Arte Magazine n°2019-20 11 mai 2019
Arte Magazine n°2019-20 11 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-20 de 11 mai 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les enfants d'Erasmus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 12 mai ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 11 AU 17 MAI 2019 14 20.10 Vox pop Pour éclairer les enjeux du scrutin européen du 26 mai, le magazine présenté par Nora Hamadi leur consacre cinq émissions spéciales. En première partie d’émission, un reportage compare les politiques de cinq pays de l’Union sur une question transversale. Deux invités débattent ensuite de sujets qui font polémique. Sécurité alimentaire  : le « made in Europe », une garantie ? Les normes de sécurité alimentaire de l’UE seraient les plus strictes du monde. Pourtant, ces dernières années, les scandales sanitaires se sont multipliés  : viande avariée, lait infantile aux salmonelles... Inquiets, les consommateurs réclament plus de transparence pour les produits qu’ils achètent. Une volonté plus ou moins respectée selon les pays, qui appliquent à leur guise les directives sanitaires édictées par l’Union. Peut-on encore faire confiance aux banques ? Depuis la crise de 2008, plusieurs milliers de pages de réglementation ont été adoptées afin de réguler davantage le secteur bancaire. Pourtant, les banquiers, qui semblent avoir conservé les mêmes méthodes, font planer le spectre d’une nouvelle crise. Nora Hamadi reçoit l’Allemand Gerhard Hofmann, membre de l’Association des banques coopératives allemandes (BVR), qui plaide pour une réglementation moins contraignante. Face à lui, son compatriote Marcel Fratzscher, président de l’Institut allemand pour la recherche économique, qui dénonce une régulation insuffisante. Sans oublier le tour d’Europe des correspondants. Magazine présenté par Nora Hamadi (France, 2019, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse PAULINE BALLET En partenariat avec EUROPACORP DISTRIBUTION 20.55 Cinéma Cannes 2019 Trois enterrements Le pèlerinage à travers les États-Unis et le Mexique d’un étrange trio (un vieux cow-boy, un meurtrier malgré lui et le cadavre d’un immigré). Un western moderne d’une grande beauté, porté par la performance de Tommy Lee Jones. Melquiades Estrada est mort dans le désert, à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, abattu d’une balle dans la poitrine. Les autorités locales texanes enterrent rapidement l’immigré sans prendre la peine de chercher son meurtrier. Par amitié pour son défunt employé, Pete Perkins décide alors de mener sa propre enquête. Il retrouve bientôt le coupable, le force à exhumer le corps, puis à le suivre jusqu’au Mexique pour offrir une sépulture digne à Melquiades... RÉDEMPTION « Si je meurs ici, ramène-moi à ma famille et enterre-moi dans mon village. » Tenu par cette promesse, Perkins endosse le rôle du justicier et entraîne l’assassin et sa victime (qui se décompose peu à peu) à travers les paysages rudes et magnifiques de la région, sur le chemin de la rédemption et de l’humanité retrouvée. Découpé en chapitres, ce film contemplatif à la chronologie subtilement bousculée dépeint trois destins qui s’affrontent, entre cruauté et passion, dans un coin paumé du Texas, à la fois majestueux et défiguré par l’ennui, où se cristallisent les tensions entre les États-Unis et le Mexique. Pour ses débuts derrière la caméra, Tommy Lee Jones appelle à la réconciliation dans une œuvre teintée d’onirisme, justement récompensée par deux prix au Festival de Cannes 2005. Prix d’interprétation masculine (Tommy Lee Jones) et Prix du scénario, Cannes 2005 (The Three Burials of Melquiades Estrada) Film de Tommy Lee Jones (États-Unis/France, 2005, 1h56mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Guillermo Arriaga - Avec  : Tommy Lee Jones (Pete Perkins), Barry Pepper (Mike Norton), Julio César Cedillo (Melquiades Estrada), Dwight Yoakam (Belmont), January Jones (Lou AnnNorton), Melissa Leo (Rachel), Vanessa Bauche (Mariana) - Production  : EuropaCorp, Javelina Film Company - (R. du 30/5/2012)
22.50 Cannes 2019 Stallone, profession héros Les hauts et les bas de « Sly » qui, tel Rocky, son indestructible alter ego, s’est toujours relevé malgré les coups. Le portrait riche en testostérone d’un costaud attendrissant et non dénué d’humour. COLLECTION CHRISTOPHE L Son regard tombant, qui lui valut des quolibets à l’école et des rôles de sale type à ses débuts, Sylvester Stallone le doit à une naissance aux forceps qui lui paralyse temporairement le visage. Cet enfant mal-aimé des bas quartiers new-yorkais se réfugie dans la rêverie et le sport. Le bodybuilder italo-américain Charles Atlas étant l’idole de sa famille, Stallone, alors gringalet, suera des années pour se construire une carrure. Après avoir frôlé la délinquance, il découvre le théâtre, enchaîne les petits rôles et accepte même, faute de mieux, un porno soft. STYLO ET BICEPS Scénariste doué mais acteur complexé, celui qu’on surnommera « Sly » va forger à la force du biceps et du stylo deux figures de héros ultrapopulaires  : Rocky et Rambo. Malgré ses incursions dans des rôles moins caricaturaux, tournant souvent au fiasco, il reviendra toujours à ces deux icônes du film d’action que le monde entier a fini par confondre avec lui, pour le pire et le meilleur. Après avoir été adulé, il passera en effet pour l’incarnation bodybuildée de la bêtise américaine. D’extrait de films en archives d’interview, où Sly dégaine des punchlines pleines d’autodérision, ce documentaire montre comment l’acteur mord la poussière mais se relève infailliblement, y compris lorsque, après le succès de Rocky, il perd le sens des réalités et devient un habitué de la presse à scandale. Habile à recycler ses déboires, il racontera cette période bling-bling dans le deuxième épisode de la saga. Le portrait, riche en testostérone, d’un loser bodybuildé, mais également sensible et doté d’humour, que son besoin de reconnaissance et sa ténacité rendent attachant. Documentaire de Clélia Cohen et Antoine Coursat (France, 2018, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Agat Films & Cie - (M. du 26/4/2019) À voir aussi sur arte.tv  : Blow Up – C’est quoi Sylvester Stallone ? SEPPIA/LOUISE PRODUCTIONS 23.45 Les aventures de « Histoire du soldat » Composée à la fin de la Première Guerre mondiale, la fable-ballet musicale de Stravinski et Ramuz a traversé le siècle. Pleins feux sur une œuvre novatrice. En 1918, alors que le premier conflit mondial fauche la jeunesse européenne, le compositeur russe Igor Stravinski, installé en Suisse, fait la connaissance de l’écrivain vaudois Charles Ferdinand Ramuz. Ensemble, ils s’attellent à l’écriture de Histoire du soldat, une fableballet musicale. Mobilisant seulement sept musiciens (violon, clarinette, basson, cornet à piston, trombone, contrebasse et percussions) et trois protagonistes, l’œuvre, qui peut être jouée partout, va marquer de son empreinte le XX e siècle. Avec la complicité de fins connaisseurs, ce documentaire retrace les péripéties qui ont entouré la naissance de cette œuvre novatrice. Il recense aussi ses plus fameuses recréations au fil du siècle, notamment celles auxquelles ont participé Jean Cocteau, Maurice Béjart et Gérard Depardieu, interprète en 1997 d’une version discographique. Documentaire de Michel Van Zele (France/Suisse, 2018, 53mn) - Coproduction  : ARTE GEIE, Louis Productions, Seppia Film, RTS, SSR dimanche 12 mai ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 11 AU 17 MAI 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :