Arte Magazine n°2019-19 4 mai 2019
Arte Magazine n°2019-19 4 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-19 de 4 mai 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : 24h Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°19. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 MAI 2019 8 Dans un documentaire coréalisé avec Félix Seger, le journaliste Étienne Huver infiltre la sphère fermée des cybercriminels russes et éclaire les méthodes de ces insaisissables pirates instrumentalisés par le Kremlin. Entretien. iiiitirartirairasara Zettegarlintlai ageeleieffinibleMeea Hackers russes La bombe numérique Mardi 7 mai à 22.25 Documentaire Les nouveaux mercenaires russes Lire page 19 En replay jusqu’au 5 juillet Membre du collectif d'investigation Slug News, Étienne Huver est journaliste et lauréat du prix Albert-Londres en 2016. Pourquoi avez-vous choisi d’enquêter sur les hackers russes ? Étienne Huver  : L’idée a germé au début de la présidentielle française de 2017 quand la campagne d’Emmanuel Macron a été hackée. Tout le monde pointait du doigt les Russes. En 2016, les services de renseignements américains les avaient accusés du piratage des e-mails du Parti démocrate. Pendant deux ans, avec le collectif d’investigation Slug News, nous avons cherché à savoir qui étaient ceux que l’on soupçonne d’être au service de Vladimir Poutine. Pour cela, nous avons pénétré leur univers sur la Toile. Nous nous sommes entourés de spécialistes qui ont sécurisé nos données pour que les services de renseignements ou les sphères criminelles ne puissent pas nous géolocaliser. Nous nous sommes rendus aussi en Ukraine et en Russie. Les autorités russes vous ont-elles mis des bâtons dans les roues ? Nous avons pu travailler librement sur place. Nous avons pu par exemple filmer une partie de l’audience du hacker russe Konstantin Kozlovsky. Emprisonné pour avoir dérobé des millions de roubles à des banques russes, il accuse le FSB, les services secrets russes, de l’avoir recruté. La principale difficulté a consisté à débusquer une personne capable de nous guider sur les forums russophones où se e:3 vendent à prix d’or les données. Nous avons trouvé la perle rare seulement à la fin du tournage. Plusieurs personnes avaient refusé de nous aider par peur des représailles. D’où vient ce savoir-faire pour le piratage de données ? La Russie dispose d’un important terreau cybercriminel depuis plusieurs décennies. Dès le début des années 1990, des jeunes Russes désargentés ont hacké des banques étrangères pour gagner leur vie. Les services de renseignements russes peuvent puiser dans ce vivier à des fins d’attaque. La Russie a une longueur d’avance sur le plan offensif. Vladimir Poutine compare le cyberespace à une bombe atomique… Comme lui, certains hackers sont conscients que les cyberattaques peuvent être utilisées comme des armes de destruction massive. L’Ukraine a été à plusieurs reprises le laboratoire de cette nouvelle guerre où se mêlent des opérations d’espionnage mais aussi de sabotage. Fin 2018, Emmanuel Macron a fait plusieurs propositions. Parmi les Gafam, seuls Facebook et Microsoft l’ont suivi. Mais à ce jour, il n’existe aucune régulation internationale pour endiguer le risque d’escalade. Propos recueillis par Hélène Porret DONAT SOROKIN\TASS VIA GETTY IMAGES
LES PRODUITS FRAIS Voyages au centre de la toile La collection VR ARTE Trips convie le spectateur à une immersion en 360 ° dans des chefsd’œuvre de la peinture. De L’île des morts d’Arnold Böcklin au Cri de Munch, gros plans sur quatre de ces tableaux réinventés. « L’île des morts » d’Arnold Böcklin Peint en 1883, ce tableau du Suisse Arnold Böcklin, qui a fasciné Lénine, Hitler, Freud et Clemenceau, et inspiré Dalí et Scorsese, représente le dernier voyage tel que le relatait la mythologie grecque  : Charon prend à bord de sa barque un défunt pour l’emmener au pays des morts, de l’autre côté du Styx. Ce film installe le spectateur sur la barque du passeur pour une traversée hypnotique vers le lieu d’où l’on ne revient pas. Au son du puissant poème symphonique éponyme composé par Rachmaninov, une stupéfiante expérience de huit minutes, déjà couronnée de prix internationaux, dont celui de la meilleure histoire VR, décerné à la Mostra de Venise 2018. « Les rêves » du Douanier Rousseau Une immersion au cœur de la serre du Jardin des Plantes de Paris, où Henri Rousseau avait l’habitude d’entamer ses « voyages » vers les jungles de l’entremonde. Sur ce canevas photoréaliste apparaissent alors les traits du pinceau de l’artiste. Le film altère les formes et dirige notre vision pour nous envelopper en douceur dans la luxuriance païenne de l’univers intérieur du peintre. « Le cri » d’Edvard Munch Logiquement, ce Cri, expérience interactive d’un peu plus de quatre minutes, se révèle comme la plus I...o. r4. - kk,r.. 1\1rn.0 L’île des morts.. 4 angoissante de la collection. Traversée de « jump scares » que n’auraient pas renié certains jeux d’horreur récents en VR, elle invite le spectateur à plonger sa main dans la toile vibrante et à étaler la peinture sur les murs d’une galerie virtuelle, libérant ainsi les énergies névrotiques de l’artiste et les fantômes de son passé. « Les nymphéas » de Claude Monet Également proposée au public du musée de l’Orangerie, cette expérience interactive explore les jours et les saisons qui ont rythmé l’obsession de l’artiste jusqu’à la perte de ses sens. Plongé au cœur d’une nature changeante, le spectateur est tenté de tournoyer sur lui-même pour ne manquer aucune des variations de l’image. L’immersion tourne au vertige face à ce trop-plein de couleurs, avant que notre regard ne se brouille au moment où Monet perd la vue, s’abîmant dans un monde noir et blanc qui nous conduit au cœur de son atelier, entouré de toiles dont l’artiste ne peut plus voir la magnificence. Rafik Djoumi Les films sont disponibles sur l’application ARTE 360 VR, sur arte.tv et dans les stores Viveport, Oculus et Steam. arte.tv/artetrips., Sept nouveaux films La collection VR ARTE Trips propose une nouvelle salve de sept chefsd’œuvre revisités par des artistes numériques. Au menu  : L’île des morts d’Arnold Böcklin (par Benjamin Nuel), Les rêves du Douanier Rousseau (par Nicolas Autheman), Le cri d’Edvard Munch (par Sandra Paugam et Charles Ayats), Les nymphéas de Claude Monet (par Nicolas Thépot), Un bar aux Folies-Bergère d’Édouard Manet (par Gabrielle Lissot), Jeux d’enfants de Bruegel l’Ancien (par Gordon & Andres Jarach), Saint Matthieu et l’ange du Caravage (par Matthieu Van Eeckhout). ARTE MAG N°19. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 MAI 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :