Arte Magazine n°2018-52 22 déc 2018
Arte Magazine n°2018-52 22 déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-52 de 22 déc 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : fêtes enchantées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 22 AU 28 DÉCEMBRE 2018 8 Vendredi 28 décembre à 20.55 Téléfilm Marie-Thérèse d’Autriche (1 & 2) Lire page 24 Cœur ardent et poigne de fer Voltaire, qu’elle n’appréciait guère, parlait d’elle comme d’une « grande femme qui excelle dans l’utile et l’agréable ». Surnommée de son vivant « Marie- Thérèse d’Autriche la Grande », l’unique souveraine de la maison des Habsbourg réussit l’exploit de mener de front, à parts égales, une vie de femme d’État, d’ardente amoureuse et de mère attentive de famille nombreuse. Célébrée pour ses réformes visant à moderniser et à unifier ce qui allait devenir l’Empire austro-hongrois, elle fit aussi preuve de finesse diplomatique pour préserver des territoires s’étendant des Balkans à la Méditerranée, ainsi que d’une singulière pugnacité lors des deux guerres qui ont émaillé ses quarante ans de règne. Instructive et enlevée, la superproduction européenne que diffuse ARTE revient notamment sur la périlleuse première année de son règne, l’archiduchesse n’étant âgée que de 23 ans lorsqu’elle succède à son père Charles VI, disparu sans héritier mâle en 1740. Pensant n’en faire qu’une bouchée, Frédéric II de Prusse déclenche avec ses alliés une guerre de succession en attaquant la Silésie. Plaidant humblement sa cause devant la noblesse hongroise, qui lui envoie ses troupes, l’audacieuse se fait couronner « roi » de Hongrie, à cheval et l’épée au poing, avant de renverser les alliances. L’AMOUR ET LE POUVOIR Dès 1740, elle nomme son époux François Étienne de Lorraine corégent d’Autriche, l’autorisant ainsi à être élu empereur du Saint Empire romain germanique en 1745. Impératrice consort, couronnée reine de Bohême en 1743, c’est elle qui dirige de facto, laissant la conduite des affaires (filatures, manufactures de draps et de faïences) à son fringant mari, qu’elle a épousé en 1736. De leur mariage d’amour naissent seize enfants, cinq garçons et onze filles, dont la dernière reine de France, Marie-Antoinette. Comme le souligne Élisabeth Badinter dans l’ouvrage* qu’elle lui a consacré en 2016, l’impératrice supervise ellemême l’éducation de chacun d’entre À la tête d’un vaste territoire européen, la très moderne Marie-Thérèse d’Autriche s’imposa comme femme de pouvoir dans un XVIII e siècle dominé par les hommes, sans renoncer à son rôle de mère et d’épouse. Un destin hors norme retracé avec brio dans une fiction. eux – une implication exceptionnelle parmi les souveraines de son temps. Très éprise de son conjoint, avec lequel elle fera – autre comportement inhabituel à l’époque – lit commun jusqu’à sa mort en 1765, elle se montre jalouse de ses multiples infidélités et impose une austère rigueur morale à la cour de Vienne, nourrie par un intolérant catholicisme. La souveraine protège néanmoins les arts, aime la musique – jeune fille, elle chante admirablement et, plus tard, prendra le petit Mozart sur ses genoux – et institue en 1774 l’école publique et la scolarité obligatoire des enfants de 6 à 12 ans. Lorsqu’elle décède en 1780, au terme de quinze années de corégence avec son fils Joseph II, Marie-Thérèse laisse un empire aussi riche que puissant, consolidé par les mariages stratégiques de ses enfants. Marie Gérard * Le pouvoir au féminin – Marie-Thérèse d’Autriche, 1717-1780, l’impératrice reine (Flammarion). CESKÁ TELEVIZE/JULIE VRABELOVÁ
ArteKino La fête du cinéma européen Pourquoi Festival Scope s’est-il associé en 2016 avec ARTE pour proposer une fois par an ce festival de cinéma numérique ? Mathilde Henrot  : Depuis plusieurs années, nous avons développé une expertise en matière de VOD pour les professionnels et les cinéphiles. Créer ce festival avec ARTE s’inscrivait dans une envie commune de faire découvrir aux internautes des films de qualité qui, pour la plupart, n’ont pas eu accès aux salles. Ils n’ont donc pas bénéficié d’un soutien de la critique qui aurait permis au public de les repérer. L’engagement d’ARTE en faveur du cinéma d’auteur et le nôtre se rejoignent naturellement et sont une force prescriptrice auprès d’un public européen. C’était aussi le plaisir de partager la découverte de vrais talents. Nous allons ainsi proposer dix longs métrages inédits aux internautes de quarante-cinq pays en Europe. Comment ont été choisis ces dix films ? Tous ont été sélectionnés par Olivier Père, le directeur du Cinéma d’ARTE France. Ces dix longs métrages témoignent de l’éclectisme, de l’audace et de la vitalité de la production cinématographique européenne. Réalisés à parité par cinq réalisateurs et cinq réalisatrices, ils ont tous été présentés voire primés dans de prestigieux festivals, de la Berlinale à la Semaine de la critique vénitienne en passant par FID Marseille, Sundance ou Locarno. Quelles sont les nouveautés de cette troisième édition ? Nous avons souhaité contenter les cinéphiles qui avaient apprécié la précédente édition en allongeant la période de visionnage, qui durera un mois cette année. Dès janvier 2019, après la clôture du festival, un film, long ou court, sera mis en ligne une fois par mois. Cette année aussi, grâce au soutien de la Commission européenne, ArteKino propose dix versions sous-titrées  : les six disponibles dans l'offre d'ARTE – français, allemand, anglais, italien, espagnol, polonais –, et quatre nouvelles – portugais, roumain, hongrois et ukrainien. Enfin, un internaute sera tiré au sort pour gagner un voyage pour la prochaine édition du Locarno Festival, en août 2019. Propos recueillis par Christine Guillemeau Du 1er au 31 décembre, dix films inédits sont à découvrir gratuitement dans quarante-cinq pays d’Europe sur le site artekinofestival.com. Les précisions de Mathilde Henrot, cofondatrice de la plate-forme Festival Scope, partenaire d’ArteKino Festival. Festival Scope Respectivement dédiées aux professionnels du cinéma et aux cinéphiles du monde entier, les plates-formes Festival Scope Pro et Festival Scope ont été fondées en 2010 et 2016 par AlessandroRaja et Mathilde Henrot. Elles permettent à ces différents publics de découvrir en VOD les films proposés lors des grands festivals internationaux. Les dix films sélectionnés Disponibles aussi via l’appli ArteKino pour tablettes et smartphones. 24 semaines d’Anne Zohra Berrached (Allemagne) Flesh Memory de Jacky Goldberg (France) For Some Inexplicable Reason de Gábor Reisz (Hongrie) Le cratère de Silvia Luzi et Luca Bellino (Italie) L’animale de Katharina Mückstein (Autriche) Le ciel flamand de Peter Monsaert (Belgique) Mug de Malgorzata Szumowska (Pologne) Pity de Babis Makridis (Grèce) Pin Cushion de Deborah Haywood (Royaume-Uni) Those Who Are Fine de Cyril Schäublin (Suisse) À l'issue du festival, le film plébiscité par le public recevra une dotation de 30 000 € , répartie entre le réalisateur et le distributeur. ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 22 AU 28 DÉCEMBRE 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :