Arte Magazine n°2019-45 2 nov 2019
Arte Magazine n°2019-45 2 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-45 de 2 nov 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Léonard de Vinci.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°45. LE PROGRAMME DU 2 AU 8 NOVEMBRE 2019 8 Gamal Abdel Nasser 1997. Hongkong revient à la Chine « Il y a trois ans, nous avons décidé de consacrer un épisode de la collection à la rétrocession de Hongkong à la Chine après soixante-dix ans de ‘gestion britannique’. En cherchant de par le monde films et vidéos, nous avons appris que plus de dix heures d’images étaient conservées à Hongkong, qui ont été aimablement mises à notre disposition. À l’évidence, des efforts considérables ont été accomplis pour que le départ des Britanniques, l’arrivée de forces chinoises et la présence des habitants aux cérémonies soient filmés et retransmis dans le monde entier. Nous avons eu beaucoup de chance de disposer de ces archives. Aujourd’hui, il en irait peut-être autrement. » 1915. Voyage dans l’Allemagne en guerre « Comme une malle aux trésors retrouvée  : deux heures d’images filmées en Allemagne en 1915, en grande partie sur le front russe, qui avaient disparu pendant un siècle ! Tournées par deux reporters américains partis pendant six mois en Allemagne, elles avaient été mises au jour par hasard, puis confiées à la bibliothèque du Congrès, où travaille l’une de mes amies, qui a suggéré d’en faire un Mystères d’archives. Une chance, un grand plaisir ! Ce reportage, qui avait circulé avec succès dans les cinémas américains auprès des populations d’origine allemande, était tombé aux oubliettes après l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Allemagne, en 1917. Avant nous, trois historiens avaient étudié ces images rares, précieuses. Avec eux, nous sommes parvenus à les faire ‘parler’un peu plus. » 1970. Les funérailles du président Nasser « Le jour des funérailles du président égyptien Nasser, sa dépouille est transportée sur près de 10 kilomètres dans la ville du Caire. Une foule immense veut approcher, toucher le cercueil. On exfiltre les invités étrangers, l’épouse du président ne parvient pas à rejoindre le cortège et le cercueil est presque renversé. Pour mieux comprendre ce que représentait Nasser aux yeux de son peuple et du monde arabe, nous avons porté attention au discours fondateur qu’il a prononcé à Alexandrie, en 1956, annonçant à une foule sidérée la nationalisation du canal de Suez. Or ce discours L’histoire en images Portant un œil neuf sur notre histoire contemporaine, Mystères d’archives poursuit son captivant travail d’enquête sur l’image et sa fabrication. Créateur et directeur de la collection, Serge Viallet en commente trois épisodes. contient un code  : lorsque Nasser prononce le nom de Ferdinand de Lesseps, le constructeur du canal, il donne en réalité l’ordre de prendre possession des locaux de la compagnie qui le gère, ce qui sera fait sans effusion de sang. » Propos recueillis par Laure Naimski Dimanche 3 novembre à 13.20 Collection documentaire Mystères d’archives Lire page 13 En avant-première dès le 20 octobre Disponible jusqu’au 14 février 2020 ÉDITIONS Les cinq premières saisons de Mystères d’archives sont disponibles en DVD et VOD. NARA/INA
LADYBIRDS FILMS 2019 Jean Crépu La revanche des virus tueurs Ce film scientifique que vous réalisez est aussi un récit historique… Jean Crépu  : Oui, c’est d’ailleurs ce qui m’a attiré quand j’ai entendu parler des phages, ces virus qui infectent des bactéries pour se multiplier à leurs dépens et les détruire. Ils ont été découverts au début du XX e siècle par un scientifique français, Félix d’Hérelle, qui entre 1920 et 1940 a soigné des milliers de patients souffrant d’infections bactériennes grâce à la phagothérapie. Puis celle-ci disparaît au profit des antibiotiques jusqu’à ce que les chercheurs s’y intéressent de nouveau, ces dernières années. Comment expliquer ce revirement ? En croisant la science et l’histoire dans un scénario quasi policier, qui traverse les deux conflits mondiaux, mais également l’histoire des sciences avec Fleming et la découverte de la pénicilline. Leur découvreur tient une place importante dans « l’incroyable histoire » des phages… Félix d’Hérelle est un vrai personnage de roman. Autodidacte, passionné de chimie puis de bactériologie, il a déserté les rangs de l’armée avant de faire le tour du monde. De retour en France, employé à l’Institut Pasteur, il s’intéresse à de mystérieux virus tueurs de bactéries. Sans les voir, il parvient à les isoler et les surnommera « phages » comme « bactériophages ». Son intuition est bonne  : en 1919, il guérit un premier patient de la dysenterie grâce à ces phages. Il lance alors des traitements par les bactériophages dans le monde entier avant de tomber dans l’oubli à partir de 1940. Quel type de phage montrez-vous par le biais de l’animation ? Il en existe de nombreuses espèces. J’ai choisi de représenter celui qui est le plus spectaculaire  : assez haut sur pattes, avec une sorte de foreuse sous le corps grâce à laquelle il transperce la membrane de la bactérie pour y injecter son génome. Il se reproduit à l’intérieur de la bactérie et la fait exploser, libérant ainsi une multitude de phages. Il a une allure d’insecte tueur. Qu’est-ce qui vous a le plus surpris au cours de votre enquête ? L’existence d’une guerre froide médicale  : certains pays du bloc de l’Est, n’ayant pas accès aux antibiotiques, utilisent la phagothérapie au quotidien, Éclipsés par les antibiotiques, les virus phages pourraient redevenir une alternative thérapeutique face à l’antibiorésistance. Entretien avec Jean Crépu, qui retrace l’aventure de leur (re)découverte dans un documentaire. et ceux du bloc de l’Ouest, uniquement les antibiotiques. En Géorgie, j’ai vu des salles d’attente bondées où l’on venait soigner ainsi de multiples pathologies, de l’otite aux maux de ventre. En France seuls quelques patients, en impasse thérapeutique à cause de la résistance aux antibiotiques, peuvent bénéficier de ce traitement dit compassionnel. Mais le film se termine sur des essais cliniques concluants. Bientôt, cette thérapie devrait être autorisée par les autorités sanitaires à une plus grande échelle. Propos recueillis par Maria Angelo Samedi 2 novembre à 22.25 Documentaire L’incroyable histoire des tueurs de bactéries Lire page 12 En avant-première dès le 26 octobre Disponible jusqu’au 31 décembre ARTE MAG N°45. LE PROGRAMME DU 2 AU 8 NOVEMBRE 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :