Arte Magazine n°2019-30 20 jui 2019
Arte Magazine n°2019-30 20 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-30 de 20 jui 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jack le magnétique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
vendredi 26 juillet ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 JUILLET 2019 24 5.00 M THE ROLLING STONES  : HAVANA MOON Concert 6.15 ER ENQUÊTES ARCHÉOLOGIQUES Troie Série documentaire 6.40 R XENIUS Le sport, une discipline en pleine mutation Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM GEO REPORTAGE Vivre heureux au pied de l’Olympe Reportage 8.00 M LES PARCS NATIONAUX CANADIENS Gros-Morne – La nature à l’état brut Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 LEM MÉMOIRES DE VOLCANS Documentaire 10.50 EM NAPLES, LE RÉVEIL DES VOLCANS Documentaire 12.05 M LES ÎLES DE SA MAJESTÉ L’île de Jersey Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 L R LA GRÈCE – DES MONTAGNES À LA MER La côte méridionale et l’Attique Série documentaire 13.35 LM PHILADELPHIA Film 17.30 ER AU FIL DU MISSISSIPPI Au cœur du fleuve ; Le bayou Série documentaire 19.05 ER INVITATION AU VOYAGE Émission 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.52 E LA MINUTE VIEILLE – SAISON 8 L’homme mystère Série 20.55 7 D LA MEILLEURE DU MONDE Téléfilm 22.35 › 1.40 SUMMER OF FREEDOM 22.35 30 BIRKENSTOCK C'est moche mais ça marche ! Documentaire 23.30 60 STAX, LE LABEL SOUL LÉGENDAIRE Documentaire 0.20 M BETH DITTO – LILLE 2017 Concert 1.40 ARTE JOURNAL 2.00 EM ZÉTWAL Documentaire 2.55 LEM ART STORIES, L’ÂME DES MONUMENTS Nobles jardins Série documentaire 3.40 M L’INDE, LE BERCEAU DU YOGA – VOYAGE AU CŒUR DE LA SPIRITUALITÉ Coimbatore, un esprit sain dans un corps sain Série documentaire 4.10 LM LA GRÈCE – DES MONTAGNES À LA MER Macédoine orientale et Thrace Série documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible en replay Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français 20.55 Fiction La meilleure du monde La vie pleine d’imprévus d’un petit garçon élevé par des toxicomanes. Inspiré de l’enfance du réalisateur, un premier film intense, qui place les adultes face à leurs responsabilités. SWR/RITZLFILM/LAILAPS PICTURES/HENDRIK HEIDEN À 8 ans, Adrian vit dans une famille pour le moins... décomposée. Son père est mort avant sa naissance, sa jeune mère, Helga, est héroïnomane, tout comme son beaupère, par ailleurs au chômage. Très présents au quotidien, leurs amis sont alcooliques, toxicomanes, dealers et criminels. Certains d’entre eux ont des réactions incontrôlables, voire violentes, et Helga n’est pas toujours en état de protéger son fils. Adrian est accoutumé à cet environnement délétère, à ces soirées de défonce en groupe, porté par l’amour mutuel qui existe entre lui et sa mère. Une ombre plane néanmoins sur leur duo  : les services sociaux surveillent le petit garçon. Helga, qui bataille contre son addiction, pourrait perdre la garde de son fils... DÉMONS TOXIQUES La capacité d’adaptation des enfants, leur pouvoir de résilience…  : dans un univers où les adultes ont chuté de leur piédestal en perdant tout contrôle d’eux-mêmes, Adrian fait figure d’élément stable. Toujours dynamique et joueur, il ne semble pas juger ses aînés et a appris à composer avec les faiblesses de sa mère. Mis en danger par les excès de ses proches, il s’échappe de son quotidien sordide par la force de son imagination, peuplée de combats d’heroic fantasy. Adrian veut devenir un aventurier, sans se rendre compte qu’il en est déjà un, zigzaguant entre les grandes personnes et leurs démons. Inspiré de la propre enfance du réalisateur, ce téléfilm cathartique, dédié à sa mère et multiprimé dans les festivals, délivre un puissant message d’espoir. Compass Perspective Award, catégorie « Perspective cinéma allemand », Berlinale 2017 (Die beste aller Welten) Téléfilm d’Adrian Goiginger (Allemagne/Autriche, 2016, 1h34mn, VF/VOSTF) Scénario  : Adrian Goiginger - Avec  : Verena Altenberger (Helga Wachter), Michael Pink (Grieche), Michael Fuith (M. Hütter), Jeremy Miliker (Adrian Wachter), Lukas Miko (Günter Goiginger) Production  : RitzlFilm, Lailaps Pictures GmbH, SWR, ORF
22.35 › 1.40 Summer of Freedom Des pieds aux oreilles, ARTE s’intéresse à l’empreinte des incontournables sandales Birkenstock dans la mode, et à celle du mythique label Stax dans l’histoire de la soul. 22.35 Pop culture Birkenstock C'est moche mais ça marche ! SMAC FILM Près de soixante ans après sa première commercialisation, retour sur l’histoire de la sandale Birkenstock, qui a conquis le monde pour son confort inégalé. Massive, pas très sexy mais diablement confortable... La célèbre Birkenstock, chaussure allemande par excellence, n’a que peu changé depuis son tout premier modèle. Si l’entreprise de cordonnerie familiale qui la produit existe depuis 1774, c’est en 1964 que CarlBirkenstock trouve l’idée qui inscrira son nom dans l’histoire de la mode  : s’inspirant des semelles anatomiques développées par son grandpère, il imagine une imposante sandale unisexe en liège qui épouse la forme du pied, retenue par de larges lanières en cuir. Le fabuleux destin de la chaussure est scellé quelques années plus tard, quand elle est introduite aux États-Unis  : séduite par ses matières naturelles et son style décontracté, la jeunesse hippie se l’approprie avec bonheur. Et l’engouement traverse les générations, puisque leur profil orthopédique n’est pas pour déplaire aux personnes âgées. Aujourd’hui, on aperçoit cette mythique sandale – ou ses nombreuses contrefaçons – aux pieds d’anonymes du monde entier et de bon nombre de stars  : elle fut l’une des chaussures fétiches de SteveJobs, et elle a récemment été repérée sur les podiums ou le tapis rouge des Oscars. Depuis la petite ville allemande de Neustadt jusqu’au Japon, ce documentaire espiègle revient sur la longue et improbable success-story des « chaussures les plus laides au monde » – à porter avec ou sans chaussettes. Documentaire d’Andreas Coerper (Allemagne, 2019, 52mn) Coproduction  : ARTE GEIE, Smac Film 23.30 Pop culture Stax, le label soul légendaire JEAN-GABRIEL LEYNAUD/FLAIR PRODUCTION La fabuleuse histoire du label Stax, qui inventa la soul et fit travailler dans un même studio Blancs et Noirs dans l’Amérique ségrégationniste. À Memphis, en 1957, Jim Stewart, un fan de country, convainc sa sœur, Estelle Axton, de racheter un cinéma désaffecté, en plein ghetto noir, et d’en faire un studio. Ils réunissent les premières lettres de leurs noms, ce qui donne « Stax ». Estelle crée un magasin de disques attenant au studio, qui attire les talents du quartier, tandis que Jim délaisse la country pour le rhythm and blues. Le label enregistre ses premiers tubes, tel « Green Onions » de Booker T. & The M.G.’s, premier groupe multiracial. Stax enchaîne rapidement les succès, concoctés par des compositeurs de génie comme Isaac Hayes, qui œuvrera dix ans dans RÉMY GRANDROQUES 2017 Présenté par Beth Ditto En partenariat avec l’ombre avant de devenir le dandy soul qu’on connaît. En 1965, l’arrivée d’Al Bell, un DJ à l’épais carnet d’adresses, booste le label, désormais dirigé par un Blanc, Jim, et un Noir, Al, qui, faisant fi de la ségrégation, travaillent en harmonie. LE PHÉNIX STAX Les fastueuses années 1960 verront émerger les talents d’Otis Redding et du duo Sam & Dave. Mais malgré la loi sur les droits civiques de 1964, la décennie se terminera mal, avec une exacerbation des tensions raciales. Venu soutenir les éboueurs de Memphis, Martin Luther King est assassiné dans un motel de la ville en 1968. Ce traumatisme brise l’utopie métissée de Stax  : les employés noirs regardent désormais leurs collègues blancs de travers. Le label renaîtra de ses cendres grâce à l’explosion de la soul au début des années 1970, avant de déposer le bilan en 1975. Ponctué d’images de fresques urbaines de Memphis, le film raconte cette tumultueuse épopée grâce à des archives inédites et à des témoignages passionnants, notamment ceux de SteveCropper, coauteur du tube « (Sittin’on) The Dock of the Bay », d’Al Bell, du chanteur Sam Moore, ou de Rob Bowman, le « biographe » de Stax. Lire page 8 Documentaire de Lionel Baillon et Stéphane Carrel (France, 2019, 52mn) - Auteurs  : Lionel Baillon et Taleesa Herman Coproduction  : ARTE France, Flair Production, Universal Music France, Off Productions Suivi à 0.20 de la multidiffusion du concert Beth Ditto – Lille 2017. vendredi 26 juillet ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 JUILLET 2019 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :