Arte Magazine n°2019-11 9 mar 2019
Arte Magazine n°2019-11 9 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-11 de 9 mar 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Danielle Darrieux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
lundi 11 mars ARTE MAG N°11. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 MARS 2019 12 5.00 M ROLANDO VILLAZÓN PRÉSENTE LES STARS DE DEMAIN Spécial musique baroque Concert 5.45 M XENIUS Quand la santé devient un commerce Magazine 6.15 LM CARNAVALS Salvador de Bahia, la beauté noire Série documentaire 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM 360° GEO Madagascar, le trafic des tortues angonoka Reportage 8.00 M LA PÉNINSULE IBÉRIQUE AU FIL DE L’EAU Le Douro Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 L E 360° GEO Kenya, alors on danse ; Zanzibar, une affaire de femmes Reportage 11.10 LM FEMMES DE LA MER Au secours des abysses Série documentaire 11.55 LM HISTOIRES D’ARBRES Les maîtres de l’eau Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS Reportage 13.30 M SUR LA PISTE DES MOHAWKS Film 15.35 E TIBET – LES DILEMMES DE TASHI Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible en replay 17.05 XENIUS Urgences  : des équipes de secours sous pression Magazine 17.35 ER HABITER LE MONDE – SAISON 1 Viêtnam – Les maisonstubes de Hanoï Série documentaire 18.05 LM DELTAS DU MONDE Le Rhin et la Meuse – Au pays des canaux Série documentaire 19.00 UNE VIE DE VACHE Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 ER TOUT EST VRAI (OU PRESQUE) Ian Fleming & James Bond Série d’animation 20.55 ER MADAME DE... Film 22.30 E 60 DANIELLE DARRIEUX Il est poli d’être gai ! Documentaire 23.25 DE BATTEMENT DE CŒUR Film 1.00 R 90 UN PAYS DANS LA TOURMENTE Tempestad Documentaire 2.40 M ARTE JOURNAL 3.00 EM HABITER LE MONDE – SAISON 1 Les tulous, forteresses chinoises Série documentaire 3.30 M FEMMES ARTISTES Les coups de cœur de Tatiana Trouvé Série documentaire 3.55 M ARTE REGARDS Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français 20.55 Cinéma Soirée Danielle Darrieux Madame de... Chef-d’œuvre immortel, ce drame romantique et aristocratique de Max Ophüls a offert à Danielle Darrieux l’un de ses plus grands rôles. GAUMONT Paris, 1900. Afin de régler une dette de jeu, la frivole Madame de... vend en secret à un bijoutier des boucles d’oreilles, cadeau de mariage de son époux, général attaché au ministère de la Guerre. Quelques jours plus tard, au cours d’une soirée à l’opéra, elle feint de les avoir perdues. En les faisant chercher partout, son mari déclenche un scandale. Informé de l’affaire par les journaux, le bijoutier va alors trouver le général pour tout lui raconter. Ce dernier rachète les boucles d’oreilles et les offre à sa maîtresse, en cadeau de rupture. Arrivée à Constantinople, celle-ci vend les bijoux, bientôt rachetés par le baron Donati, lequel, nommé ambassadeur à Paris, s’éprend de Madame de... et lui offre les boucles d’oreilles... MORTELLE VACUITÉ À travers la valse de l’étincelante parure, symbole des sentiments fluctuants des protagonistes, le récit embrasse le basculement d’une femme, mondaine inconséquente, dans une passion et une lucidité mortelles. La somptuosité de la mise en scène – chaque mouvement de caméra soulignant les oscillations du cœur de Madame de... –, le raffinement des dialogues et de la partition, ainsi que le jeu d’une frémissante subtilité de Danielle Darrieux ont imposé cette tragédie romantique de Max Ophüls au panthéon du septième art. Lire page 6 Film de Max Ophüls (France/Italie, 1953, 1h35mn, noir et blanc) - Scénario  : Marcel Achard, Max Ophüls, Annette Wademant, d’après le roman de Louise de Vilmorin - Avec  : Danielle Darrieux (la comtesse Louise de...), Charles Boyer (le général André de...), Vittorio De Sica (le baron Fabrizio Donati), Jean Debucourt (le bijoutier) Production  : Franco London Films, Indusfilms, Rizzoli Film - (R. du 16/12/2001)
RUE DES ARCHIVES/COLLECTION CSFF 22.30 Soirée Danielle Darrieux Danielle Darrieux Il est poli d’être gai ! Disparue à 100 ans, en octobre 2017, Danielle Darrieux a imposé son jeu nuancé, sa voix mélodieuse et son goût pour la subversion tranquille à travers les époques. Pierre-Henri Gibert explore sa vie de cinéma dans un passionnant portrait. C’est par l’entremise d’une élève de sa mère, professeure de chant, que Danielle Darrieux, enfant remuante dans un milieu bourgeois corseté, débute sa carrière à 14 ans dans Le bal de Wilhelm Thiele (1931) – où, déjà, elle pousse la chansonnette. Délivrée de sa timidité par un métier qui contient les rougissements sous une épaisse couche de fond de teint, cette « drôle de môme » impose son charme pétulant et son tempérament de feu sur les écrans des années 1930. Sous l’influence de son mari et pygmalion, Henri Decoin, de vingt-sept ans son aîné, l’indomptable rossignol s’oriente ensuite vers des rôles plus sensibles, à l’instar du drame romantique d’Anatole Litvak Mayerling, qui lui ouvre les portes de l’Amérique. Les diktats hollywoodiens et la souffrance de l’éloignement mettent fin à la parenthèse, et « DD », de retour en France à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, triomphe bientôt dans des productions (Premier rendez-vous) de la Continental, société financée par le III e Reich. Tombée amoureuse du diplomate et play-boy dominicain Porfirio Rubirosa, arrêté par les Allemands pour espionnage, elle participe à une tournée de propagande à Berlin pour obtenir sa libération, puis rompt tout lien avec le cinéma de l’Occupation. Après-guerre, la jeune première qu’elle n’est plus doit se réinventer. De La vérité sur Bébé Donge de Decoin à Marie-Octobre de Julien Duvivier, elle incarne dans les années 1950 une cohorte de femmes fortes à l’amoralisme tranquille. Mais c’est sous la direction de Max Ophüls, notamment dans Madame de..., que la subtilité de son jeu atteint son apogée. Après 40 ans et quelques apparitions inoubliables (Les demoiselles de Rochefort), elle entame une brillante carrière au théâtre et à la télévision, tout en couvant de son aura mythique le renouveau du cinéma français (Anne Fontaine, François Ozon...). GRÂCE IMMORTELLE Entremêlant extraits de films, interviews de la comédienne et éclairages d’admirateurs (les cinéastes Paul Vecchiali ou Philippe Le Guay, les actrices Catherine Deneuve et Ludivine Sagnier, son dernier compagnon, Jacques Jenvrin...), une traversée passionnante de la carrière de celle qui a (en)chanté huit décennies de cinéma avec une légèreté dénuée de superficialité. Lire page 6 Documentaire de Pierre-Henri Gibert (France, 2018, 52mn) - Narration  : Louise Bourgoin - Coproduction  : ARTE France, Les Films d’Ici, INA 1941 GAUMONT 23.25 Cinéma Soirée Danielle Darrieux Battement de cœur Avec Danielle Darrieux dans le rôle d’une délicieuse chapardeuse, un bijou méconnu d’Henri Decoin qui tutoie la maestria des classiques de la comédie romantique américaine. Évadée d’une maison de correction, la jeune Arlette atterrit dans une école spécialisée dans l’art du vol à la tire. Un camarade, Yves, lui suggère de contracter un mariage blanc pour obtenir des papiers. Afin de réunir la somme nécessaire au dédommagement dudit mari, l’apprentie pickpocket, malgré ses réticences, décide de mettre en application ses leçons. Mais sa victime, un ambassadeur, la prend la main dans le sac et l’entraîne à un bal où il lui ordonne de... dérober la montre d’un séduisant diplomate, Pierre de Rougemont. INGÉNUE INDOCILE De retour de leur escapade hollywoodienne, Henri Decoin et Danielle Darrieux tournent une comédie romantique formidablement infusée du savoir-faire américain en la matière  : répliques qui claquent, sens du rythme, fluidité et élégance de la mise en scène... Avec, pour arrière-plan, le contexte orageux des années 1930, entre chômage et rapports de classes figés, ce bijou injustement oublié vaut également pour la prestation irrésistible de Danielle Darrieux en Cendrillon aussi fragile qu’indocile, déployant moues expressives, lueurs de mélancolie et inoubliable charade amoureuse chantonnée. Lire page 6 Film d’Henri Decoin (France, 1940, 1h33mn, noir et blanc) - Scénario  : Max Colpet, Jean Villème Avec  : Danielle Darrieux (Arlette), Claude Dauphin (Pierre de Rougemont), André Luguet (l’ambassadeur), Julien Carette (Yves), Charles Dechamps (le baron Dvorak) - Production  : Ciné-Alliance Version restaurée avec le soutien d’ARTE France lundi 11 mars ARTE MAG N°11. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 MARS 2019 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :