Arte Magazine n°2019-43 19 oct 2019
Arte Magazine n°2019-43 19 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-43 de 19 oct 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Arte concert fête ses 10 ans !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°43. LE PROGRAMME DU 19 AU 25 OCTOBRE 2019 8 Amoureux des femmes, Toulouse- Lautrec a croqué le Paris fin de siècle avec une tendre gourmandise. En marge de l’exposition que lui consacre le Grand Palais, le documentaire de Gregory Monro éclaire les multiples facettes de ce précurseur. Dimanche 20 octobre à 17.35 Documentaire Toulouse-Lautrec, l’insaisissable Lire page 12 En avant-première dès le 13 octobre Disponible jusqu’au 18 décembre ÉDITIONS Disponible en DVD chez ARTE Éditions. Trait de génie Tendresse Sa moisson de portraits hante la mémoire collective. La Goulue, égérie aguichante du cancan, la souveraine Jane Avril en bas noirs ou Yvette Guilbert, charismatique « diseuse » à la longiligne silhouette gantée…  : Henri de Toulouse-Lautrec aime les femmes avec passion et compassion. Dans son manège désenchanté, prostituées alanguies, dont il s’éprend, côtoient ouvrières éreintées par le labeur. Car les corps usés, vivants parce qu’ayant vécu, émeuvent ce prince noceur de la nuit parisienne qui les croque avec tendresse. Dans l’album d’estampes Elles, ce brillant lithographe rend hommage à l’intimité mélancolique des filles de joie, sans voyeurisme. Sidérant d’humanité, l’artiste observe et ne juge pas, célébrant l’essentielle beauté au fond des fragilités. Causticité Admirateur de Daumier, cet insatiable explorateur de la comédie humaine flirte avec la caricature, dessinateur de génie captant, d’un trait saisissant et avec une spontanéité toute de nuances, la vérité de l’instant. Pour cet esprit raffiné, plébiscité par l’imaginaire populaire, la satire relève de l’élégance, ses déformations ne générant finalement qu’un supplément de charme. Mais si son goût pour la provocation le conduit à rompre avec les conventions, dans la forme et le choix de ses sujets de prédilection, des bistrots aux cabarets en passant par les maisons closes, Toulouse-Lautrec exerce d’abord son art de la causticité à l’égard de lui-même. Esthète de l’autodérision, l’aristocrate, qui souffre d’une infirmité, n’hésite pas à s’exhiber nu devant un photographe sur une plage de Trouville. « Il faut, disait-il, étranger à l’amertume, essayer de s’accepter comme on est. » Modernité Par l’audace de ses compositions et ses cadrages inventifs – il use précocement de la contre-plongée –, Toulouse-Lautrec regarde le (demi-)monde avec un œil de cinéaste. Curieux de tout, l’artiste inclassable, auteur de plus de six mille œuvres, s’emploie aussi à diversifier les supports pour multiplier les publics, non sans ambition. Lithographe, dessinateur de presse, illustrateur  : ce virtuose du croquis s’impose en tant qu’affichiste. Ses créations, dont l’iconique Ambassadeurs – Aristide Bruant dans son cabaret, lui assurent, au crépuscule d’une vie brève, la célébrité à laquelle il aspire. Résolument novateur, ce maître du genre se révèle, avec ses aplats de couleur et son instinct du graphisme, un précurseur de cet art éphémère, dont s’emparera le XX e siècle, sa modernité annonçant les avant-gardes à venir. Sylvie Dauvillier Le salon de la rue des Moulins (Paris). ARTE est partenaire de l’exposition « Toulouse-Lautrec – Résolument moderne », au Grand Palais du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020. PHOTO JOSSE/BRIDGEMAN IMAGES
YUZU PRODUCTIONS/Partis explorer nos intestins, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade ont découvert une révolution scientifique. Mais ils nous alertent sur l’appauvrissement de notre microbiote. Entretien. Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade Samedi 19 octobre à 22.20 Documentaire Microbiote Les fabuleux pouvoirs du ventre Lire page 11 En avant-première dès le 12 octobre Disponible jusqu’au 17 décembre Nos amies les bactéries Comment avez-vous réussi à mettre en images l’invisible microbiote ? Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade  : Les bactéries, virus, parasites ou phages présents dans notre intestin sont en effet invisibles à l’œil nu, donc impossibles à filmer. Mais les scientifiques en parlent comme d’un eldorado, un monde merveilleux, hélas menacé, notamment par notre alimentation de plus en plus pauvre en fibres. Pour convaincre ses enfants de manger plus de fruits et légumes, une des chercheuses que nous avons interviewées compare le microbiote à un petit animal domestique qui vit dans leur ventre et qu’il faut bien nourrir. Nous avons alors pensé à l’univers poétique du cinéaste Hayao Miyazaki, et décidé de donner aux bactéries intestinales le visage de personnages rigolos et attachants. Une fois le film monté, il a fallu trois mois pour fabriquer les images d’animation. Il fallait aussi ne pas dégoûter le spectateur avec des images de selles… S. G. et T. deL.  : Nous avons traité le sujet avec humour, et surtout nous avons ménagé le suspense. Les premières selles que l’on voit dans le film sont factices, elles viennent d’un magasin de farces et attrapes. Il a été difficile de trouver des crottes qui ne luisent pas trop ! Il a fallu les saupoudrer de cacao pour leur donner un aspect plus mat. Ensuite, il y a un travelling dans les toilettes, mais il s’arrête au bord de la cuvette. Ce n’est qu’à la moitié du film qu’on aborde le sujet de la transplantation fécale, et que l’on filme de vrais cacas... Vous définissez-vous comme des documentaristes militants ? S. G. et T. deL.  : Nous préférons dire que nous faisons des films « engagés », car nous n’avançons que des arguments scientifiques, jamais idéologiques. En l’occurrence, nous voulions montrer que la menace qui pèse sur la biodiversité de la planète s’observe également au plus profond de nos entrailles, mettant ainsi en péril notre santé. Nous filons donc la métaphore tout au long du filmentre une nature dont les espèces animales et végétales disparaissent et un microbiote appauvri lui aussi par le mode de vie moderne. Ce film alerte donc sur un danger, mais il se veut aussi porteur d’espoir. Les chercheurs nous ont présenté de fantastiques perspectives thérapeutiques, et donné quelques conseils de prévention pour avoir un microbiote équilibré, afin de permettre au télespectateur de devenir acteur de sa santé. Propos recueillis par Maria Angelo ARTE MAG N°43. LE PROGRAMME DU 19 AU 25 OCTOBRE 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :