Arte Magazine n°2019-09 23 fév 2019
Arte Magazine n°2019-09 23 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-09 de 23 fév 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : agents troubles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°9. LE PROGRAMME DU 23 FÉVRIER AU 1 ER MARS 2019 8 Portraits de femmes Vendredi 1er mars à 20.55 Téléfilm Dévoilées Lire page 24 En replay jusqu’au 31 mars Marthe Keller (Isabelle) Elle interprète Isabelle, femme indépendante et déterminée, qui vit avec sa petite-fille étudiante, Anaïs, dont elle découvre la conversion à l’islam le plus radical. L’actrice suisse, repérée en France grâce à la série La demoiselle d’Avignon en 1972, prête à son personnage sa beauté altière et son regard aussi direct qu’insondable. Car Isabelle cache un lourd secret, s’inscrivant dans la part de mystère de la comédienne, qui n’a cessé de se réinventer, de sa carrière hollywoodienne (Marathon Man, Bobby Deerfield, ou encore Fedora de Billy Wilder) à ses rôles récents (Amnesia de Barbet Schroeder en 2015). Acclamée pour ses mises en scène d’opéras, cette star populaire et sans frontières n’a pas craint de brouiller son image pour incarner une vieille bourgeoise acariâtre dans The Romanoffs, la nouvelle série de Matthew Weiner (Mad Men). Aux côtés de Jérémie Renier dans L’ordre des médecins de David Roux, la grande Marthe revient à l’affiche le 6 mars dans On ment toujours à ceux qu’on aime de Sandrine Dumas. Dans le téléfilm Dévoilées, Jacob Berger explore, au travers d’un drame de société, la complexité des relations mèrefille. Trois générations de femmes incarnées par un formidable trio de comédiennes. Julie Gayet (Léa) Divorcée du père d’Anaïs, médecin comme l’était le sien, décédé avant sa naissance, Léa a refait sa vie au Canada. À cette femme dynamique et parfois impulsive, Julie Gayet confère une émotivité contenue dans les moments de crise  : face à sa fille radicalisée, qui la rejette, ou face à sa mère, dont le passé lui est brutalement révélé. Après un joli rôle chez Agnès Varda en 1995 (Les cent et une nuits de Simon Cinéma), l’actrice s’impose l’année suivante avec la comédie Delphine  : 1, Yvan  : 0 de Dominique Farrugia, et obtient le prix Romy Schneider pour Sélect Hotel de Laurent Bouhnik. Épatante dans 8 fois debout de Xabi Molia, qu’elle a également produit avec sa société Rouge International, ou dans Quai d’Orsay de Bertrand Tavernier, Julie Gayet se montre aussi hilarante dans la série Dix pour cent que bouleversante dans la fiction Marion, 13 ans pour toujours. Elle est actuellement au Théâtre des Bouffes-Parisiens avec Rabbit Hole jusqu’au 31 mars. Lola Créton (Anaïs) À 25 ans, la brune Lola Créton interprète Anaïs avec une intensité fiévreuse, récompensée au Festival de la fiction TV de La Rochelle. En étudiante secrète et sensible, dont la révolte exaltée trouve son expression dans une pratique dévoyée de l’islam, la jeune actrice tient la dragée haute à ses deux aînées. Choisie par Catherine Breillat pour son téléfilm Barbe bleue (2009), elle irradie en adolescente amoureuse dans En ville de Valérie Mréjen et Un amour de jeunesse de Mia Hansen-Løve (2011). Très remarquée aussi dans Après mai d’Olivier Assayas l’année suivante, la lumineuse Suzanne de Corniche Kennedy de Dominique Cabrera s’est récemment aventurée dans l’univers fantasmé de Bertrand Mandico avec le film court Ultra pulpe (2018). Une incandescente présence à suivre. Marie Gérard VEGA PRODUCTION
TAGLICHT MEDIA/TORSTEN GRONEMEYER Secoués par le Dieselgate et des normes environnementales de plus en plus sévères, les géants de l’automobile misent, entre autres, sur la voiture électrique. Panorama d’une révolution trop lente à advenir, passée au crible dans un documentaire très complet. Mardi 26 février à 20.50 Documentaire Panne sèche Le crépuscule des dieux de l’automobile Lire page 19 En replay jusqu’au 28 mars Nuages sur l’automobile Objectif zéro carbone Dans les rues des métropoles chinoises, les deux-roues électriques s’imposent désormais, le gouvernement ayant décidé de bannir les moteurs thermiques. Malgré la décision de Donald Trump de sortir des accords de Paris sur le climat, la plupart des responsables politiques affichent aussi des objectifs de réduction des émissions de CO 2 – moins 35% d’ici à 2035, c’est par exemple l’exigence de l’UE. Sous cette pression, les constructeurs lancent leurs gammes de « véhicules propres ». Si Renault a pris de l’avance avec sa Zoe, la voiture électrique la plus vendue d’Europe en 2017, Volkswagen – encore entaché par le scandale de 2015 sur des moteurs diesel truqués – compte investir 34 milliards d’euros dans ce secteur d’ici 2022. Pourtant, le bénéfice environnemental de cette technologie n’est que relatif, surtout quand l’électricité provient de centrales à charbon, comme en Chine ou en Allemagne, ou du nucléaire, comme en France. D’autant que les batteries fonctionnent au nickel et au lithium, des matières premières de plus en plus rares. De nouveaux challengers dans la course Tableau de bord à écran tactile géant, reconnaissance faciale automatique du conducteur et conduite autonome, tels sont les nouveaux attributs de la voiture imaginée par Byton, start-up chinoise qui compte faire trembler la vieille industrie. D’innombrables jeunes pousses issues de la Tech, notamment chinoises, envahissent le marché et défient les grands, dont l’emblématique marque californienne Tesla. Pilotée par le Sud-Africain d'origine Elon Musk, PDG entre autres de PayPal, elle a devancé General Motors en bourse début 2018. De quoi attiser la nervosité des géants de l’automobile, qui ripostent en pointant du doigt le fragile équilibre financier de la start-up, dont les déficits s’élèvent à plusieurs milliards. Liaisons dangereuses De Genève à Milan, les constructeurs continuent pourtant de présenter chaque année dans les salons automobiles des modèles SUV (« sport utility vehicle ») et 4 x 4 suréquipés aux moteurs toujours plus puissants. Les gouvernements, qui régulent d’une main, encouragent de l’autre cette politique du « business as usual » et chouchoutent les fabricants dans l’espoir de sauver les emplois. Huit cent mille Allemands travaillent ainsi dans le secteur automobile – le record européen. C’est pourquoi Angela Merkel est intervenue auprès de l’UE pour limiter les accords sur de futures restrictions en matière d’émissions de CO 2. Un laxisme que le Dieselgate et ses suites ont fait éclater au grand jour, mais qui relève de la règle, et non de l’exception. Jusqu’à quand ? Hélène Porret ARTE MAG N°9. LE PROGRAMME DU 23 FÉVRIER AU 1 ER MARS 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :