Arte Magazine n°2019-02 5 jan 2019
Arte Magazine n°2019-02 5 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-02 de 5 jan 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : il miracolo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 5 AU 11 JANVIER 2019 8 Inspirante Pionnier de l’électro, Jean-Michel Jarre endosse pour ARTE la combinaison du maître de cérémonie d’un foisonnant « Winter of Moon », à l’occasion du 50 e anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune. Entretien. Lune D’où vient votre passion pour l’astronomie ? Jean-Michel Jarre  : J’avais un grand-père musicien et scientifique. C’est lui qui, le premier, m’a parlé des étoiles. Le cosmos m’a toujours intéressé, et la musique n’est pour moi rien d’autre que l’exploration de l’espace et du temps, d’autant que, depuis ses origines, la musique électronique est liée à la science-fiction. La Lune a-t-elle représenté pour vous une source d’inspiration ? Comme l’amour, elle l’est pour les musiciens en général, de Clair de lune de Debussy à « Fly Me to the Moon » de Sinatra, de The Dark Side of the Moon des Pink Floyd à Moon Safari du groupe Air. J’ai quant à moi composé deux morceaux titrés « Moon Machine » et « Miss Moon ». La Lune et sa mythologie permettent d’exprimer des émotions, la solitude, l’amour, le rapport à l’espace. Elle évoque la nuit, la féminité aussi, en tout cas en France, puisqu’à l’inverse, en Allemagne, elle porte un nom masculin [Der Mond, NDLR], contrairement au soleil [Die Sonne, NDLR]… À l’heure de #MeToo, je trouve d’ailleurs assez beau qu’outre-Rhin l’astre de la lumière soit féminin et que la part d’ombre soit masculine. Quand on est européen, on peut choisir… Comment avez-vous vécu les premiers pas de l’homme sur la Lune en 1969 ? Avec des amis, nous avions prévu de nous retrouver devant le petit écran pour attendre 21 h 56 aux États-Unis, presque 4 heures du matin ici. C’est donc arrivé comme un rêve, en pleine nuit, ce qui a accentué le côté homérique et romanesque de l’événement. Nous avons organisé un tournoi de ping-pong en peignant la balle aux couleurs de la Lune. Quand Armstrong et Aldrin sont sortis de la navette pour marcher sur la mer de la Tranquillité, le temps s’est arrêté. J’étais fasciné par cette image, irréelle, de la pure science-fiction. On peut comprendre les complotistes, convaincus que la scène a été tournée en studio. Dans cette atmosphère MICHEL NICOLAS
immobile, comme un décor, le seul élément animé, c’était l’astronaute. De retour chez moi, j’ai rallumé la télévision pour voir la suite de ces deux heures historiques, en improvisant de la musique que j’ai enregistrée. Je ne l’ai pas retrouvée, mais je ne perds pas espoir. Vous avez visité la Nasa. Qu’en retenez-vous ? J’ai été frappé par ce mélange entre l’ancien et le neuf  : les instruments numériques les plus sophistiqués y côtoient des machines avec de gros boutons rappelant les studios de radio des années 1950. C’est comme en musique  : dans mon studio, on trouve de gros instruments de l’ère analogique des années 1960 et 1970, considérés comme les Stradivarius de l’électro, et d’autres très actuels avec de savants logiciels, les uns et les autres permettant une approche sonore complémentaire. Je me sens plus à l’aise aujourd’hui qu’au début de ma carrière, parce que notre époque offre justement la possibilité de croiser ces deux mondes. Pourquoi avoir accepté de présenter le « Winter of Moon » d’ARTE ? J’aime la chaîne et l’impertinence avec laquelle elle aborde des thèmes profonds. Je connaissais le « Summer of… », avec son ton décalé, et j’ai été ravi qu’on me propose ce rôle, car je crois à l’Europe de la culture incarnée par ARTE. Curieusement, la même semaine, deux radios, française et américaine, m’ont demandé d’intervenir pour le 50 e anniversaire du premier homme sur la Lune. J’ai aussi un projet avec des astrophysiciens qui ont créé le Starmus Festival autour de l’astronomie, et il est question que je donne un concert le 21 juillet prochain. Que pensez-vous de la programmation de ce cycle ? J’aime l’idée de passer du beau film Moon de Duncan Jones, le fils de David Bowie, à La voce della luna de Fellini ou à Génération Spoutnik – L’âge d’or de la science-fiction, un captivant documentaire sur l’espèce de naïveté et d’innocence des années 1960 face à l’espace et au futur. Toutes les générations ou presque ont exprimé une nostalgie du passé et un pessimisme concernant l’avenir. Mais traverser l’histoire de la conquête spatiale donne envie de réinventer le futur. La sonde InSight qui vient de se poser sur Mars porte cette ambition nouvelle, et l’émergence de l’intelligence artificielle inspire aujourd’hui le cinéma, la littérature et la musique. Propos recueillis par Karoline Nuckel Equinoxe Infinity, le nouvel album de Jean-Michel Jarre, est sorti en novembre 2018. Winter of Moon Films, documentaires, concerts  : neuf soirées entre rêve et science, du dimanche 6 au dimanche 20 janvier. Dimanche 6 janvier Apollo 13 à 20.55 Moon à 23.10 Le voyage dans la Lune à 0.40 Mardi 8 janvier Destination Lune – Les anciens nazis de la Nasa à 22.20 Lune, le huitième continent à 23.15 Mission  : vivre sur la Lune à 0.10 Un billet pour la Lune à 1.05 Moonwalk One à 2.00 Vendredi 11 janvier La pop a marché sur la Lune à 22.30 Pink Floyd – « P.U.L.S.E » – « The Dark Side of the Moon » Live à 23.20 Jean-Michel Jarre – Un voyage à travers le son à 0.10 Space Tracks à 1.05 Samedi 12 janvier L’homme et la Lune (1-3) à 20.50 Opération Lune à 23.30 Court-circuit n°921 – Spécial « Winter of Moon » à 0.50 Dimanche 13 janvier Il y a des jours... et des lunes à 20.50 Ciel d’octobre à 22.45 La femme sur la Lune à 0.30 Lundi 14 janvier La compagnie des loups à 22.35 Vendredi 18 janvier Moonwalker à 22.30 Génération Spoutnik – L’âge d’or de la science-fiction à 0.00 Samedi 19 janvier Dans l’ombre de la Lune à 20.50 Alerte aux débris spatiaux à 22.25 Dimanche 20 janvier Éclair de lune à 20.50 La voce della luna à 22.30 Sans oublier les numéros spéciaux de Xenius, Square et du Dessous des cartes. En partenariat avec ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 5 AU 11 JANVIER 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :