Arte Magazine n°2019-28 6 jui 2019
Arte Magazine n°2019-28 6 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-28 de 6 jui 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : festivals en majesté.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 8 juillet ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JUILLET 2019 16 5.00 M JOYCE DIDONATO AU GRAN TEATRE DEL LICEU Concert 5.45 LEM LES GRANDS MYTHES Bellérophon – L’homme qui voulait être dieu ; Médée – L’amour assassin Série documentaire 6.40 R XENIUS Le yak Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM GEO REPORTAGE Chiens, graines de champions Reportage 8.00 EM PARADIS NATURELS RETROUVÉS République du Congo – La forêt des gorilles Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 L R GEO REPORTAGE Chine  : les pêcheurs de glace du lac Chagan ; Chine, les ruches de maître Xing Reportage 11.20 LEM UN KILOMÈTRE À PIED... Le chemin de la Lech, Autriche Série documentaire 12.05 LM LIONS DE NAMIBIE Les rois du désert Documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.30 LDM DEUX FEMMES AMOUREUSES Téléfilm (VF) 15.00 M L’HOMME QUI N’EXISTAIT PLUS Téléfilm 16.35 L’INDE, LE BERCEAU DU YOGA – VOYAGE AU CŒUR DE LA SPIRITUALITÉ Delhi, la mégalopole du yoga ; Rishikesh, le supermarché de la spiritualité Série documentaire 17.30 R LES PARCS NATIONAUX CANADIENS Gwaii Haanas – La beauté sauvage Série documentaire 18.15 LES PARCS NATIONAUX CANADIENS Kluane Série documentaire 19.05 ER INVITATION AU VOYAGE Émission 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 E LA MINUTE VIEILLE – SAISON 8 Histoire à chute Série 20.55 LR PHILADELPHIA Film 22.55 L 30 R THÉORÈME Film 0.30 7 AMITIÉS MASCULINES Documentaire 2.00 ARTE JOURNAL 2.20 ER LES FAUSSES CONFIDENCES Téléfilm 3.45 M ARTE REGARDS Reportage 4.45 M ENQUÊTE D’AILLEURS Les zombies d’Haïti Série documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible en replay Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français 20.55 Cinéma Philadelphia Un avocat se fait licencier sous un prétexte fallacieux à cause de sa maladie. Le premier grand film hollywoodien sur le sida, où Tom Hanks et Denzel Washington crèvent l’écran. 1993 TRISTAR PICTURES Avocat brillant au sein du premier cabinet juridique de Philadelphie, Andrew Beckett vient de se voir confier l’une des plus grosses affaires de la maison. Mais il est atteint du sida et peu après, alors que les premiers signes de la maladie apparaissent sur son visage, ses patrons le mettent à la porte en invoquant une faute professionnelle. Décidé à faire reconnaître qu’ils l’ont licencié à cause de son état de santé, et de son homosexualité, en violation de la loi contre les discriminations, Andrew se met en quête d’un confrère qui accepte de le représenter. Homophobe revendiqué, Joe Miller nourrit à l’encontre du sida les mêmes préjugés que le reste de la société, mais attiré par le risque et la publicité potentielle, il relève finalement le défi... BONNE CAUSE Un peu plus de trois décennies après les débuts de l’épidémie de sida aux États- Unis, les efforts déployés par Jonathan Demme pour gagner le grand public à la cause de son héros peuvent paraître parfois trop démonstratifs. Mais c’est parce que cette cause a, depuis, en partie triomphé, l’homophobie et la stigmatisation des malades, immenses au début de la pandémie, ayant largement reculé dans les opinions occidentales. Premier film hollywoodien à s’emparer de ces thèmes, avec une efficacité qui n’exclut pas l’émotion, Philadelphia vaut d’abord aujourd’hui pour la performance de ses deux acteurs principaux, Tom Hanks et Denzel Washington, car elle transcende ce que leurs rôles peuvent avoir d’attendu. Meilleurs acteur (Tom Hanks) et chanson originale (« Streets of Philadelphia » de Bruce Springsteen), Oscars et Golden Globes 1994 Ours d’argent du meilleur acteur (Tom Hanks), Berlinale 1994 Meilleure chanson originale, Grammy Awards 1995 Film de Jonathan Demme (États-Unis, 1993, 2h, VF/VOSTF) - Scénario  : Ron Nyswaner - Avec  : Tom Hanks (Andrew Beckett), Denzel Washington (Joe Miller), Roberta Maxwell (la juge Tate), Joanne Woodward (Sarah Beckett), Karen Finley (le docteur Gillman), Jason Robards (Charles Wheeler), Antonio Banderas (Miguel Alvarez) Production  : Clinica Estetico, Tristar Pictures (R. du 11/5/2014)
22.55 Cinéma Théorème Un mystérieux éphèbe plonge une famille de grands bourgeois dans la crise. Violente et controversée, cette tragédie en forme de fable valut à Pasolini sa renommée internationale. Un jeune homme s’introduit dans la famille d’un riche industriel milanais. Emilia, la bonne, puis Pietro, le fils, Lucia, la mère, Odetta, la fille, et enfin Paolo, le père, succombent au charme de l’invité, auquel ils se livrent corps et âme. Mais le jeune homme repart soudain comme il était venu. Laissés seuls face au trouble que l’inconnu a semé dans leur esprit et au vide de son absence, tous traversent une violente crise physique et morale... UNE MYSTIQUE MODERNE À la fois littéraire et cinématographique – puisque Pasolini sortit roman et film simultanément –, Théorème se présente comme une aventure mystique moderne. Une famille bourgeoise se trouve transfigurée par le passage d’un jeune homme (Terence Stamp, magnifique) à la beauté parfaite et implacable. Ange ou démon, il révèle à tous l’artifice et le néant de leur vie, métamorphosant leur destin. Libérés soudain de leur confort moral par les expériences sexuelles, puis confrontés à l’absence de leur initiateur, Pietro, Lucia et Odetta s’abandonnent à l’excès, puis au vide  : Emilia devient une « sainte » et Paolo offre son usine à ses ouvriers. Controversé, marqué par un mélange de catholicisme et de communisme, Théorème rassemble tous les thèmes du cinéma de Pasolini. Le sexe se mêle de religion, la bourgeoisie est stigmatisée, le drame social a l’accent de la tragédie  : celle d’une humanité désertée par le sacré. Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine (Laura Betti), Venise 1968 (Teorema) Film de Pier Paolo Pasolini (Italie, 1968, 1h31mn, VOSTF) - Scénario  : Pier Paolo Pasolini, d’après son roman - Avec  : Terence Stamp (l’invité), Silvana Mangano (Lucia), Anne Wiazemsky (Odetta), Massimo Girotti (Paolo), Laura Betti (Emilia), Andrès José Cruz (Pietro), Ninetto Davoli (Angelino) - Production  : Aetos Film (R. du 14/2/2002) ROSA VON PRAUNHEIM FILMPRODUKTION 0.30 La lucarne Amitiés masculines Les héros de la littérature classique allemande, Goethe et Schiller en tête, étaient-ils homosexuels ? Figure du cinéma gay outre- Rhin, Rosa von Praunheim fouille leurs écrits et leur vie en quête d’indices. « Je n’aurais jamais imaginé tourner un film sur Goethe et Schiller. Goethe, surtout, me semblait coupé du réel et arrogant. Et tout ce verbiage sur ses conquêtes féminines me barbait », confie, en habits d’époque, le facétieux Rosa von Praunheim, figure du cinéma gay outre-Rhin, en ouverture de son documentaire. La découverte d’ouvrages traitant de l’homosexualité d’un certain nombre d’écrivains classiques allemands l’a amené à scruter leurs écrits, saturés d’allusions, et leurs biographies. Les relations privilégiées que Goethe – qui n’aurait goûté à l’amour charnel qu’à l’âge de 30 ans – a entretenues avec le duc Charles-Auguste de Saxe- Weimar-Eisenach, son page PhilippSeidl ou encore Schiller intriguent ainsi les spécialistes. D’autres cas suscitent leur intérêt, de l’historien de l’art JohannJoachim Winckelmannau duc Auguste de Saxe-Gotha-Altenbourg en passant par le poète Heinrich von Kleist. AMITIÉS AMÉLIORÉES ? À une époque qui vouait un culte aux amitiés masculines (et féminines), et alors que l’homosexualité n’avait pas encore été définie ni criminalisée, ces effusions faisaient-elles simplement partie des mœurs ou relevaient-elles d’amours consommées ? Entremêlant, dans un extravagant et instructif montage, saynètes reconstituées teintées de volupté, discussions animées sur le sujet entre les comédiens et entretiens éclairants avec des experts, Rosa von Praunheim renouvelle notre regard sur le classicisme de Weimar en explorant l’homoérotisme qui l’imprègne. Documentaire de Rosa von Praunheim (Allemagne, 2018, 1h25mn) - Production  : MDR/Rosa von Praunheim Filmproduktion, en collaboration avec ARTE lundi 8 juillet ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JUILLET 2019 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :