Arte Magazine n°2019-08 16 fév 2019
Arte Magazine n°2019-08 16 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-08 de 16 fév 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Claude Chabrol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 20 février ARTE MAG N°8. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 FÉVRIER 2019 20 5.00 M LE RADEAU DE LA MÉDUSE Spectacle 6.45 M LES 10 ANS DE « XENIUS » Place à la mobilité douce en ville Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.20 LM 360° GEO Mosuo, le pays où les femmes sont reines Reportage 8.05 M LA GRANDE-BRETAGNE SAUVAGE Côtes Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 M DU PAIN ET DES JEUX Les courses de chars à Rome Documentaire 11.00 M TESTOSTÉRONE  : UNE HORMONE PAS SI « MÂLE » Documentaire 11.55 LMEM LES SUPERPOUVOIRS DE L’URINE Documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS Répondre à la crise du logement Reportage 13.35 EM JE SAIS TOMBER Téléfilm 15.10 LEM VILLAGES DE FRANCE Cordes-sur-Ciel Série documentaire 15.35 EM NORVÈGE, LE PRINTEMPS DES RENNES Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 90 LES 10 ANS DE « XENIUS » Vers une agriculture durable et intelligente Magazine 17.35 30 ER HABITER LE MONDE – SAISON 1 Les Korowaï, au cœur de la forêt Série documentaire 18.05 LM LES ROUTES MYTHIQUES DE L’EUROPE La via Romana en Suisse Série documentaire 19.00 LES DERNIERS MONDES SAUVAGES Une nature à protéger Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.52 E TOUT EST VRAI (OU PRESQUE) George Clooney Série d’animation 20.55 GLORIA Film 22.55 7 GENA ROWLANDS Actrice et muse par amour Documentaire 23.50 FRANCOFONIA, LE LOUVRE SOUS L’OCCUPATION Documentaire 1.15 M ARTE JOURNAL 1.35 M NÉPAL, LA VOIX DES FEMMES Documentaire 2.30 M TRACKS Magazine 3.15 EM LES PETITS SECRETS DES GRANDS TABLEAUX « Men of the Docks », 1912 – Bellows Collection documentaire 3.45 M ARTE REGARDS Jeunes adultes, ils se battent contre le cancer Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible en replay Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français 1980 COLUMBIA PICTURES INDUSTRIES, INC. 20.55 Cinéma Soirée Gena Rowlands Gloria Une ancienne call-girl protège à contrecœur un enfant traqué par des criminels. Dans un New York tentaculaire et dangereux, un grand film de Cassavetes mené à un train d’enfer par Gena Rowlands. Dans l’immeuble new-yorkais où elle vit seule avec son chat, Gloria, ancienne danseuse et ex-maîtresse d’un mafieux, frappe à la porte de ses voisins de palier, les Dawn. Ces derniers font leurs paquets, craignant l’imminence de représailles depuis que Jack, le père, comptable d’une organisation criminelle, a livré des informations au FBI. Pris de panique, ils demandent à Gloria de prendre soin de Phil, leur fils de 6 ans. Alors que des tueurs font irruption, Gloria prend la fuite avec le petit garçon... CHANT D’AMOUR Sous ses faux airs de film noir, Gloria traite avant tout de l’histoire d’un couple inhabituel au cinéma, celui formé par un gamin, métis latino-américain capricieux et indocile, et une femme mûre au parcours peu reluisant. Contraints à la fuite dans les rues de New York, microcosme grouillant et tentaculaire, ces deux-là, après un difficile apprivoisement, sont bientôt soudés par une affection sincère, née au contact du danger. Si le film repose grandement sur la performance de Gena Rowlands, John Cassavetes (Shadows, Opening Night...) ne néglige pas son jeune interprète, John Adames, qu’il dirige admirablement. Le cinéaste considérait Gloria comme « un accident » et n’en était pas fier. Il en aurait écrit le scénario pour répondre à un reproche de Gena Rowlands, son épouse à la ville, qui considérait qu’il ne s’intéressait pas assez aux enfants. Pour autant, Cassavetes évite à la fois les pièges de la fiction lacrymale et les conventions standards du polar. Chant d’amour à celle qu’il aime, Gloria est un très beau film où Gena Rowlands excelle. Lion d’or, Mostra de Venise 1980 Lire page 4 Film de John Cassavetes (États-Unis, 1980, 1h57mn, VF/VOSTF) - Scénario  : John Cassavetes Avec  : Gena Rowlands (Gloria Swenson), John Adames (Phil Dawn), Buck Henry (Jack Dawn), Julie Carmen (Jeri Dawn), Lupe Garnica (Margarita Vargas), Jessica Castillo (Joan Dawn) Production  : Columbia Pictures Retrouvez les critiques d’Olivier Père, directeur du Cinéma d’ARTE France, sur son blog.
22.55 Soirée Gena Rowlands Gena Rowlands Actrice et muse par amour Inoubliable interprète des films de son mari, John Cassavetes, Gena Rowlands a marqué de son empreinte le cinéma américain. Le portrait sensible d’une actrice flamboyante. SAM SHAW INC./LICENSED BY SHAW FAMILY ARCHIVES, LTD. « Ce que j’aime dans le métier d’acteur, confie-t-elle, c’est que l’on n’est pas coincé dans sa propre vie  : on peut en vivre cent autres. » Née en 1930 dans le Wisconsin, Gena Rowlands a grandi entre un père banquier, engagé en politique, et une mère artiste peintre. Fascinée par le jeu de Bette Davis, elle s’installe à New York au début des années 1950 pour suivre les cours de l’Académie américaine d’arts dramatiques. Elle y rencontre celui qui deviendra son époux en 1954  : John Cassavetes. Future icône du cinéma indépendant, il la dirigera dans huit films, de Shadows (1959) à Love Streams (1984), avant que deux de leurs trois enfants, Nick et Zoe, ne prennent la relève derrière la caméra. Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 2015, partenaire à l’écran de stars telles que Frank Sinatra, Rock Hudson, Kirk Douglas ou Peter Falk, Gena Rowlands a tourné dans une soixantaine de films et presque autant de fictions et de séries pour la télévision. ÉBLOUISSANTE C’est par le prisme des trois décennies partagées avec le cinéaste John Cassavetes, disparu en 1989, que Sabine Carbon se penche sur la carrière de Gena Rowlands. L’actrice, qui témoignait déjà dans le portrait que la documentariste a consacré en 2017 à Bette Davis (rediffusé par ARTE le 3 février), y apparaît flamboyante. Dans la villa californienne où, avec John, ils réunirent leur tribu de cinéma pour plusieurs tournages, la comédienne livre anecdotes et souvenirs. Entremêlant les témoignages de plusieurs proches du couple, ce film rend hommage au talent et à l’éblouissante personnalité de l’une des plus grandes actrices américaines encore en vie. Lire page 4 Documentaire de Sabine Carbon (Allemagne, 2017, 52mn) - Production  : Radio Bremen, Medea Film Factory UG, en association avec ARTE JAAP VRENEGOOR 23.50 Cinéma Francofonia, le Louvre sous l’Occupation Revisitant une page sombre de l’histoire du musée du Louvre, Alexandre Sokourov interroge la place et le rôle de l’art en Occident. Un film historique d’une audacieuse originalité. En juin 1940, l’armée allemande entre dans Paris, déclaré « ville ouverte ». Conservateur en chef, avant-guerre, du patrimoine culturel rhénan, le comte Franz Wolff-Metternich y est nommé directeur du Kunstschutz, la commission de la Wehrmacht pour la protection des œuvres d’art. Les dignitaires nazis ayant décidé de s’emparer des pièces les plus remarquables des territoires occupés, Wolff-Metternich réserve l’une de ses premières visites parisiennes à Jacques Jaujard, le directeur du musée du Louvre. Mais la célèbre institution est un écrin presque vide. Quelques mois avant que le conflit n’éclate, Jaujard a fait transférer loin de la capitale des milliers d’œuvres. Parmi ces inestimables trésors, la Victoire de Samothrace et La Joconde. Wolff-Metternich et Jaujard vont s’accorder pour les protéger... MÉLANCOLIQUE ET LYRIQUE Après son Arche russe, immersion virtuose dans les collections du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, Alexandre Sokourov s’empare d’un moment éprouvant de l’histoire du Louvre pour questionner le rôle de l’art en Occident, le sentiment européen, revisiter les guerres (napoléoniennes, la Première et la Seconde Guerre mondiales) et leur cohorte de tragédies et de spoliations artistiques. Tout à la fois personnel, informatif, original, mélancolique et lyrique, son récit emporte le spectateur de l’aile Visconti aux salons du Second Empire, de la cour carrée au bureau de Jacques Jaujard, dans un éblouissant voyage où le passé le plus sombre conserve l’écho d’un présent éternel. Documentaire-fiction d’Alexandre Sokourov (France/Allemagne/Pays-Bas, 2015, 1h23mn) Avec  : Louis-Do de Lencquesaing (Jacques Jaujard), Benjamin Utzerath (Franz Wolff-Metternich) Coproduction  : ARTE France Cinéma, Idéale Audience, Zero one film, N279 Entertainment, Le musée du Louvre mercredi 20 février ARTE MAG N°8. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 FÉVRIER 2019 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :