Arte Magazine n°2019-10 2 mar 2019
Arte Magazine n°2019-10 2 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-10 de 2 mar 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'autre scandale de l'Eglise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°10. LE PROGRAMME DU 2 AU 8 MARS 2019 6 Pendant vingt-cinq ans, Michèle-France a été abusée par deux prêtres au sein des communautés religieuses auxquelles elle a appartenu. Un témoignage poignant, recueilli, avec d’autres, dans une enquête internationale coup de poing, diffusée cette semaine. Rencontre. Blessures intimes Michèle-France Comment vous êtes-vous retrouvée sous l’emprise de votre premier bourreau ? Michèle-France  : En 1971, quelques mois après avoir prononcé mes vœux perpétuels dans un couvent de carmélites, j’ai traversé une période difficile au cours de laquelle j’allais mal. Ma supérieure m’a proposé d’être accompagnée par le père Marie- Dominique, un prêtre respecté, qui fondera en 1975 la Famille Saint-Jean. Un dimanche de juillet 1972, il m’a pris pour la première fois la main et a embrassé mes doigts, l’un après l’autre. À chaque rencontre, il poussait plus loin l’intimité physique pour, disait-il, « me faire sentir l’amour de Jésus ». J’étais désarçonnée par la nature de ses gestes, mais l’Église nous inculque l’idée que le prêtre est le représentant de Dieu et qu’il est impensable de contester son autorité. Je crois aussi que je voyais cet homme comme la substitution du père que j’avais perdu à l’âge de 9 ans. Il a profité de ma vulnérabilité pour me mettre sous son joug. En 1976, vous vous êtes confiée au père Thomas, le frère de votre abuseur… Alors que, désorientée, j’avais quitté le couvent en 1974, le père Marie-Dominique m’a ramenée à la vie religieuse en me dirigeant vers un prieuré en Saône-et-Loire, dont la supérieure était sa sœur. Il m’a présenté son frère aîné, le père Thomas. Celui-ci justifiait les actes de son frère en parlant de « grâce mystique » et a commencé lui aussi à abuser de moi. J’ignorais alors qu’il avait été démis de ses fonctions pendant dix ans par la justice du Vatican en 1952 pour des agressions sexuelles. Désormais également sous son emprise, je suis devenue en 1979 assistante à l’Arche, une communauté chrétienne accueillant des personnes porteuses de handicap intellectuel, dont le père Thomas était l’aumônier. Pendant près de vingt-cinq ans, la mainmise psychologique et spirituelle des deux frères était telle que je ne pouvais leur échapper. Ce n’est que grâce à l’amitié des personnes handicapées et de quelques assistants, qui, sans le savoir, m’ont aidée à redevenir moi-même, que je suis arrivée progressivement à me libérer de leur domination. Un jour, vous avez trouvé la force de révéler votre secret… Je me suis confiée pour la première fois, en 2007, à Jean de La Selle, ancien responsable de la gestion de l’Arche. Quatorze ans après la mort du père Thomas et un an après celle de son frère, ma parole s’est enfin libérée. En 2014, un couple retraité de la communauté, dont la femme avait aussi été abusée par le père Thomas, a témoigné. Une instruction canonique post-mortem sur ce dernier a été ouverte. DEAM WAY PRODUCTIONS
J’ai révélé alors les abus commis par les deux frères et par la suite quatorze autres victimes se sont fait connaître. L’enquête a confirmé les faits. Cette reconnaissance m’a permis, peu à peu, de reprendre une pratique religieuse que j’avais interrompue pendant quinze ans, car j’avais perdu toute foi en l’Église. Pourquoi avoir accepté d’apparaître dans ce film ? Je souhaite témoigner au nom des victimes qui n’ont pas pu ou qui n’osent pas s’exprimer. Parler est douloureux  : à la fois parce que vous revivez les abus subis et parce que vous vous exposez à l’hostilité de nombreuses personnes. L’enquête sur le père Thomas a suscité une déferlante de haine de la part de membres de l’Arche. On nous a traitées d’hystériques, de menteuses, on nous a accusées de fomenter un complot contre Dieu. Mais ces crimes, perpétrés si longtemps et couverts par les responsables religieux et les laïcs, doivent être portés à la connaissance du public. En réglant ces affaires en interne, et en offrant, pour réparation, de bonnes paroles et l’assurance de prières, l’Église s’en rend complice par son silence et son inaction. Propos recueillis par Clara Le Quellec Mardi 5 mars à 20.50 Documentaire Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église Lire page 18 En replay jusqu’au 3 mai Éric Quintin « Le changement viendra de la libération de la parole des femmes » Pour réaliser son documentaire, Éric Quintin a enquêté pendant deux ans et sur quatre continents, avec Marie- Pierre Raimbault, sur les viols de religieuses par des prêtres. Un scandale d’ampleur mondiale. « La problématique des sœurs abusées par des hommes d’Église existe depuis des décennies, mais personne ne s’en est emparé. Au fil de notre enquête, nous avons découvert que les prêtres abuseurs opéraient de la même façon sur tous les continents, en instrumentalisant leur savoir et leur autorité pour obtenir des faveurs sexuelles. Cette approche est facilitée par la posture de l’Église, qui valorise la parole de l’homme et place donc les religieuses en situation d’infériorité. Notre film n’est pas un pamphlet contre la foi. Il interroge, au terme d’une investigation minutieuse, le système d’une organisation qui se prétend exemplaire mais couvre les actes de prédateurs et pratique des avortements forcés. Ces dérives soulèvent les questions de la place de la femme et de la sexualité dans l’Église. Tant que le clergé ne les abordera pas frontalement, les abus continueront. Plus que des propos du pape François, qui, malgré une certaine volonté, est freiné par une frange réactionnaire de l’institution, le changement viendra de la libération de la parole des femmes et de la prise de conscience de l’opinion publique. » 7ARTE MAG N°10. LE PROGRAMME DU 2 AU 8 MARS 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :