Arte Magazine n°2019-07 9 fév 2019
Arte Magazine n°2019-07 9 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-07 de 9 fév 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : la 500e karambolage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 10 février ARTE MAG N°7. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 FÉVRIER 2019 14 20.05 Vox pop Présenté par Nora Hamadi, le magazine des débats qui agitent l’Europe. Le business de l’aide à domicile L’aide à domicile représente 8 millions d’emplois en Europe, des métiers précaires et peu protégés. À l’exception de la France et l’Italie, aucun pays d’Europe ne dispose de convention collective qui les encadre totalement. Selon la Commission européenne, les services d’aide à la personne constituent même le troisième secteur le plus concerné par le travail au noir. Populismes  : bientôt la fin ? Depuis des années, on assiste à une montée des inégalités, du déclassement, une érosion des services publics, un repli sur soi... Ces éléments favorisent-ils la montée des populismes ? Pas sûr... Vox pop reçoit Steven Pinker, professeur de psychologie à Harvard, qui soutient la théorie d’un déclin des populismes. Sans oublier le tour d’Europe des correspondants. Magazine présenté par Nora Hamadi (France, 2019, 28mn) Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse 20.35 Karambolage La 500 e L’émission hebdomadaire d’ARTE qui décrypte avec amusement les petites différences entre les Français et les Allemands fête son 500 e numéro. Pour l’occasion, une dizaine de graphistes français et allemands ont travaillé main dans la main pour concocter une enquête policière. L’inspecteur Karambo se retrouve face à une énigme  : lors du tournage de « la devinette », rubrique phare de l’émission, un passant a trébuché sur l’indice, est tombé sur la tête et a perdu la mémoire. Est-il français ou allemand ? S’ensuit une aventure entre Paris et Berlin qui plonge l’inspecteur Karambo et M. X au cœur des rites, objets et expressions des deux cultures. Karambo parviendra-t-il à retrouver l’identité de l’inconnu ? Lire page 7 Magazine franco-allemand de Claire Doutriaux (France, 2019, 11mn) - Production  : Atelier de recherche d’ARTE France AFD CAROLCO PICTURES/TCD-STUDIO CANAL 20.55 Cinéma Soirée Arnold Schwarzenegger Terminator 2 Le jugement dernier Chef-d’œuvre de la science-fiction porté par Arnold Schwarzenegger, Terminator 2 demeure le volet le plus culte d’une saga dont l’épisode 6 sortira l’automne prochain. Tandis que la « guerre du jugement dernier » fait rage entre les machines et les survivants du grand incendie nucléaire de 2029, Skynet, l’ordinateur central, s’emploie à éliminer John Connor, le chef de la résistance humaine. Envoyé par ses soins dans le passé, en 1994 à Los Angeles, un robot Terminator de dernière génération, le T-1000, a pour mission d’assassiner John, alors âgé de 10 ans. Mais ce dernier va bénéficier de la protection d’un Terminator plus ancien, le T-800, qui avait pourtant tenté de tuer sa mère, Sarah Connor. Déguisé en policier, le T-1000 parvient à retrouver la trace de John dans un centre commercial. Une coursepoursuite haletante s’engage alors... ÉPOUSTOUFLANTS EFFETS SPÉCIAUX Avant de découvrir à l’automne prochain le sixième volet de la saga Terminator, signé Tim Miller, rien de tel qu’une piqûre de rappel. Le nouvel opus se situe dans la continuité de ce cultissime épisode 2, faisant abstraction des trois films suivants. Tourné en 1991, Terminator 2, chef-d’œuvre de James Cameron, n’a pas pris une ride. Encensé au moment de sa sortie pour ses époustouflants effets spéciaux, notamment le morphing, le film fut récompensé par quatre Oscars techniques et reçut un accueil critique et public inouï. Plus apprécié encore que le premier épisode, il inscrit définitivement Arnold Schwarzenegger dans le cœur des spectateurs. Les courses-poursuites d’anthologie en camion, moto et auto, notamment dans les spectaculaires réservoirs de Los Angeles, et les métamorphoses du méchant Terminator, constitué de métal liquide, sont entrées dans la légende du cinéma. Meilleurs effets visuels, montage sonore, son et maquillage, Oscars 1992 Lire page 4 (Terminator 2  : Judgement Day) Film de James Cameron (États-Unis, 1991, 2h12mn, VF/VOSTF) - Scénario  : James Cameron, William Wisher - Avec  : Arnold Schwarzenegger (Terminator), Linda Hamilton (Sarah Connor), Edward Furlong (John Connor), Robert Patrick (T-1000), EarlBoen (Docteur Silberman) - Production  : Carolco Pictures, Pacific Western Production
23.10 Soirée Arnold Schwarzenegger La fabrique d’Arnold Schwarzenegger De l’Autriche de l’après-guerre à l’arène politique américaine en passant par Hollywood, la success story hors norme du « Governator » symbolise le mythe américain du XXI e siècle, entre rêve et cauchemar. Arnold Schwarzenegger, ou le self made surhomme. Comment l’adolescent gracile qui grandit dans l’Autriche post Seconde Guerre mondiale est-il devenu le Terminator aux muscles hypertrophiés qui s’apprête pour la sixième fois à conquérir les écrans du monde, et en 2003, puis 2006, le « Governator » républicain adulé de l’État le plus peuplé d’Amérique, la Californie ? Au début des années 1980, quand le bodybuilder, grâce à Conan le barbare, puis au premier Terminator, se hisse au sommet du box-office, on s’étonne encore de son physique aberrant, de son accent brutal et du patronyme imprononçable qu’il a choisi de garder contre l’avis des studios. Près de quarante ans après, la planète entière a appris à dire « Arnold Schwarzenegger », ce nom représentant « le rêve américain en cuir et en os », comme « Schwarzie » lui-même aime à le rappeler. Mais celui qui a remporté cinq titres de Mister Univers, dont le premier à 21 ans, a fait davantage que réinventer son propre corps  : il a su, à force de patience et de détermination, sculpter le réel à l’image de son rêve d’enfant. LA LOI DES IMAGES Avec d’abondantes archives, dont nombre d’interviews hautes en couleur de l’intéressé, ce documentaire retrace l’irrésistible ascension d’Arnold Schwarzenegger à la lumière d’une séduisante hypothèse  : comme Terminator, ce robot si humain qu’il ne cesse de faire revivre, la star incarnerait notre futur en gestation. Alors que les médias n’en finissent plus d’annoncer notre devenir cyborg, Donald Trump siège à la Maison-Blanche et la réalité semble avoir basculé pour de bon dans le spectacle. L’histoire de cet indestructible septuagénaire est aussi celle d’une époque gouvernée par la loi des images, fascinée comme jamais par le culte de la volonté, pressée d’en finir avec l’humanité pour lui substituer le règne des machines. Jérôme Momcilovic et Camille Juza décortiquent avec talent la fabrication de ce mythe qui a tant à dire sur nos rêves, et sur nos cauchemars. Lire page 4 Documentaire de Jérôme Momcilovic et Camille Juza (France, 2018, 50mn) Coproduction  : ARTE France, Petit Dragon, Éléphant Doc 0.00 Berlinale 2019 Procès de singe Adapté du retentissant « procès du singe » qui, en 1925, opposa les tenants de la théorie de l’évolution de Darwin aux adeptes du créationnisme, le film de Stanley Kramer résonne encore fortement aujourd’hui. Avec le talentueux Spencer Tracy. Dans une petite ville des États-Unis, un instituteur, Bertram T. Cates, s’apprête à passer devant une cour de justice pour avoir expliqué à ses élèves la théorie de l’évolution de Charles Darwin, enfreignant ainsi la législation locale et s’attirant du même coup les foudres du révérend de la paroisse, Jeremiah Brown. Face au juge Coffey, le célèbre procureur fondamentaliste Matthew Brady et le non moins illustre avocat progressiste Henry Drummond vont plaider sous l’œil du journaliste du Baltimore Herald qui couvre ce procès sous haute tension, E. K. Hornbeck. DARWIN CONTRE LA BIBLE Adapté d’une pièce de théâtre qui critiquait à demi-mot le maccarthysme et prônait la défense de la liberté intellectuelle, ce film est aussi une brillante transposition cinématographique de l’historique « procès du singe ». En 1925, il opposa le procureur William Jennings Bryan, qui réfutait les théories de Charles Darwin, à l’avocat Clarence Darrow, défenseur du professeur John Thomas Scopes. Un magistral film judiciaire avec Spencer Tracy et Gene Kelly. Ours d’argent du meilleur acteur (Fredric March), Berlinale 1960 (Inherit the Wind) Film de Stanley Kramer (États-Unis, 1960, 2h03mn, noir et blanc, VF) - Scénario  : Nedrick Young, Harold Jacob Smith, d’après la pièce éponyme de Jerome Lawrence et Robert E. - Avec  : Spencer Tracy (Henry Drummond), Gene Kelly (E. K. Hornbeck), Fredric March (Matthew Harrison Brady), Dick York (Bertram T. Cates) - Production  : Lomitas Productions Inc. 1960 METRO-GOLDWYN-MAYER STUDIOS INC. dimanche 10 février ARTE MAG N°7. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 FÉVRIER 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :