Arte Magazine n°2019-17 20 avr 2019
Arte Magazine n°2019-17 20 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-17 de 20 avr 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : libre Colette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 22 avril ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 AVRIL 2019 16 20.55 Cinéma Soirée Colette Chéri Vingt ans après Les liaisons dangereuses, Stephen Frears retrouve Michelle Pfeiffer pour mettre en scène avec élégance le roman de Colette. TIGGY FILMS LIMITED AND THE UK FILM COUNCIL 2009 Dans le Paris de la Belle Époque, Léa de Lonval achève une carrière heureuse de courtisane aisée en s’autorisant une liaison avec le fils d’une ancienne rivale, le jeune Fred Peloux, surnommé « Chéri ». Six ans ayant passé, au cours desquels Chéri a beaucoup appris de la belle Léa, Mme Peloux décrète qu’il est grand temps de songer à l’avenir de son fils et au sien propre. Il faut absolument marier Chéri à la jeune Edmée... VALSES CRUELLES Avec cette adaptation du roman de Colette, Stephen Frears dépeint avec finesse la chronique d’une liaison tumultueuse entre une courtisane sur le déclin, jouée par une Michelle Pfeiffer éclatante, et un jeune dandy indolent, campé avec justesse par Rupert Friend. Pour lui, c’est le premier amour, pour elle ce sera le dernier. De tendres badinages sous les dorures en valses cruelles entre demi-mondaines vieillissantes, le film restitue avec élégance l’atmosphère du roman et de son époque. Un portrait sans concession de la mondanité parisienne au début du XX e siècle. Lire page 6 Film de Stephen Frears (Royaume-Uni/Allemagne/France, 2009, 1h28mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Christopher Hampton, d’après le roman éponyme de Colette - Avec  : Michelle Pfeiffer (Léa de Lonval), Rupert Friend (Fred Peloux, dit Chéri), Kathy Bates (Charlotte Peloux), Felicity Jones (Edmée), Iben Hjejle (Marie-Laure), Frances Tomelty (Rose) - Production  : Tiggy Films Limited, UK Films Council - (R. du 10/2/2014) LÉOPOLD-EMILE REUTLINGER/D.R. 22.20 Soirée Colette Colette, l’insoumise Avec une fantaisie très Belle Époque, ce documentaire retrace la vie libre et théâtrale de Colette, immense écrivaine et insatiable hédoniste. « Regarde ! », lui répétait la solaire Sido, sa mère, étouffante mais adorée. De son enfance campagnarde auprès de parents aimants et libres penseurs, elle a gardé le goût de la littérature, de l’anticonformisme et des plaisirs de la vie, célébrés tout au long de son œuvre. Née en 1873 à Saint-Sauveur, en Bourgogne, la jeune Gabrielle Colette grandit dans un vert paradis, qu’elle quittera à 18 ans, à cause de la ruine familiale. Ce traumatisme fondateur l’incitera à conquérir peu à peu son indépendance. Mariée très jeune à la nouvelle coqueluche parisienne, le sulfureux M. Willy, elle s’initie au fascinant demi-monde de la Belle Époque, fait ses débuts en littérature et perd quelques illusions. Son mari la trompe et exploite ses talents d’écrivaine dans la série des Claudine. Mais ce roi du marketing avant l’heure lui apprend aussi les vertus du scandale pour
créer ce qu’on n’appelle pas encore le buzz. Le couple ira jusqu’à mettre en scène un ménage à trois avec l’actrice Polaire. PROSE SENSUELLE De toute façon, cela fait longtemps que Colette partage ses amours entre les hommes et les femmes. Elle finit par quitter Willy, gagnant sa vie grâce au music-hall, « le métier de ceux qui n’en ont appris aucun », et à la littérature qui devient une seconde nature. Inventrice du « mentir-vrai » de l’autofiction, elle met sa vie en scène, conquérant sa liberté par les mots. De pantomimes déshabillées en romans prémonitoires, de ses frasques amoureuses avec Missy à ses passions pour les Jouvenel père et fils, ce documentaire retrace la fabuleuse trajectoire de l’écrivaine au regard de chat, infiniment vivante et libre. Irrigué de sa prose sensuelle et incisive, ce montage alerte de films muets et d’archives orchestre avec une extravagance digne de la Belle Époque les métamorphoses successives de la dame, malicieusement croquées par l’illustratrice Catel Muller. Colette sera la première femme à qui la France accordera des funérailles nationales tandis que l’Église lui refusera les obsèques religieuses pour « conduite inconvenante ». Une sortie théâtrale, bien dans son style. Lire page 6 Documentaire de Cécile Denjean (France, 2018, 53mn) Coproduction  : ARTE France et Roche Productions 23.15 Cinéma La dame de Windsor Veuve depuis peu, la reine Victoria n’a plus goût au pouvoir. Mais l’arrivée d’un Écossais fidèle va lui rendre le sens du devoir. Avec Judi Dench, éblouissante. 1864. Dévastée par la mort de son mari, le prince Albert, Victoria refuse d’exercer ses responsabilités royales. Mais l’arrivée d’un intendant écossais (avec kilt) va tout changer. John Brown s’adresse à elle dans un langage franc et direct qui, loin de déplaire à la reine, suscite sa profonde estime. À tel point que certains à la cour s’inquiètent de l’influence croissante de l’Écossais sur celle qui est bientôt surnommée « Mrs. Brown ». 1.00 Cinéma Les lois de l’hospitalité BBC/ECOSSE FILMS ROUAGES Mêlant habilement intrigues politiques et sentiments, cette fresque centrée sur la relation controversée entre la reine et son serviteur dépeint aussi les complexes rouages de la vie monarchique victorienne, éclairant un pan méconnu de l’histoire britannique. Grande actrice de théâtre, Judi Dench livre une interprétation saisissante de la formidable souveraine. Dans la peau du serviteur dévoué, Billy Connolly, plus habitué aux rôles comiques, dévoile toute l’étendue de son talent. Meilleure actrice (Judi Dench), Golden Globes et Bafta Awards 1998 Meilleurs costumes, Bafta Awards 1998 (Mrs. Brown) Film de John Madden (États-Unis/Royaume-Uni/Irlande, 1997, 1h45mn, VF/VOSTF) Scénario  : Jeremy Brock - Avec  : Judi Dench (la reine Victoria), Billy Connolly (John Brown), Gerard Butler (Archie Brown), Anthony Sher (Disraeli), Geoffrey Palmer (Henry Ponsonby) - Coproduction  : BBC Scotland, Écosse Films, Irish Screen, Mobile Masterpiece Theater, WGBH - (R. du 8/12/2008) Les amours contrariées de lointains héritiers de Roméo et Juliette. Une comédie irrésistible de et avec Buster Keaton. Depuis des lustres, les Canfield et les McKay se vouent une haine féroce. Après la fusillade qui a coûté la vie aux deux chefs de clan, la veuve McKay s’est exilée à New York avec William, son bébé de 1 an. Deux décennies plus tard, le jeune homme fait la connaissance de la jolie Virginia Canfield, qui l’invite à dîner chez elle. Les lois de l’hospitalité interdisent de s’en prendre à un convive, mais les Canfield se tiennent prêts à frapper quand William quittera leur table... Passant pour la deuxième fois derrière la caméra, Buster Keaton transpose la rivalité qui opposa lors de la guerre de Sécession deux célèbres familles rivales, les Hatfield et les McCoy, en une comédie poétique et joyeuse, où gags et cascades s’enchaînent à un rythme soutenu. Un régal ! Film muet de John G. Blystone et Buster Keaton (États-Unis, 1923, 1h12mn, noir et blanc) - Scénario  : Clyde Bruckman, Jean Havez, Joseph A. Mitchell Avec  : Buster Keaton (William McKay), Natalie Talmadge (Virginia Canfield), Joe Roberts (Joseph Canfield), Joe Keaton (l’ingénieur) - Production  : Joseph M. Schenck Production - Version restaurée lundi 22 avril ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 AVRIL 2019 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :