Arte Magazine n°2019-26 22 jun 2019
Arte Magazine n°2019-26 22 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-26 de 22 jun 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : festival du documentaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 26 juin ARTE MAG N°26. LE PROGRAMME DU 22 AU 28 JUIN 2019 20 22.30 Festival du documentaire 2019 Limites Pression colossale, souffrance, épuisement émotionnel  : le chemin de croix d’une jeune gymnaste russe filmée pendant la préparation des Jeux olympiques de Rio. En finale du championnat du monde 2015, Margarita Mamun, jeune athlète de 19 ans, s’incline face à sa rivale et coéquipière russe Yana Kudryavtseva au concours général de gymnastique rythmique. À ce niveau de la compétition, la perfection est attendue et le moindre centième de point revêt une importance capitale. Margarita Mamun s’entraîne sous l’égide de deux femmes  : Irina Viner, entraîneuse en chef de l’équipe de Russie, « l’une des coachs les plus dures de l’ère soviétique », selon le Guardian, et Amina Zaripova, son entraîneuse personnelle. Les Russes, en plus d’être à l’origine de la discipline, la dominent depuis des années sur la scène internationale. Margarita enchaîne entraînements et compétitions, tout entière dédiée à son objectif  : les Jeux olympiques à venir. LE PRIX DE L’EXCELLENCE « Le sport est la seule guerre qui connaisse une issue pacifique. » Dans la bouche d’Irina Viner, ces propos peuvent paraître saugrenus tant l’on s’habitue, au fil du documentaire, à l’humiliation, au stress et aux insultes qui pleuvent sur Margarita Mamun à la moindre erreur. La violence verbale touche au harcèlement, mais c’est dans les bras de ces mêmes coachs que Margarita se réfugie dans ses rares moments de relâchement, auprès d’elles, et non de sa famille, qu’elle cherche soutien et réconfort. « On est dans le même bateau, toi et moi », souffle Amina Zaripova. Toutes sont soumises à la même pression implacable  : en Russie, la gymnastique rythmique a un poids politique considérable et engage des enjeux financiers colossaux. À chaque compétition perdue, c’est un peu de la superbe du pays qu’on égratigne. Loin de ces considérations politiques, la réalisatrice Marta Prus, ellemême ancienne gymnaste, ne lâche pas le visage de Margarita Mamun, filmant ses sourcils constamment froncés et sa mâchoire serrée. Les émotions propres à l’adolescence, la colère, la frustration, la tristesse, semblent secondaires, sacrifiées sur l’autel de la discipline. « Tu n’es pas un être humain, tu es une athlète », dira sa coach. Malgré la douleur physique et le cancer de son père, qu’elle découvre durant sa préparation, la jeune femme s’exécute, ne rompt pas, et remporte l’or aux JO de Rio, renvoyant à tous le sourire parfait qu’on attend des gymnastes. Pourtant, la réalisatrice dira d’elle  : « Je l’ai vue souffrir pour la gymnastique, se battre pour la gymnastique, mais je ne l’ai jamais vue y prendre du plaisir. » Documentaire de Marta Prus (Pologne/Allemagne/Finlande/France, 2015, 1h10mn) Coproduction  : ARTE, Chimney, Marianna Films, Polish Film Institute, Telemark, Ventana Film, YLE, TVP PROGRAM 33/D.R.
ANDREW MCCONNELL 23.40 Festival du documentaire 2019 Gaza, la vie Une immersion dans le quotidien survolté d’un territoire au bord de l’implosion, en empathie avec une série de personnages magnifiés par de splendides images. Sur ce territoire de 365 kilomètres carrés, qui a connu trois guerres depuis dix ans, et subit depuis 2007, date de la prise du pouvoir du Hamas, un blocus israélo-égyptien, vivent aujourd’hui 2 millions de personnes. Chômage de près de 50%, surpopulation, immeubles et infrastructures bombardés et jamais reconstruits, électricité rare et constamment coupée...  : si les maux de la trop fameuse bande de Gaza sont connus, la manière dont ils affectent ses habitants est rarement montrée. Impressionnés par l’extraordinaire vitalité qui se dégage, malgré tout, de ce lieu exceptionnel à tous égards, le photojournaliste Andrew McConnell et le réalisateur Garry Keane ont entrepris de montrer son quotidien méconnu. ART DU REGARD Entre 2014 et 2018, ils ont accompagné au jour le jour une vingtaine de Gazaouis d’âges et de conditions sociales très divers  : un adolescent membre de la famille la plus nombreuse du territoire (39 frères et sœurs), qui rêve d’avoir un jour son bateau de pêche ; une étudiante de 19 ans et sa mère, employée par les Nations unies ; un jeune rappeur cloué dans un fauteuil après avoir été blessé en manifestant contre Israël ; un vieux pêcheur accueillant son fils libéré de prison ; un chauffeur de taxi philosophe qui, faute de pouvoir payer ses dettes, a lui aussi été détenu ; un maître-nageur dandy épris de surf ; un entrepreneur ruiné ; un directeur de théâtre ; un infirmier urgentiste accablé... Décidés à révéler, derrière la tragédie, la beauté et les joies fugaces qui, le temps d’une fête, d’un fou rire ou d’un soleil couchant sur la mer, omniprésente dans le film, permettent de supporter l’insupportable, les réalisateurs s’attachent à l’humanité, l’éloquence, la poésie de leurs personnages, magnifiés aussi de splendides images. Leur empathie et leur art du regard donnent ainsi à ceux qu’ils filment une poignante dignité. Documentaire de Garry Keane et Andrew McConnell (Irlande/Canada/Allemagne, 2018, 1h30mn) Coproduction  : ARTE/ZDF, For Real Films LTD, Filmoption International Inc, Gebrüder Beetz Filmproduktion Gmbh, Produktion Fine Point Films PROGRAM 33/D.R. 1.10 Festival du documentaire 2019 Prince parmi les hommes Remontant le cours du Danube, ce sublime documentaire part en quête de la musique tsigane pour composer un portrait empreint de poésie du peuple rom. « La musique est le seul luxe d’une vie de pauvreté. Elle nous a sauvés de l’humiliation. » Transmis de génération en génération, les chants tsiganes charrient l’histoire douloureuse des Roms, peuple originaire de l’Inde, dispersé par des siècles d’exil perpétuel et frappé d’un ostracisme persistant. Au fil du Danube, des refrains envoûtants des lautari (les musiciens traditionnels) et des mots du poète serbe Baja Saitovic, patriarche au regard pénétrant, ce documentaire embrasse l’âme du peuple rom au travers de voix singulières  : Esma Redzepova-Teodosievska (1943-2016), reine de la musique tsigane, mère adoptive de 47 enfants ; Jony Iliev, chanteur bulgare de retour de son exil allemand ; Marinel Sandu, membre du célèbre ensemble roumain Taraf de Haïdouks, et sauvé de la drogue par la musique ; mais aussi la jeune Nana, issue d’une lignée de chiromanciennes soumises à une méfiance et une précarité grandissantes, et la belle et grave Lena, Juliette de Bessarabie arrachée à son amoureux Radjik, le fils de son beau-père... TERRITOIRES MÉCONNUS Sinuant à travers les pays, les âges de la vie et les mélodies, ce film itinérant et sensoriel, traversé de magnifiques images, explore des territoires méconnus où la musique bat la mesure d’un autre monde  : celui des Roms, dont il compose un portrait plein d’humanité, entre mythe et quotidienneté, beauté et tragédie. Documentaire de Stephan Crasneanscki (France, 2017, 1h22mn) - Auteurs  : Stephan Crasneanscki, Virginie Luc, Daniel Kruglikov - Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo mercredi 26 juin ARTE MAG N°26. LE PROGRAMME DU 22 AU 28 JUIN 2019 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :