Arte Magazine n°2019-15 6 avr 2019
Arte Magazine n°2019-15 6 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-15 de 6 avr 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : allez l'Europe !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 AVRIL 2019 8 Pierre Chevalier (1945-2019) Beau travail Disparu le 9 mars, Pierre Chevalier a fait émerger une génération de cinéastes et renouvelé la façon d’aborder la fiction à la télévision. Hommage à un homme sensible et audacieux, aux manières douces et à l’intraitable exigence artistique. « Toute ma vie, cela a été l’émerveillement de la découverte », disait-il dans Pierre Chevalier – L’homme des possibles *, le livre d’entretiens qu’il a accordés à Philippe Martin. Le 9 mars disparaissait Pierre Chevalier à l’âge de 73 ans. Directeur de l’unité Fiction d’ARTE France pendant douze ans, ce neveu de Pierre Boulez et proche de Gilles Deleuze a fait exister près de 350 téléfilms et noué des collaborations avec plus de 250 réalisateurs. Vouant sa vie aux artistes, cet homme à l’emploi du temps « spartiate » qui souhaitait « affirmer la fonction artistique de la télévision » a porté la création à un haut degré d’inventivité. Il a ouvert le petit écran à des réalisateurs prometteurs, offert une nouvelle chance à des cinéastes en difficulté, été l’artisan d’un vrai renouveau de la fiction. Son goût et sa vision aiguisés, le dialogue créatif qu’il a instauré avec les auteurs, les réalisateurs et les producteurs ont imprégné la ligne éditoriale de la chaîne et contribué à son rayonnement. MODESTIE ET HUMOUR Parmi les projets mémorables qu’il a menés viennent aussitôt à l’esprit les éblouissantes collections de films « Tous les garçons et les filles de leur âge » et « Les années lycée », englobant Le chêne et le roseau d’André Téchiné, Le péril jeune de Cédric Klapisch ou L’eau froide d’Olivier Assayas. Pierre Chevalier a aussi accompagné la création de Marius et Jeannette de Robert Guédiguian, Ressources humaines de Laurent Cantet, Les amants réguliers de Philippe Garrel, Lady Chatterley de Pascale Ferran ou Beau travail de Claire Denis, film singulier au tournage marquant  : « Deux crevettes – Claire et Agnès Godard, sa chef-opératrice – filmaient dans une sorte d’état de grâce avec une détermination extraordinaire », racontait-il. Au-delà de son aptitude à révéler les talents, les équipes d’ARTE ont été marquées par sa fidélité, son humanisme, sa modestie et son humour. Présidente d’ARTE France, Véronique Cayla tient à saluer un homme attachant, soulignant sa sensibilité, son exquise distinction dans tous les domaines de la vie. Sa douceur ne l’empêchait pas d’être ferme dans ses exigences artistiques, convaincu que les contraintes, loin d’entraver la création, pouvaient au contraire la stimuler. Avec Pierre Chevalier disparaît une grande figure de la culture et une personnalité inoubliable qui manquera à ceux qui ont eu la chance de croiser son chemin. * Coédité par ARTE et Séguier, cet ouvrage est disponible sur arteboutique.com. Hommage Pour rendre hommage à Pierre Chevalier, ARTE diffuse Le péril jeune de Cédric Klapisch, mercredi 20 mars à 20.55 et Marius et Jeannette de Robert Guédiguian, dimanche 24 mars, dans l’après-midi. La chaîne proposera ensuite un cycle avec les films emblématiques qu’il a accompagnés. ARTE/JEAN-PHILIPPE BALTEL
FRED STEIN ARCHIVES/GETTY IMAGES Entre passion, création et destruction, la série L’amour à l’œuvre retrace le destin romanesque de couples mythiques d’artistes, en restituant leur place aux femmes restées dans l’ombre. Esquisse de trois d’entre eux. L’art de la fusion Chaque dimanche, du 7 avril au 5 mai à 19.15 Série documentaire L’amour à l’œuvre Lire page 13 En replay pendant 60 jours Gerda Taro et Robert Capa Jeanne Hébuterne et Amedeo Modigliani D’une ténébreuse beauté, il a quitté l’Italie à l’aube du siècle pour plonger dans l’effervescence artistique de Paris. Picasso, Soutine ou Cocteau y réinventent le monde déchiré par la Grande Guerre, et Amedeo Modigliani y cherche sa place en crève-lafaim errant d’ateliers en paradis artificiels. La fulgurance prend les traits d’une adolescente à la sensualité butée, Jeanne Hébuterne. « Noix de coco » va l’inspirer jusqu’à l’obsession. Entre eux, la passion incandescente infuse la création. Amedeo fantasme Jeanne en série sur la toile, elle croque son quotidien dans son journal intime et peint des toiles mélancoliques l’œil rivé à la fenêtre. Trois ans d’amour en clair-obscur et la palette s’assombrit. Usé par les excès, Modigliani meurt le 24 janvier 1920. Deux jours plus tard, Jeanne, 21 ans, enceinte de huit mois, se défenestre. Son œuvre ne sera découverte qu’en 1992. Gerda Taro et Robert Capa Son nom incarne à lui seul le photojournalisme  : Robert Capa. Né Endre Friedmannà Budapest en 1913, le jeune intrépide, charme en bandoulière, s’exile à Paris en 1934, et se rêve reporter. Un an plus tard, Endre rencontre Gerda, juive d’origine polonaise, qui a connu les geôles berlinoises en 1933 pour diffusion de tracts antinazis. C’est le coup de foudre et le début d’un engagement commun pour témoigner du monde. Ensemble, ils couvrent la guerre d’Espagne, lui en plans serrés à fleur d’émotion, elle capturant l’instant sur le vif avec son Leica, au cœur de l’action. Capa forge sa légende avec l’emblématique Mort d’un soldat républicain, éclipsant le talent de la fervente pequeña rubia (« petite blonde ») , qui accompagne les républicains jusqu’au bout. Cette prise de risques lui est fatale, un jour d’été à Brunete, près de Madrid. Gerda avait 27 ans. Lee Miller et Man Ray Allure androgyne et profil antique, Lee Miller, 19 ans, fait la une de Vogue. Mais la jeune Américaine ambitionne d’être derrière l’objectif et a choisi son mentor, Man Ray, qu’elle part rencontrer à Paris. Esseulé après sa rupture avec Kiki de Montparnasse, le pape du surréalisme, de dixsept ans son aîné, est sidéré par sa beauté croisée au cabaret du Bateau ivre. Devenue son élève, son amante et sa muse, Lee apprend vite, découvre par hasard la solarisation, laquelle, adoptée par le maître, achève de le rendre célèbre. Mais Lee est libre, Man Ray jaloux, d’elle et de son talent. Elle le quitte et le hante. Correspondante de guerre pour Vogue à partir de 1939, Lee Miller sera l’une des rares femmes à photographier la découverte des camps. Man Ray s’éteint en 1976, elle quelques mois plus tard. Ils n’ont jamais cessé de s’écrire. Sylvie Dauvillier ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 AVRIL 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :