Arte Magazine n°2019-14 30 mar 2019
Arte Magazine n°2019-14 30 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-14 de 30 mar 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : zoo olympique d'hiver.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 31 mars ARTE MAG N°14. LE PROGRAMME DU 30 MARS AU 5 AVRIL 2019 14 18.30 Maestro « Concerto pour violon n°3 » de Wolfgang Amadeus Mozart GIORGIA BERTAZZI Le célèbre archet Christian Tetzlaff s’associe, sous la baguette de Paavo Järvi, à la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême pour interpréter un concerto phare de l’œuvre mozartienne. Vingt ans après l’enregistrement de l’intégralité des concertos pour violon de Mozart, le talentueux violoniste allemand Christian Tetzlaff renoue avec la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême, dirigée par Paavo 19.15 Devantures Järvi. Pour le célèbre chef d’orchestre estonien, le Concerto pour violon n°3 en sol majeur K. 216, composé par le virtuose salzbour geois à tout juste 19 ans, est semblable à un chapelet de petits joyaux, subtilement égrenés. Le mouvement lent, notamment, offre des mélodies d’une beauté inouïe, porté par une alchimie indéniable entre les deux musiciens qui proposent à un public averti de redécouvrir cette œuvre emblématique du romantisme. Concert (Allemagne, 2018, 43mn) Réalisation  : Henning van Lil Direction musicale  : Paavo Järvi Exploration du Paris commerçant de la Belle Époque, au travers d’une incroyable collection de photographies. Dans les cartons du photographe allemand Werner Bokelberg sommeillait une pépite  : une collection de photographies du Paris de la fin du XIX e siècle. Mettant en scène les « petites gens » de la capitale, et tout particulièrement ses commerçants, ces émouvants clichés témoignent des balbutiements de la société de consommation. Historiens de la photographie et spécialistes commentent ces étonnantes prises de vue, qui incarnent l’optimisme de la Belle Époque et illustrent le quotidien du Paris populaire. Documentaire de Bernd Boehm (Allemagne, 2018, 26mn) PATHÉ RENN PRODUCTION/STUDIOCANAL IMAGE/MONDIAL TEFI 20.50 Cinéma Printemps du polar 2019 Flic Story Un jeune flic tenace traque un criminel insaisissable dans la France de l’après-guerre. Inspiré d’une histoire vraie, un polar efficace de Jacques Deray qui met aux prises Delon et Trintignant. Villejuif, 1947. Émile Buisson, cent hold-up et vingt meurtres au compteur, est parvenu à s’échapper de l’hôpital psychiatrique où il était interné. Le commissaire Vieuxchêne lance à ses trousses le jeune inspecteur Roger Borniche, recordman des arrestations de truands. Liquidations d’anciens associés, braquage de restaurant, course sanglante dans Paris  : Buisson déjoue systématiquement les pièges de la police et poursuit sa cavale meurtrière en mettant à rude épreuve les nerfs des autorités. Dessaisi du dossier par sa hiérarchie impatiente, Borniche décide, après la mort de Mario le Rital, un indic démasqué, de revoir ses méthodes pour coincer l’ennemi public numéro un... DUEL HALETANT S’emparant du best-seller autobiographique de Roger Borniche, paru en 1973, Jacques Deray dépeint, dans la France de l’aprèsguerre minutieusement reconstituée, les multiples rebondissements d’une traque qui a tenu le pays en haleine pendant près de trois ans et l’ambiguïté des rapports, teintés de respect mutuel, qu’ont entretenus le coriace inspecteur et l’impitoyable « monsieur Émile » jusqu’à l’exécution de ce dernier, en 1956. Ce polar efficace offre une confrontation au sommet entre Alain Delon, dont la prestation a été saluée par Borniche lui-même, et Jean-Louis Trintignant, époustouflant dans le rôle à contre-emploi du tueur glaçant de cruauté. Film de Jacques Deray (France, 1975, 1h47mn) Scénario  : Alphonse Boudard, Jacques Deray, d’après le livre éponyme de Roger Borniche Avec  : Alain Delon (Roger Borniche), Jean-Louis Trintignant (Émile Buisson), Renato Salvatori (Mario Poncini), Claudine Auger (Catherine) Production  : Adel Productions, Lira Films, Mondial Televisione Film
22.40 Printemps du polar 2019 Peter Falk versus Columbo Comment l’acteur Peter Falk a créé, puis vécu, avec l’un des plus populaires antihéros de télévision de tous les temps. Un joyeux portrait en forme d’enquête. ZED Premier antihéros de l’histoire des séries, Columbo est aussi l’un des rares personnages de télévision à être devenu une icône internationale. Mais si, de 1968 à 2003, plus de deux milliards de téléspectateurs dans le monde ont suivi ses enquêtes sur le petit écran, une infime partie d’entre eux connaît le nom de celui qui l’a incarné. Disparu en 2011, Peter Falk s’est si bien approprié le rôle qu’il en est venu à se confondre avec ce dernier. L’imperméable froissé, il l’a tiré de sa propre penderie, avant de choisir lui-même son véhicule, une vieille Peugeot abandonnée dans un studio par un Français de passage. Et une fois la première saison lancée, en 1971, ce déjà gros fumeur se mettra au cigare mâchonné. Quant à l’irrésistible dissymétrie du regard – la pupille droite fixe semblant confondre le coupable, la gauche plissée en signe de fausse perplexité –, elle procède d’une trouvaille d’acteur pour surmonter un handicap d’abord jugé rédhibitoire par l’un des patrons d’Hollywood  : la perte, à 3 ans, d’un œil, remplacé par une prothèse. SYMBIOSE Mi-biographie, mi-enquête policière, ce portrait malicieux et alerte, à l’image d’un acteur qui ne s’est jamais pris trop au sérieux, raconte comment s’est fabriquée, au fil des saisons, la symbiose unique entre Peter Falk et son double de fiction. Mais il rappelle aussi que ce natif du Bronx, qui a embrassé sur le tard, à 29 ans, le métier de comédien, a joué dans d’innombrables pièces de théâtre et films – notamment pour Nicholas Ray, Frank Capra, Blake Edwards, William Friedkin, Wim Wenders, et surtout pour son ami John Cassavetes, qui lui a donné ses plus beaux rôles dans Husbands (1970) puis Une femme sous influence (1974). Archives, extraits de films et entretiens ressuscitent le « vrai » Columbo dans toutes ses dimensions. Lire page 8 Documentaire de Gaëlle Royer et Pascal Cuissot, avec la participation de Luc Pagès (France, 2018, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, ZED 23.35 Opéra « Don Carlos » à l’Opéra de Paris Philippe Jordan, Krzysztof Warlikowski, Jonas Kaufmann, Sonya Yoncheva et Elina Garanca s’emparent d’une version rare de l’opéra verdien  : un événement. France, 1559. Élisabeth de Valois, fille d’Henri II de France, est promise à Don Carlos, l’infant d’Espagne, pour réconcilier les deux pays en guerre. Celui-ci étant venu clandestinement à Fontainebleau pour découvrir sa promise, les deux jeunes gens se rencontrent dans la forêt et tombent amoureux. Mais le roi d’Espagne Philippe II, père de Don Carlos, décide finalement d’épouser la jeune femme... « BLOCKBUSTER » LYRIQUE La splendeur de la distribution, qui réunit, sous la baguette du directeur musical de l’Opéra de Paris Philippe Jordan, et dans une mise en scène du décapant Krzysztof Warlikowski, les grands noms de la scène actuelle (la soprano Sonya Yoncheva, la mezzosoprano Elina Garanca, les ténors Jonas Kaufmannet Ludovic Tézier, la basse Ildar Abdrazakov), a fait de ce Don Carlos un des « blockbusters » de 2017. Quand, en 1867, l’œuvre fut composée en français par Verdi, elle réunissait toutes les composantes d’une superproduction  : sujet historique propice à de grandes voix, chorals, grande scène de masse mêlée à des tableaux intimes, et danse. Rarement montée, cette version presque originale (le ballet a été supprimé) intègre des scènes coupées lors de la création et retrouvées voici quelques années seulement. Krzysztof Warlikowski fait advenir l’intime au cœur de la fresque de cour pour mettre à nu le destin de Carlos, nouvel Hamlet écrasé par l’histoire. Opéra en cinq actes de Giuseppe Verdi - Livret  : Joseph Méry et Camille du Locle, d’après Don Carlos, infant d’Espagne de Friedrich von Schiller - Direction musicale  : Philippe Jordan - Mise en scène  : Krzysztof Warlikowski - Avec  : Jonas Kaufmann(Don Carlos), Sonya Yoncheva (Élisabeth de Valois), Ildar Abdrazakov (Philippe II), Elina Garanca (la princesse Eboli), Ludovic Tézier (Rodrigue), Dmitry Belosselskiy (le grand inquisiteur), et l’Orchestre et les Chœurs de l’Opéra de Paris - Réalisation  : Stéphane Metge (France, 2017, 3h53mn) - Coproduction  : ARTE France, Opéra national de Paris, Telmondis (Remontage du 19/10/2017) AGATHE POUPENEY – ONP dimanche 31 mars ARTE MAG N°14. LE PROGRAMME DU 30 MARS AU 5 AVRIL 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :