Arte Magazine n°2019-17 20 avr 2019
Arte Magazine n°2019-17 20 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-17 de 20 avr 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : libre Colette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 24 avril ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 AVRIL 2019 20 5.00 L R BERLIN LIVE Jacob Whitesides Concert 6.15 M XENIUS Le bois aggloméré, avantages et inconvénients Magazine 13.35 M =I LA JUSTICE DES HOMMES Film 6.40 M POINTS DE REPÈRES Auguste – Empereur de la République Programme jeunesse 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM GEO REPORTAGE Yoga, médecine traditionnelle de l’Inde Reportage 8.00 LMEM LA VALSE DES CONTINENTS L’Océanie, terre du Pacifique Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 M KING BIBI Benyamin Netanyahou ou la passion du pouvoir Documentaire 11.10 M MOLDAVIE, TERRE DE RICHESSES Documentaire 11.55 M LA MER NOIRE Russie Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS Le tourisme de masse à Venise Magazine 15.35 L LE JAPON VU DU CIEL Le berceau des traditions Série documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible en replay 17.05 XENIUS Expérimentation animale  : quelles alternatives ? Magazine 17.35 E LES MAÎTRES DES ABEILLES Kenya  : l’abeille, les Yaaku et l’oiseau Série documentaire 18.05 L R VIVRE LE LONG DE L’ÉQUATEUR Compte à rebours Série documentaire 18.55 L R NOUVELLE-ZÉLANDE Les îles du bout du monde Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.52 ATHLETICUS – SAISON 2 L’envol Série d’animation 20.55 MR À BOUT DE SOUFFLE Film 22.25 E M 60 LE LIVRE D’IMAGE Documentaire 23.50 7 E=I L’AMOUR À REBOURS Téléfilm 1.25 M ARTE JOURNAL 1.45 M LE DÉSORDRE ET LA NUIT Film 3.20 M L’AMOUR À L’ŒUVRE Paula Becker et Otto Modersohn Série documentaire 3.45 EM LES MAÎTRES DES ABEILLES Argentine, à la recherche du paradis Série documentaire 4.15 M ARTE REGARDS Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français 20.55 Cinéma Soirée Jean-Luc Godard À bout de souffle Le film phare de la Nouvelle Vague n’a rien perdu de son charme, de son insolence, de sa modernité. Derrière l’innovation formelle et la sensualité rayonnante de Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo perce le désir de vivre et de changer le monde. 1960 STUDIOCANAL/SOCIÉTÉ NOUVELLE DE CINÉMATOGRAPHIE/TOUS DROITS RÉSERVÉS Michel Poiccard, petit voyou, vole une voiture à Marseille. Poursuivi par un motard, il le tue avec un revolver trouvé dans la boîte à gants. Arrivé à Paris, Michel retrouve Patricia sur les Champs-Élysées, où elle vend le New York Herald Tribune avec son petit accent américain. Après l’avoir caché quelque temps, elle finit par le dénoncer à la police... LE MANIFESTE DU PARTI DU CINÉMA Un film élevé au rang de mythe, un mythe dont on se souvient à peine qu’il a été un film. Un petit film fauché, improbable, un toquard qui part à 50 contre 1 et qui rafle la mise. C’est l’acte de foi de la Nouvelle Vague, la jeunesse enfin libérée du carcan familial de la « qualité française ». Si, avec ce film, Godard bouleverse les techniques classiques de narration cinématographique (faux raccords, caméra sur épaule, tournage en extérieur, caméra cachée, postsynchronisation systématique, absence de scénario...), on en retient surtout des images chocs, des cartes postales qu’on a un plaisir tout simple à retrouver  : Belmondo se passant l’ongle du pouce sur les lèvres devant un portrait de Bogart, le visage de Jean Seberg à côté d’un tableau de Renoir, la voix musicale de la ravissante actrice américaine chantant plus qu’elle ne crie le titre du New York Herald Tribune sur les « Champs », la course désespérée de Michel, mortellement blessé, le long d’une rue, serré au plus près par le travelling de Godard... Jean-Paul Belmondo ferme les yeux du personnage qui fera de lui un monstre sacré, et de Jean-Luc Godard un maître à penser. Prix Jean-Vigo 1960 Ours d’argent, Berlinale 1960 Lire page 7 Film de Jean-Luc Godard (France, 1960, 1h29mn, noir et blanc) - Scénario  : Jean-Luc Godard, d’après une idée de François Truffaut - Avec  : Jean-Paul Belmondo (Michel Poiccard), Jean Seberg (Patricia), Roger Hanin (CarlZubart), Jean-Pierre Melville (Parvulesco) - Production  : SNC, Les Productions Georges de Beauregard, Imperia Films - (R. du 28/2/2000)
CASA AZUL FILMS/ECRAN NOIR PRODUCTIONS 22.25 La lucarne Soirée Jean-Luc Godard Le livre d’image Couronné à Cannes, le dernier Godard est un film choc, au montage crépitant et à la beauté crépusculaire. Une dimension inédite dans une œuvre qui n’a cessé de se renouveler. « La seule chose qui survit à une époque, c’est la forme d’art qu’elle s’est créée. » Quatre ans après Adieu au langage, Jean-Luc Godard compose un long chant d’adieu au cinéma tel qu’il a vécu, dont À bout de souffle, diffusé avant ce Livre d’image, a pu marquer en 1960 une rupture avec les codes classiques. Ni scénario, ni interprètes, ni discours linéaire ou démonstratif  : rien ici ne renvoie à quelque chose de connu. L’auteur d’Histoire(s) du cinéma compose une éblouissante syncope de séquences, dont le déferlement évoque la violence des flux de nos écrans contemporains, portée à un niveau d’incandescence rarement atteint. Extraits de films, photos, archives, séquences documentaires, tableaux ou dessins, chez Godard, les images sont aussi volatiles que fissibles  : nombre d’entre elles sont retraitées, grossies au grain, recadrées, surexposées, les couleurs lavées ou saturées comme si rien ne pouvait sortir indemne du filtre du temps, ou comme si seule la dégradation du monde pouvait en générer la recomposition. AU-DELÀ DU LANGAGE De cette matière vivante souveraine, en éruption permanente, le cinéaste tire une geste mémorielle tissée de réminiscences et de citations. Un film-monde, aussi, où tout est dans tout  : la guerre, l’art, Saint-Pétersbourg, la mort ou la religion... De cet essai crépusculaire, où l’expérimentation atteint un point de non-retour, la voix épuisée, à bout de souffle, du vieux maître émerge par à-coups du foisonnement sonore. Elle ouvre des pistes de réflexion, esquisse des contrepoints ou s’égare, mais, souvent à peine audible et morcelée, se situe dans un au-delà du langage, laissant la collision des images et des sons faire signe. « La condition de l’homme, c’est de penser avec ses mains », dit-il. Avec cet incroyable film d’artisan-penseur, Jean-Luc Godard élève le montage au rang d’art majeur. Palme d’or spéciale, Cannes 2018 Lire page 7 Film de Jean-Luc Godard (France, 2018, 1h25mn) - Production  : Écran Noir Production, Caza Azul Films, en association avec ARTE France-La Lucarne GLORY FILM 23.50 Fiction L’amour à rebours Après un mariage arrangé, Mina se sent perdue en Allemagne, où elle a rejoint son époux, iranien comme elle. Le portrait sensible d’un couple entre deux mondes. Après s’être résolus à faire appel à une agence matrimoniale traditionnelle iranienne, Mina et son compatriote Kian – trentenaires éduqués, vivant respectivement au pays et en Allemagne – décident très vite de franchir le pas du mariage. Fraîchement installée avec son époux dans un pays dont elle ignore la langue et les codes, la jeune femme peine à trouver ses marques. Alors que Kian est accaparé par son quotidien stressant d’interne hospitalier, Mina, qui postule en vain à des postes d’électrotechnicienne, s’enferme dans un rôle de femme au foyer qui ne lui convient pas. Malgré la bonne volonté de Kian, leur relation reste distante. Quand Mina, pour tromper sa solitude, fait l’acquisition d’un chat affecté d’une anomalie génétique, les tensions grandissent dans le couple. À rebours des stéréotypes, la réalisatrice Susan Gordanshekan, dont les parents ont eux-mêmes contracté un mariage arrangé, dresse le portrait sensible de deux êtres tiraillés l’un et l’autre entre les valeurs de leur éducation et la liberté du mode de vie occidental, et qui peinent à s’apprivoiser. (Die defekte Katze) Téléfilm de Susan Gordanshekan (Allemagne, 2018, 1h30mn, VOSTF) - Scénario  : Susan Gordanshekan - Avec  : Pegah Ferydoni (Mina), Hadi Khanjanpour (Kian), Constantin von Jascheroff (Lars), Arash Marandi (Masoud) - Coproduction  : Glory Film GmbH, BR, ARTE mercredi 24 avril ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 AVRIL 2019 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :