Chez nos voisins transalpins, qui sait qu’Elena Cornaro fut, au XVII e siècle, la première femme en Europe à obtenir un doctorat de philosophie ? « Trois villages ont une rue qui porte son nom, une seule école et pas un amphithéâtre universitaire dans toute l’Italie », déplore Gustav Hofer. En couple avec Luca Ragazzi, scénariste et réalisateur comme lui, celui qui a présenté maintes émissions d’ARTE, et déjà mené l’enquête par deux fois avec son compagnon (sur l’homophobie, puis la xénophobie en Italie), fait remarquer à ce dernier qu’il se comporte parfois comme un macho, et lui propose un nouveau voyage à travers la Botte pour en prendre conscience. VIVIFIANT Au cours d’un périple qui les mène de Rome à Venise, et de Milan à Padoue, avant de les conduire jusqu’à Barcelone, en Espagne, les deux coréalisateurs dialoguent et interrogent ensemble des spécialistes (la romancière Michela Murgia, les psychologues Sofia Seinfeld Tarafa et Nicoletta Malesa, l’icône du porno Rocco Siffredi...) sur des questions aussi variées que la virilité, les ressorts culturels de la domination masculine, le mythe du Latin lover, la sacralisation depuis Mussolini de la famille et de la figure de la mère, ou encore les provocations sexistes (et graveleuses) d’un Berlusconi. Complété d’archives, un tour d’horizon vivifiant sur les conditionnements sociaux et les inégalités hommes-femmes qui perdurent au pays de Salvini. Documentaire de Gustav Hofer et Luca Ragazzi (Italie/Allemagne, 2018, 1h24mn) - Auteurs  : Gustav Hofer, Luca Ragazzi et Simona Seveso Production  : DocLabArti Film, YLE, Yesdocu, en collaboration avec ZDF/ARTE 10/3 I mercredi 4 mars ARTE MAG N°10. LE PROGRAMME DU 29 FÉVRIER AU 6 MARS 2020 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :