Arte Magazine n°2018-51 15 déc 2018
Arte Magazine n°2018-51 15 déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-51 de 15 déc 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : monuments sacrés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 16 décembre ARTE MAG N°51. LE PROGRAMME DU 15 AU 21 DÉCEMBRE 2018 14 20.55 Cinéma L’évadé d’Alcatraz Un roi de l’évasion, joué par Clint Eastwood, s’attaque à un défi impossible  : s’échapper de la redoutable île-prison américaine. Inspiré de faits réels, un classique au suspense palpitant signé Don Siegel. PARAMOUNT PICTURES En 1960, Frank Morris est transféré à Alcatraz, au large de San Francisco. Auteur de plusieurs évasions réussies, le détenu ne se laisse pas intimider par la réputation du pénitencier le plus surveillé des États-Unis. Prêt à tout pour échapper à la broyeuse carcérale, il planifie minutieusement sa fugue pendant deux ans, avec l’aide des frères Anglin... MYSTÈRE PERSISTANT Inspiré de faits réels, et bâti sur une mise en scène volontairement rude et épurée, ce thriller de Don Siegel (L’inspecteur Harry avec, déjà, l’impeccable Clint) retrace les minutieux préparatifs de l’évasion, entre cuillères aiguisées et radeau improvisé, tout en documentant le quotidien carcéral dans la célèbre prison fédérale où fut notamment écroué Al Capone. Évitant la démonstration – et ne s’attardant pas sur la psychologie des personnages –, le cinéaste dévoile en quelques plans secs et magistraux le projet à l’œuvre, et suggère au passage la rancœur personnelle de Morris envers le sadique directeur du centre pénitentiaire (l’excellent Patrick McGoohan, ex-Numéro 6 de la série culte Le prisonnier). Tourné dans une oppressante unité de lieu – entre l’arrivée de Morris lors d’une nuit pluvieuse et la fuite finale du trio dans l’obscurité –, un classique du genre à (re)découvrir, alors que les spéculations sur le sort des trois vrais détenus, évaporés depuis le 11 juin 1962, se poursuivent. Aux États-Unis, un documentaire a ainsi alimenté la thèse selon laquelle ils auraient survécu et seraient peut-être même encore en vie... (Escape from Alcatraz) Film de Don Siegel (États-Unis, 1979, 1h47mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Richard Tuggle, d’après le livre de J. Campbell Bruce - Avec  : Clint Eastwood (Frank Morris), Patrick McGoohan (Warden), Roberts Blossom (Doc), Jack Thibeau (Clarence Anglin), Fred Ward (John Anglin), Larry Hankin (Charley Butts) Production  : Paramount Pictures, The Malpaso Company (R. du 24/1/2016) RONALD GRANT ARCHIVE/ALAMY STOCK PHOTO 22.45 Sergio Leone Une Amérique de légende Il était une fois Sergio Leone... Retour sur la vie et la carrière de l’inventeur du westernspaghetti, qui dynamita un genre en désuétude pour lui insuffler son style baroque, son goût de la farce, de l’amitié et de la démesure. Au milieu des années 1960, le western se meurt. Un jeune Italien venu tenter le destin à Hollywood va revivifier le genre, en misant sur un quasi-inconnu, Clint Eastwood, dont il étoffe la mince silhouette d’un poncho. Sorti en 1964, Pour une poignée de dollars ulcère la critique mais remporte un immense succès grâce au bouche-à-oreille. La carrière de Sergio Leone est lancée. Ce premier western à l’italienne contient déjà tout l’univers du cinéaste  : une Amérique fantasmée, de sales types réjouissants, une irrévérence totale pour la conquête de l’Ouest, une ampleur baroque et un cocktail explosif de lyrisme et d’humour potache. De film en film, Sergio Leone affirme son
style, son goût de la lenteur, voire de la suspension, ses thèmes de prédilection – la famille, l’amitié –, et noue de précieuses collaborations. L’architecte Carlo Simi fait ainsi surgir de saisissants décors dans le désert d’Almería, en Espagne, tandis qu’Ennio Morricone compose d’inoubliables bandes-son. MONTÉE EN PUISSANCE Ce documentaire retrace les influences multiples (le cinéma américain, bien sûr, mais aussi la BD, les marionnettes napolitaines...) qui ont orienté la vie personnelle et la carrière mouvementées du cinéaste. De son enfance pauvre sous le fascisme, dans le quartier romain du Trastevere, dont les voyous lui inspireront certains de ses antihéros, jusqu’à l’épopée de la trilogie fleuve Il était une fois..., on suit la montée en puissance de l’œuvre. Un récit haut en couleur, porté par des archives dans lesquelles le réalisateur se raconte avec truculence, aux côtés de Claudia Cardinale ou de Clint Eastwood, et par les interviews de proches, comme le réalisateur Luca Verdone ou l’historien du cinéma Noël Simsolo. Lire page 9 Documentaire de Jean-François Giré (France, 2018, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Un Film à la Patte, L’Envol L’exposition « Il était une fois Sergio Leone » se tient à la Cinémathèque française jusqu’au 27 janvier 2019. 23.40 The Devil’s Horn L’éclat noir du saxophone L’histoire surprenante du saxophone, instrument incomparable, ensorcelant et maudit, qui a déchaîné tous les scandales et les passions depuis son invention. Le saxophone est un instrument capable de produire un son profondément humain, fascinant les uns et effrayant les autres. Il a été inventé au milieu du XIX e siècle par Adolphe Sax, un facteur d’instruments de musique aussi génial que possédé, dont la vie a été pavée d’accidents et de maladies (chutes, brûlure, empoisonnement, cancer...). Et il semble que son instrument n’ait pas échappé à la malédiction qui pesait sur lui  : interdit dans la Russie tsariste, dans l’Empire du Japon, puis par les nazis et les communistes, le saxophone a même été condamné par le pape ! L’instrument, placé sur la liste noire d’Hollywood dans les années 1950, en tant que « symbole manifeste de la sexualité », a souvent causé des déboires à ses plus grands interprètes. Le réalisateur Larry Weinstein retrace l’histoire surprenante de cet instrument, de sa naissance 1.05 Sur la route de Jérusalem avec Jordi Savall La ville des deux paix DAVID IGNASZEWSK Dirigé par Jordi Savall, un extraordinaire concert de musique ancienne retraçant l’histoire de Jérusalem. Véritable star de la musique ancienne, le chef d’orchestre Jordi Savalla réuni autour LARRY WEINSTEIN de son propre ensemble, Hespèrion XXI, les chanteurs de la Capella Reial de Catalunya et divers solistes originaires du pourtour méditerranéen, à l’occasion de ce concert berlinois exceptionnel. Conçu en dans les ateliers d’Adolphe Sax à sa consécration dans le monde de la musique classique, sans oublier l’époque légendaire du jazz et du be-bop. Documentaire de Larry Weinstein (Canada, 2016, 1h21mn) (R. du 28/8/2016) collaboration avec le Musée juif de Berlin, l’événement retrace en musique l’histoire de la ville de Jérusalem. Une alternance de passages dansés, d’airs chantés en hébreu et en arabe, et d’intermèdes improvisés offre au public un merveilleux voyage musical dans le temps, accompagné entre autres d’instruments anciens et traditionnels du Moyen-Orient. Concert (Allemagne, 2017, 1h15mn) Direction musicale  : Jordi Savall Avec  : Lior Elmaleh, Waed Bouhassoun et les orchestres de la Capella Reial de Catalunya et Hespèrion XXI Réalisation  : Michael Beyer dimanche 16 décembre ARTE MAG N°51. LE PROGRAMME DU 15 AU 21 DÉCEMBRE 2018 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :