Arte Magazine n°2019-08 16 fév 2019
Arte Magazine n°2019-08 16 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-08 de 16 fév 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Claude Chabrol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°8. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 FÉVRIER 2019 8 Mardi 19 février à 20.50 et 22.45 Dans deux documentaires, le réalisateur Pierre-Olivier François livre un éclairage inédit sur l’histoire des deux Corées. Une mise en perspective exceptionnelle dans un contexte géopolitique sous tension. Corée, l’histoire fracturée Documentaires Corée La guerre de cent ans (1 & 2) Suivi de Pyongyang s’amuse Lire pages 18 et 19 En replay jusqu’au 19 avril Pierre-Olivier François Votre film Corée – La guerre de cent ans est le premier à construire une histoire commune de ce pays fracturé... Pierre-Olivier François  : Aucun film n’avait jusqu’à présent réussi à faire parler de hauts responsables nord et sud-coréens afin qu’ils racontent, ensemble, leur histoire. Dans un contexte de fortes tensions entre les deux pays, cela a nécessité un très long travail de négociation, notamment avec les Nord- Coréens qui ont le sentiment d’être toujours présentés comme « les méchants ». Nous avons réussi à les convaincre que, s’ils nous donnaient accès à des interlocuteurs importants, ils bénéficieraient d’un traitement équitable. Pour les Sud-Coréens, ce film a aussi été un choc. Pour la première fois, ils y voyaient des Nord-Coréens, longtemps présentés comme des fous inhumains, livrer leur version de l’histoire, de façon sensée et rationnelle. La réunification du pays, toujours espérée mais sans cesse repoussée, est-elle enfin envisageable ? Nous assistons depuis 2018 à un rapprochement inédit, concrétisé notamment par la première rencontre en juin dernier entre un président américain en fonction, Donald Trump, et un dirigeant nordcoréen, Kim Jung-un. Avec trois sommets cette année, les rencontres entre les deux Corées sont presque devenues une routine. Et des premières opérations de déminage ont eu lieu sur la DMZ (zone démilitarisée et frontière hermétique entre les deux pays, NDLR). Mais la situation reste complexe. On en est encore à construire la confiance. L’avenir dépend de deux défis qui sont liés  : la dénucléarisation de la Corée du Nord et la levée des sanctions contre elle par les États-Unis. Dans votre second documentaire, Pyongyang s’amuse, vous donnez une image inattendue d’une Corée du Nord tournée vers les loisirs, la consommation... Avec mon coauteur, Patrick Maurus, ex- responsable des études coréennes à l’Inalco, nous étions frappés par l’image médiatique des Nord-Coréens, uniquement menaçante, et la réalité de ce que nous rencontrions sur place. Or on ne peut pas comprendre la pérennité de ce pays, bientôt plus ancien que l’URSS, si l’on ne le considère qu’au travers du prisme de la terreur et de l’anomalie. Fruit de huit ans de tournage, ce film se concentre sur la vie quotidienne, le hors champ de la grande histoire. La société nord-coréenne s’est fortement transformée en dix ans. Tourisme, parcs d’attraction, loisirs sont aujourd’hui des priorités nationales. Le commentaire se nourrit de notre longue expérience, mais l’image s’attache à rester au plus près des gens. Propos recueillis par Laetitia Moller ALEGRIA PRODUCTIONS
FRÉDÉRIC MAIGROT Quand la science infuse De gauche à droite  : Adrian Pflug, Émilie Langlade, Caroline du Bled, Gunnar Mergner, Carolin Matzko, Dörthe Eickelberg, Pierre Girard De lundi à vendredi à 17.10 Magazine Les 10 ans de « Xenius » Lire page 22 En replay jusqu’au 19 mai Spécial 10 ans Lundi 18 février à 17.10 Les voies de la transition énergétique Mardi 19 février à 17.05 Place à la mobilité douce en ville Mercredi 20 février à 17.10 Vers une agriculture durable et intelligente Jeudi 21 février à 17.05 Coup de projecteur sur l’Univers Vendredi 22 février à 17.05 Quand la high-tech révolutionne la médecine Une foule d’enfants et de parents emmitouflés se presse ce mercredi sur le parvis de la Cité des sciences, porte de La Villette à Paris. C’est ici que l’équipe francoallemande de Xenius s’est donné rendez-vous pour le tournage d’une des cinq émissions spéciales dédiées à une thématique d’avenir (en l’occurrence l’Univers) pour célébrer ses 10 ans. Déjà, Pierre Girard et Dörthe Eickelberg, deux des six présentateurs – avec Gunnar Mergner et Caroline du Bled (qui a succédé à Carolin Matzko), Émilie Langlade et Adrian Pflug –, prennent place dans le grand escalator du hall, sous les avions suspendus et le regard des curieux, tandis que Frédérique Veith, la réalisatrice, tente d’accélérer le rythme  : le programme, consacré à l’astrophysique, est chargé. Mais trois prises suffisent, tant le duo, formé dès le pilote de l’émission en août 2008, est rodé. Quelque 1 651 numéros plus tard, le binôme s’amuse encore des aventures qui ont émaillé son parcours, de la navigation en pirogue en pleine forêt amazonienne à l’embarquement à bord d’un Airbus A300 Zéro-G en passant par une baignade dans un aquarium au milieu des requins ! « À certaines périodes, je voyais plus Pierre que mon conjoint, plaisante Dörthe. Il a fait de moi une vraie féministe, et moi je le sensibilise au véganisme ! » Cette semaine, Xenius, le magazine scientifique d’ARTE, célèbre ses 10 ans avec cinq émissions spéciales tournées vers le futur. Immersion sur le tournage de l’une d’entre elles à la Cité des sciences et de l’industrie. CHAÎNE HUMAINE En fin de matinée, l’équipe s’installe en extérieur pour la séquence avec le public. Un lien précieux avec ses téléspectateurs auquel Xenius reste très attaché. Aujourd’hui, plusieurs dizaines de fans, petits et grands, ont répondu à l’appel lancé sur les réseaux sociaux pour participer à deux « exercices »  : la formation d’un « X » géant pour l’anniversaire, et celle d’une chaîne humaine autour de la Géode. Fidèle de la première heure, Cécile, 36 ans, a posé sa matinée pour en être  : « J’aime le ton frais et intelligent de l’émission ainsi que la diversité et l’originalité de ses sujets. » Chaque participant de la chaîne incarne une planète, un astéroïde ou une comète du système solaire. C’est l’invitée, l’astrophysicienne Anny- Chantal Levasseur-Regourd, qui en explique le sens  : « On ignore encore si l’Univers est fini ou infini. S’il est infini, en allant très loin, on peut se retrouver au point de départ. C’est ce que veut symboliser cette chaîne humaine. » Retour sous le hall de la Cité des sciences pour l’enregistrement des plateaux. Au milieu des décors cosmiques de l’exposition « Le grand récit de l’Univers », Pierre et Dörthe passent en revue avec leur spécialiste les récentes découvertes en matière de connaissance de l’espace. La discussion, face caméra, est aussi l’occasion d’aborder des questions grand public, notamment celle, hypothétique, de la vie ailleurs que sur Terre. Rendez-vous dans dix ans pour en savoir plus… Marie Perrin ARTE MAG N°8. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 FÉVRIER 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :