Arte Magazine n°2019-23 1er jun 2019
Arte Magazine n°2019-23 1er jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-23 de 1er jun 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Tiananmen.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°23. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 JUIN 2019 8 Samedi 1er juin à 20.50 Versailles Le palais retrouvé du Roi-Soleil Lire page 11 En replay jusqu’au 5 juillet Merveilles royales Un documentaire étonnant révèle l’incroyable travail de reconstitution entrepris par des historiens et des chercheurs pour faire renaître la beauté du Versailles de Louis XIV, notamment grâce à la 3D. Gros plan sur trois splendeurs. La grotte de Téthys Le travail de reconstitution des chercheurs permet de comprendre l’émerveillement que procurait cette grotte artificielle, édifiée en 1666 et baptisée en l’honneur de la déesse de la mer. À l’intérieur des murs tapissés de coquillages, de nacres et de perles, le roi peut, d’un signe, faire jaillir l’eau des fontaines. Le divertissement s’admire autant qu’il s’écoute. Aux ruissellements s’ajoute le chant des oiseaux distillé par un orgue hydraulique. Chef d’orchestre L’appartement des bains On en parlait à l’époque comme l’une des sept merveilles du château. L’appartement des bains se composait de cinq pièces, construites au rez-dechaussée du palais, entièrement ornées de bronze doré et de marbre. Des vestiges de ce faste subsistent notamment deux paires de volets aux sculptures travaillées, une des colonnes de marbre du vestibule et la spectaculaire baignoire La galerie Mignard Alors que la pieuse Mme de Maintenon règne désormais sur le cœur du roi, l’ancien appartement de la marquise de Montespan devient en 1685, « la petite galerie du roi », appelée ensuite galerie Mignard en référence au peintre qui en a réalisé le plafond. Dans cet espace, l’un des plus privés du palais, Louis XIV expose ses plus beaux tableaux, près de cent œuvres sélectionnées parmi les deux mille de la galerie royale, avec, en de cette féerie, Louis XIV cherche à éblouir ses invités qui ne manquent pas de faire le rapprochement entre le roi et le dieu sculpté dans la niche abritant Apollon servi par les nymphes. Cette représentation symbolique n’échappe pas à Jean de La Fontaine qui écrira  : « Quand le Soleil est las, et qu’il a fait sa tâche/il descend chez Téthys, et prend quelque relâche./C’est ainsi que Louis s’en va se délasser/d’un soin que tous les jours il faut recommencer. » de trois mètres de diamètre. Le roi aimait s’y détendre en compagnie de la marquise de Montespan, sa favorite pendant quinze ans. Cet endroit luxueux se ternit toutefois rapidement. En 1684, Louis XIV se sépare de sa maîtresse. Sommée de quitter son appartement à l’étage du roi, elle se voit logée dans celui des bains, peu à peu dépouillé de son décor de marbre. bonne place, La Joconde, issue des collections de François I er. En mêlant des peintures de prestige et d’autres plus personnelles, le souverain dévoile ses goûts mais affiche aussi sa générosité de mécène. Reconstitué aujourd’hui en images de synthèse, cet espace avait progressivement disparu au cours du XVIII e siècle. Hélène Porret GEDEON PROGRAMMES
SONY MUSIC Plus d’un milliard de dollars de recettes, trois Oscars, et le royaume fictif du Wakanda – florissant et futuriste – comme une métaphore de la puissance du continent noir. Le succès du blockbuster Black Panther, de Ryan Coogler, narrant l’épopée du premier super-héros africain, est emblématique de la vitalité d’une culture africaine qui a réussi à conquérir le cœur endurci d’Hollywood. Alors que le wax, tissu chatoyant, impose son style bariolé dans les rues des capitales occidentales, le DJ Black Coffee, fine fleur de la house sudafricaine, investit l’Olympia fin mai. Quant aux artistes contemporains du continent, leur cote explose. À la Fondation Cartier, début 2018, la rétrospective de Malick Sidibé, photographe de la jeunesse et des euphoriques soirées bamakoises des années 1960, a battu des records de fréquentation. L’Afrique est devenue chic et tendance. Cet engouement coïncide aussi avec un dynamisme socioéconomique, à l’heure où certains pays africains connaissent des taux de croissance exponentiels et le continent, une grande vitalité démographique. Selon les Nations unies, 40% de l’humanité sera africaine en 2100. LABORATOIRE CULTUREL « Notre présence au monde ne doit pas compter qu’en termes de croissance du PIB », affirme Felwine Sarr dans le documentaire Africa Rising. Auteur d’Afrotropia, un essai coup de poing invitant l’Afrique à inventer un nouveau modèle de civilisation, l’intellectuel sénégalais en est convaincu  : la culture a un rôle à jouer dans cette dynamique d’empowerment. Par le passé, certaines figures musicales de l’ère postindépendance ont d’ailleurs largement contribué à semer les graines du rayonnement africain dans le monde  : Miriam Makeba, Fela Kuti ou Papa Wemba, fringant inspirateur du tube « Sapé comme jamais » de Maître Gims. Mais l’Afrique d’aujourd’hui est confrontée à de nouveaux enjeux, toujours plus complexes. Parmi eux, le débat sur la restitution des objets d’art spoliés pendant la colonisation dont une séquence du film Black Panther s’est directement emparé. La question s’inscrit comme un jalon à cette nouvelle « Afrique en mouvement » souhaitée par Felwine Sarr. « Il est fondamental de retrouver les objets de notre patrimoine […] de reprendre corps avec notre puissance créatrice, spirituelle, culturelle et historique », estime l’intellectuel. « L’Afrique a les moyens d’être un laboratoire pour réinventer les formes du politique, du social, du culturel et de l’économique. » Clara Le Quellec Vendredi 7 juin à 22.25 Documentaire Africa Rising Lire page 25 En replay jusqu’au 30 juin L’engouement autour de la pop culture africaine témoigne du dynamisme du continent. Une richesse au cœur du film Africa Rising et à l’honneur de la programmation spéciale d’ARTE. Afrique Le pouvoir de la pop culture Programmation spéciale Africa ! Vendredi 7 juin Africa Rising à 22.25 Dimanche 9 juin Sur les traces de Cesaria Evora à 23.15 Move ! à 0.05 Lundi 10 juin Boxing Libreville à 1.30 Mardi 11 juin Nigeria  : pour que le courant passe à 23.35 Pourquoi nous restons à 0.35 L’Afrique, terre promise du numérique à 1.30 Vendredi 14 juin Johnny Clegg – Le Zoulou blanc à 22.25 Angélique Kidjo en Concerts volants à 0.05 Samedi 15 juin Botswana, les reines du heavy metal à 17.50 Dimanche 16 juin Les chanteuses de soul de l’Afrique à l’Europe à 23.55 Mercredi 19 juin Le marché des masques africains à 22.35 Les initiés à 23.30 Et aussi  : des séries découvertes et des éditions spéciales de magazines (Tracks, Metropolis). ARTE MAG N°23. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 JUIN 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :