Arte Magazine n°2019-28 6 jui 2019
Arte Magazine n°2019-28 6 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-28 de 6 jui 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : festivals en majesté.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JUILLET 2019 6 La collaboration de Dominique Blanc avec Patrice Chéreau a donné naissance à d’inoubliables moments de théâtre et de cinéma. Une relation privilégiée mise en lumière lors d’une lecture-hommage de la comédienne du Français, cet été, au Festival d’Avignon. Entretien. Le goût de l’exigence Comment avez-vous conçu la lecture que vous proposerez en juillet au public d’Avignon ? Dominique Blanc  : Véronique Cayla m’a invitée à faire une lecture dans le cadre du cycle de projections consacré à Patrice Chéreau, proposé par ARTE. Après avoir un moment cherché, hésité, je me suis décidée pour un beau texte, extrait du livre J’y arriverai un jour. En 2008, Chéreau s’est rendu à Thessalonique pour recevoir le Prix Europe pour le théâtre. Je faisais partie du voyage, et je ne l’ai jamais vu aussi ému. Cette distinction prestigieuse représentait pour lui un accomplissement. À cette occasion, il a donné une longue interview, où il expliquait avec honnêteté comment il avait construit son œuvre, comment il la poursuivait et comment il espérait la prolonger – il n’était pas malade à cette époque. C’était une profession de foi de créateur. C’est ce texte, avec quelques aménagements, que j’ai choisi de lire. Les questions de la mémoire et de la transmission me préoccupent. À la Comédie-Française, je côtoie une jeunesse pleine de promesses, qui ne verra jamais un spectacle de Chéreau, et qui ne connaît pas ses films, à l’exception parfois de La reine Margot. Je me demande comment je peux, tout en continuant à exercer mon métier, transmettre quelque chose aux nouvelles générations. Quel regard portez-vous sur votre travail avec Patrice Chéreau ? Nous avons travaillé ensemble à six reprises. Chacune de ces expériences a été marquante. Dans la première, Peer Gynt, je débutais. Cette pièce raconte la vie d’un homme qui se demande comment être et rester soimême... Des questions fondatrices pour un artiste et pour n’importe quel individu ! Phèdre a été une expérience intense. Quand je pense qu’aujourd’hui, grâce à la captation du spectacle utilisée pour préparer le bac de français, une foule de jeunes fans me demandent de faire des selfies à la sortie du théâtre... Patrice et mes partenaires auraient-ils imaginé que notre travail continuerait d’exister ainsi ? Comment pourrais-je oublier La douleur, de Marguerite Duras, Les paravents, de Jean Genet et, surtout, ces deux années à ses côtés à Nanterre ? Et puis il y a aussi ses films – La reine Margot, Ceux qui m’aiment prendront le train... Qu’est-ce que cette collaboration vous a appris ? L’exigence. Le goût de la perfection, de ne jamais se satisfaire du travail effectué, particulièrement au théâtre. Progresser de soir en soir, se saisir de ce que nos partenaires nous donnent et le mettre à profit. Chéreau était exigeant envers lui-même et les autres. Ce n’était pas courant, dans sa génération, de passer avec une telle dextérité d’un mode d’expression à l’autre  : théâtre, opéra, cinéma... Cette exigence, j’essaie de la garder. C’est un combat de tous les jours, mais il faut le mener, malgré les années et la reconnaissance, pour ne jamais céder à la vanité dans laquelle notre métier peut nous pousser, et continuer de progresser. Propos recueillis par Jonathan Lennuyeux-Comnène PASCAL VICTOR/ARTCOMPRESS
BRIDGEMAN IMAGES/Hommage à Patrice Chéreau Du 8 au 14 juillet, à l’auditorium de la Collection Lambert, dans le cadre du Festival d’Avignon, ARTE propose de redécouvrir l’œuvre de Patrice Chéreau à travers un cycle de projections de films, de documentaires et de captations de ses spectacles. Des séances présentées par Marie Labory et animées par de proches collaborateurs du metteur en scène  : Stéphane Metge, Pascal Greggory, Valeria Bruni Tedeschi, Bruno Todeschini, Dominique Blanc, Thierry Thieû Niang… Dominique Blanc, de la Comédie-Française, lui rendra hommage lors d’une lecture composée à partir de l’ouvrage J’y arriverai un jour (Actes Sud), précédée d’une performance dansée de Thierry Thieû Niang, captée et retransmise sur arteconcert.com. PATRICE CHÉREAU  : INTIMITÉS À la Collection Lambert, Avignon Vendredi 12 et samedi 13 juillet à 10.30 Lecture exceptionnelle de Dominique Blanc Projections à 14.30  : Lundi 8 juillet Patrice Chéreau, le corps au travail (documentaire) Mardi 9 juillet Une autre solitude (documentaire) Mercredi 10 juillet Rêve d’automne (théâtre) Jeudi 11 juillet Son frère (film) Vendredi 12 juillet Phèdre (théâtre) Samedi 13 juillet Intimité (film) Dimanche 14 juillet Elektra (opéra) Les festivals de l’été sur ARTE À l’antenne et sur le Web, la saison des festivals démarre sur ARTE ! Tout au long de l’été, la chaîne ouvre ses écrans à des concerts, des spectacles et des opéras captés en France et ailleurs en Europe. Tour d’horizon des grands rendez-vous. À L’ANTENNE ET SUR ARTE CONCERT Clisson Samedi 22 juin à 22.40 Hellfest 2019 En direct de Clisson, retrouvez la crème du festival français de metal. Du 21 au 23 juin, une trentaine de concerts seront également disponibles en direct et en replay sur ARTE Concert. Aix-en-Provence Mercredi 10 juillet à 22.45 « Requiem » de W. A. Mozart Festival d’Aix-en-Provence 2019 En léger différé du Théâtre de l’Archevêché, une relecture de l’ultime chef-d’œuvre de Mozart, dirigée par Raphaël Pichon et mise en scène par Romeo Castellucci. Sur ARTE Concert, retrouvez ce spectacle ainsi que Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny, un opéra de Bertolt Brecht et Kurt Weill, mardi 11 juillet à 20.00. Avignon Mercredi 17 juillet à 22.40 Lewis versus Alice Par Macha Makeïeff, une traversée féerique de l’univers de Lewis Carroll. Disponible sur ARTE Concert. Voir aussi l’encadré sur l’hommage rendu à Patrice Chéreau. Matera (Italie) Samedi 3 août à 21.05 « Cavalleria rusticana » de Pietro Mascagni dans les Sassi de Matera L’opéra de Pietro Mascagni, joué en plein air, dans le splendide décor troglodytique de Matera, au sud de l’Italie. Salzbourg (Autriche) Samedi 17 août à 22.35 Orphée aux enfers L’opéra-bouffe de Jacques Offenbach, en léger différé du Festival de Salzbourg ET AUSSI... Retrouvez tout l’été, sur ARTE Concert, en livestream et en replay plusieurs mois durant, les temps forts des grands festivals européens. Avec, entre autres  : We Love Green à Paris, Les Nuits de Fourvière à Lyon, les festivals allemands Sputnik Spring Break, Hurricane, Splash ! et Full Force, le Flow Festival à Helsinski, Days off à Paris, les Eurockéennes à Belfort, Jazz des cinq continents à Marseille, La Route du rock à Saint-Malo, Festival Cabaret vert à Charleville-Mézières… arteconcert.com 7ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JUILLET 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :