Arte Magazine n°2019-39 21 sep 2019
Arte Magazine n°2019-39 21 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-39 de 21 sep 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Glam rock, splendeur et décadence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 23 septembre ARTE MAG N°39. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 SEPTEMBRE 2019 16 20.48 A Musée Vous, A Musée Moi « Narcisse » – Le speed dating S’emparant de dix nouvelles toiles de maître, une deuxième saison joyeusement loufoque pour revisiter l’histoire de l’art. Des Shot Marilyns de Warhol à La jeune fille à la perle de Vermeer en passant par Le déjeuner sur l’herbe de Manet, dix nouvelles toiles de maître minutieusement reconstituées, avec comédiens et décors, s’animent au travers de sketchs décalés. Aujourd’hui  : Narcisse et son reflet, peints par Le Caravage, participent à un speed dating. Ils ont une minute pour faire connaissance, et se découvrir des atomes crochus... Série de Pablo Muñoz Gomez, sur une idée originale de Fouzia Kechkech (France, 2019, 30x2mn) - Coproduction  : ARTE France, Cocorico COCORICO 20.50 Cinéma Soirée Jean-Louis Trintignant L’argent des autres Après avoir été licencié pour sauver la réputation de la banque qui l’employait, un fondé de pouvoir réclame justice. Porté par un solide casting de stars, Trintignant en tête, un tableau acerbe du monde de la finance. CAROLE LANGE/1978 STUDIOCANAL/APPALOOSA DVPT Dans leur charmante propriété, Henri Rainier, son épouse Cécile et leurs deux filles mènent une existence plus que confortable. Fondé de pouvoir depuis quinze ans à la banque Miremant-de Nully-Heldorff, un prestigieux établissement de la place de Paris, Henri est chargé par Miremant, son président, d’accompagner le développement des affaires de Chevalier d’Aven, le fils de l’un de ses vieux amis. Alors qu’Henri, avec l’aval de sa hiérarchie, a octroyé à ce dernier de nombreux prêts, la situation se tend quand l’Héritage foncier, la société du bouillonnant entrepreneur, fait faillite, entraînant plusieurs milliards de perte pour la banque. Face au scandale qui menace leur réputation, Miremant et ses associés désignent Henri comme responsable de la débâcle et le licencient brutalement. Après plusieurs mois passés à chercher, en vain, un nouveau poste, il décide, encouragé par Cécile, de laver son honneur. FROIDE VIOLENCE Autour de Jean-Louis Trintignant, remarquable en opiniâtre victime expiatoire, Christian de Chalonge (Malevil, Docteur Petiot) réunit un étincelant casting de stars, de Michel Serrault, cynique à souhait dans le costume du président Miremant, à Catherine Deneuve, l’épouse aimante, en passant par Claude Brasseur, parfait en affairiste roublard. Adaptée d’un roman de l’Américaine Nancy Markham, cette charge acerbe contre la violence froide du monde de l’entreprise et les pratiques douteuses de la finance fait écho au scandale de la Garantie foncière, dont les montages frauduleux ont ruiné au début des années 1970 plusieurs milliers d’épargnants. Récompensé par le prix Louis-Delluc en 1978 et par deux César l’année suivante, le portrait au vitriol d’une société dénuée de toute morale. Prix Louis-Delluc 1978 Meilleurs film et réalisateur, César 1979 Lire page 4 Film de Christian de Chalonge (France, 1978, 1h44mn) - Scénario  : Christian de Chalonge, Pierre Dumayet, d’après le roman éponyme de Nancy Markham - Avec  : Jean-Louis Trintignant (Henri Rainier), Catherine Deneuve (Cécile Rainier), Claude Brasseur (Claude Chevalier d’Aven), Michel Serrault (Miremant), Juliet Berto (Arlette Rivière) Production  : Fildebroc, SFP, Les Films de la Tour, FR3
MK2 22.40 Cinéma Soirée Jean-Louis Trintignant Trois couleurs – Rouge Dernier volet de la trilogie des couleurs, Rouge hisse l’étendard de la fraternité. Kieslowski entrecroise thèmes moraux et motifs visuels, dénouant les fils de l’existence de ses personnages, rattrapés par un destin porteur d’espoir. Valentine vit seule à Genève. Elle partage son temps entre ses études, ses cours de danse, ses défilés de mode... Elle attend surtout des signes de Michel, l’homme qu’elle aime. Revenu de Pologne, reparti pour l’Angleterre, Michel l’appelle parfois et sème la discorde. Un soir, Valentine renverse un chien en voiture. Elle ramène l’animal blessé à son propriétaire, dont l’adresse est indiquée sur le collier. Elle fait ainsi la connaissance d’un vieil homme antipathique, un juge à la retraite qui espionne ses voisins et se délecte à écouter leurs conversations téléphoniques. Indignée, Valentine condamne son comportement, mais elle veut pourtant croire en sa bonté... LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ Commencée par un accident de voiture, la trilogie de Kieslowski s’achève par un naufrage. Les personnages centraux de chaque épisode sont les seuls rescapés d’une catastrophe maritime. Au terme de ce long voyage, il ne reste qu’un inconnu, un barman anglais travaillant à bord du ferry échoué où les six autres étaient passagers. La scène du retour des rescapés est filmée en vidéo et suivie sur un écran de télévision par l’homme qui a tiré les ficelles de cette dernière histoire, un ancien juge solitaire et misanthrope, revenu du droit et des hommes. Face à Valentine, qui croit en ses semblables et en des jours moins sombres, cette figure du destin fatiguée et recluse mène le combat au nom d’une raison désabusée. Elle le perdra. De même qu’il a cessé d’être juge, l’ermite, au contact de la belle jeune femme, a renoncé à espionner ses voisins. Comme elle redonne un sens à sa vie, il intrigue pour lui faire rencontrer l’amour sous les traits d’Auguste, étudiant en droit et beau garçon. Les feux de circulation, la laisse du chien, l’affiche publicitaire, la voiture, la parka, le billet de ferry déclinent différentes nuances de rouge. La conscience que met Kieslowski à semer la couleur dans son film n’a d’égale que sa volonté de multiplier les intrigues d’un scénario mené avec une rare finesse. Lire page 4 Film de Krzysztof Kieslowski (France/Pologne, 1994, 1h36mn) Scénario  : Krzysztof Piesiewicz, Krzysztof Kieslowski - Avec  : Irène Jacob (Valentine), Jean-Louis Trintignant (le juge), Frédérique Feder (Karin), Jean-Pierre Lorit (Auguste), Samuel Le Bihan (le photographe), Marion Stalens (la vétérinaire) Production  : MK2 Productions, France 3 Cinéma, CAB Productions, TOR Production - (R. du 24/5/1999) 0.15 La lucarne Au-dehors Une rencontre en forme d’hommage poétique avec quatre sans-abri vivant à Cologne. Ils vivent dans la rue, sous les ponts ou dans les bois. Omniprésents dans toutes les métropoles, les sans-abri sont paradoxalement rendus invisibles et inaudibles aux yeux et aux oreilles d’une société qui les exclut. Cette situation d’isolement contribue à nourrir les préjugés qui les concernent  : en ignorant la spécificité de leur situation, on la réduit le plus souvent à l’alcoolisme, aux drogues, à un manque d’hygiène ou encore à la folie. Johanna Sunder-Plassmannet Tama Tobias-Macht ont cherché à bousculer ces idées reçues en allant à la rencontre de quatre SDF qui vivent à Cologne et en leur donnant simplement la parole. Convoquant son passé avec émotion, chacun retrace le parcours qui l’a amené à la rue, et évoque les difficultés du quotidien comme les rituels qui aident à survivre. Le film invite ainsi à pénétrer l’univers intime de ces hommes, à travers une mise en scène poétique des objets qui les accompagnent. Un doux parti pris qui leur restitue leur dignité. Documentaire de Johanna Sunder-Plassmannet Tama Tobias-Macht (Allemagne, 2016, 1h17mn) THEKLA EHLING lundi 23 septembre ARTE MAG N°39. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 SEPTEMBRE 2019 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :