Arte Magazine n°2019-42 12 oct 2019
Arte Magazine n°2019-42 12 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-42 de 12 oct 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : travail, salaire, profit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 13 octobre ARTE MAG N°42. LE PROGRAMME DU 12 AU 18 OCTOBRE 2019 14 PAULINE BALLET 20.10 Vox pop Présenté par Nora Hamadi, le magazine des débats qui agitent l’Europe. Cocaïne  : une inquiétante ubérisation Les Européens n’ont jamais consommé autant de cocaïne, deuxième drogue la plus populaire dans l’Union derrière le cannabis. Plus de 18 millions de personnes ont déjà touché à cette substance, de moins en moins chère et de plus en plus pure. Les risques d’overdoses explosent. D’autant que, depuis quelques années, le marché et sa distribution ont considérablement évolué  : aujourd’hui, un simple coup de fil, un SMS, et les livraisons s’effectuent directement à domicile. Vox Pop a enquêté en France et en Espagne, où les saisies de cocaïne battent des records. Aider les migrants  : un crime ? Depuis 2015 et le million d’exilés arrivés sur le continent européen, de plus en plus de citoyens apportent une assistance aux migrants  : dans les villes, aux frontières et surtout en Méditerranée, où des bateaux d’ONG sillonnent les mers. Problème  : de nombreux États voient ces initiatives d’un très mauvais œil et les assimilent parfois à des pratiques de passeurs. Entretien avec Sophie Rahal, porte-parole de l’ONG SOS Méditerranée. Elle plaide pour une meilleure harmonisation au niveau européen. Magazine présenté par Nora Hamadi (France, 2019, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse TF1 INTERNATIONAL 20.55 Cinéma Dans la brume électrique Un inspecteur vieillissant traque un tueur de prostituées dans les bayous de la Louisiane. Bertrand Tavernier entraîne une magnifique galerie d’acteurs dans une enquête aux accents surnaturels, adaptée de l’œuvre de l’écrivain James Lee Burke. Alors que la Louisiane panse ses plaies après l’ouragan Katrina, le cadavre d’une prostituée est découvert dans le bayou. L’inspecteur Dave Robicheaux tente de relier son meurtre au retour dans la région d’un mafieux local, « Baby Feet » Balboni, venu produire un film de guerre. Un soir, Dave arrête la star du film, en état d’ébriété, qui lui confie avoir vu des ossements humains enchaînés dans le bayou. Dave associe cette piste au meurtre d’un jeune Noir, auquel il a assisté, impuissant, dans sa jeunesse. Alors que l’enquête s’enlise, l’inspecteur, submergé par le doute, croit voir régulièrement le fantôme d’un général sudiste errer dans les marais. AURA SURNATURELLE Après un conflit avec la production américaine, deux versions de ce film sont sorties  : l’une directement en DVD, aux États-Unis, et le « director’s cut » de Bertrand Tavernier en salles, en France, que diffuse ARTE. C’est cette seconde version, dans laquelle se déploie toute la maîtrise du réalisateur, qui donne sa vraie saveur au film. L’atmosphère poisseuse d’une Louisiane pauvre et ravagée, les eaux stagnantes, et l’aura surnaturelle des visions de soldats confédérés nous plongent dans un captivant cauchemar éveillé. Tommy Lee Jones et John Goodman entraînent à leur suite un casting parfait. Un bijou de polar américain. (In the Electric Mist) Film de Bertrand Tavernier (États-Unis/France, 2009, 1h57mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Jerzy Kromolowski, Mary Olson-Kromolowski, d’après Dans la brume électrique avec les morts confédérés de James Lee Burke - Avec  : Tommy Lee Jones (Dave Robicheaux), John Goodman (« Baby Feet » Balboni), Peter Sarsgaard (Elrod Sykes), Mary Steenburgen (Bootsie Robicheaux), Kelly Macdonald (Kelly Drummond), Justina Machado (Rosie Gomez) - Production  : Ithaca Pictures, Little Bear, TF1 International - (R. du 9/10/2016)
22.45 Aristote Onassis L’homme le plus riche du monde Portrait d’Aristote Onassis, opulent homme d’affaires grec qui a laissé son empreinte sur l’économie mondiale du siècle passé. REX/SHUTTERSTOCK Nul autre qu’Aristote Onassis ne représente aussi bien le succès, le pouvoir et la jet-set des années 1960. La réussite fulgurante de ce réfugié grec, apatride, devenu l’un des hommes les plus riches au monde, fascine. Armateur à la tête de l’une des plus grandes flottes de pétroliers, celui qui fut le compagnon de Maria Callas puis l’époux de Jackie Kennedy vécut une existence sans répit. Retour en images sur le parcours atypique d’un fin stratège en affaires dont l’influence s’est exercée dans le monde entier. Documentaire de Tilman Remme (Allemagne, 2018, 53mn) (R. du 27/05/2018) 23.40 Opéra Orphée et Eurydice –C. W. Gluck À l’Opéra comique PIERRE GROSBOIS Avec une brillante mise en scène inventive, le scénographe Aurélien Bory sublime le plus célèbre des opéras de Gluck revisité par Berlioz. Un spectacle magique ! Désespéré, Orphée pleure la mort de son épouse Eurydice. Compatissant à son immense chagrin, les dieux l’autorisent à descendre aux enfers pour aller rechercher sa bien-aimée. Mais plusieurs conditions lui sont imposées  : ne pas lui parler, ne pas croiser son regard. INTENSITÉ ÉMOTIONNELLE Après Monteverdi et Lully, Gluck s’empare à son tour de la légende d’Orphée, et compose en 1774 ce qui deviendra son opéra le plus célèbre. Pour répondre au souhait de la cantatrice Pauline Viardot d’interpréter le rôle d’Orphée, jusqu’alors dévolu à un haute-contre, Hector Berlioz remanie l’œuvre en 1859 sur le livret traduit en français et augmenté par Pierre-Louis Moline. Grand succès à sa création, la version de Berlioz est montée régulièrement à l’Opéra comique, où cette nouvelle production, présentée à l’automne 2018, a reçu un accueil enthousiaste du public et de la critique grâce à un brelan magique  : l’inventif dispositif scénique proposé par Aurélien Bory, l’intensité émotionnelle de ses interprètes – la mezzo-soprano Marianne Crebassa est la voix sublime d’Orphée, Hélène Guilmette celle d’Eurydice et Lea Desandre joue Amour – sans oublier le formidable engagement du chœur et des musiciens de l’Ensemble Pygmalion, dirigé par Raphaël Pichon. (Orfeo ed Euridice) Opéra en trois actes de Christoph W. Gluck, dans la version d’Hector Berlioz (France, 1h39mn, 2018) Livret  : Pierre-Louis Moline - Mise en scène et scénographie  : Aurélien Bory Direction musicale  : Raphaël Pichon Avec  : Marianne Crebassa (Orphée), Hélène Guilmette (Eurydice), Lea Desandre (Amour), le chœur et l’orchestre de l’Ensemble Pygmalion - Réalisation  : François Roussillon - Production  : François Roussillon et associés, Opéra comique, en association avec ARTE France dimanche 13 octobre ARTE MAG N°42. LE PROGRAMME DU 12 AU 18 OCTOBRE 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :