Arte Magazine n°2018-50 8 déc 2018
Arte Magazine n°2018-50 8 déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-50 de 8 déc 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : experts à la carte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°50. LE PROGRAMME DU 8 AU 14 DÉCEMBRE 2018 8 L’offre numérique du Dessous des cartes s’enrichit avec une chaîne Youtube et un nouveau rendez-vous, Les experts du « Dessous des cartes ». Précisions avec Émilie Aubry, présentatrice et rédactrice en chef, aux manettes de l’émission depuis un an. Vous avez repris les rênes du Dessous des cartes il y a un an. Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? Émilie Aubry  : Je considère comme une chance inouïe d’animer et de présenter cette émission. Si nous avons conservé son ADN – décrypter le monde par les cartes –, nous avons su aussi, je crois, élargir et rajeunir le cercle de ses fidèles en la modernisant, tant à l’image que dans l’écriture. Il y a un réel appétit de géopolitique, a fortiori depuis les attentats de 2015. Alors que la planète traverse une période de rupture, avec le déclin de l’hégémonie américaine et l’émergence d’un monde multipolaire, c’est un défi formidable que de donner à la comprendre. Je tiens beaucoup à cette mission pédagogique, d’autant que Le dessous des cartes constitue une ressource très utilisée par les enseignants. Notre forte présence sur le numérique participe aussi de cette volonté de rendre la géopolitique accessible à tous, et de diversifier notre public. Aujourd’hui, vous complétez l’offre numérique avec une chaîne Youtube... Nous avons constaté que l’émission était suivie sur les réseaux sociaux, avec une forte augmentation des vidéos vues et des abonnés de la page Facebook, très réactifs. D’où l’idée, assez singulière en géopolitique, de lancer une chaîne Youtube, pour proposer bien sûr du replay, mais aussi pour constituer un « club d’experts », une déclinaison complémentaire de l’émission. C’est un succès, car la chaîne, créée il y a peu, compte déjà plus de 22 000 abonnés. Émilie Aubry avec Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères Expertises géopolitiques Quel est le principe des Experts du « Dessous des cartes » ? Dans un format bref, de sept minutes environ, il s’agit d’interviewer, sur les grands enjeux géopolitiques contemporains et au fil de questions très précises, des chercheurs, essayistes, journalistes ou voyageurs, pour proposer des éclairages clairs et rigoureux, débouchant sur des analyses prédictives sur des sujets comme « Israël/Palestine  : une paix à deux États est-elle (encore) possible ? », « Parviendronsnous à limiter les effets du réchauffement ? » ou « En a-t-on fini avec Daech ? »... Nous faisons intervenir des experts très connus, comme Hubert Védrine, le climatologue Jean Jouzel ou Christine Ockrent, par exemple sur MohammedBen Salman, auquel elle a consacré un livre, mais aussi des spécialistes moins célèbres, comme Alice Ekman, jeune chercheuse de l’Ifri (Institut français des relations internationales), qui travaille sur la Chine. Ce club correspond bien à notre ambition d’élargir nos apports scientifiques et nos ressources, de la même manière que nous travaillons désormais avec différents laboratoires  : CERI, CNRS, etc. Et puis cela me permet aussi de me livrer à mon exercice favori  : l’interview. Propos recueillis par Sylvie Dauvillier Les experts du « Dessous des cartes » En ligne sur arte.tv/ddc et youtube.com/LeDessousdesCartesARTE
UPIAN Toucher un salaire sans labeur  : l’idée paraît folle mais des expériences concrètes existent. Tour d’horizon avec la série documentaire intéractive sur le revenu de base, Gagner sa vie, qui invite l’internaute à s’interroger sur son rapport au travail. En partenariat avec Utopie de base Le revenu de base est-il une solution, à l’heure où l’autonomisation des machines menace des millions d’emplois et où le burn out est reconnu comme une maladie professionnelle ? Auteurs de Gagner sa vie, coproduit par ARTE et Upian, Margaux Missika et Yuval Orr ont voyagé d’Israël au Kenya en passant par le Japon et les États-Unis pour décrire six initiatives peu banales où le revenu ne provient pas directement d’un travail « normal ». Disponible en français, allemand, anglais ou néerlandais, cette websérie intéractive nous invite à réfléchir sur la place du travail dans nos vies, avec la volonté affichée de « s’extraire du débat partisan sur le revenu de base », indique le producteur Alexandre Brachet. INDIVIDUALISME OU SOLIDARITÉ ? Cadres soignés, interviews éclairantes  : les six épisodes de dix minutes décrivent la redistribution d’argent « gratuit » issu d’un casino géré par des Indiens cherokee aux États-Unis, le revenu de base que dix-huit départements français envisagent d’expérimenter ou la pension versée mensuellement pendant douze ans à des femmes kényanes par une ONG américaine. Selon Alexandre Brachet, le lien entre revenu et travail débouche sur « un modèle de société à réinventer ». Recevoir de l’argent sans activité stimule-t-il l’individualisme ou la solidarité ? Est-ce une solution pour ne pas perdre sa vie à la gagner, et ne pas finir en victime du karoshi (« mort par surmenage » en japonais), cas extrême abordé dans un épisode ? En bon documentaire, Gagner sa vie suscite plus d’interrogations qu’il n’apporte de réponses toutes faites. Pour guider l’internaute dans sa navigation, les concepteurs du documentaire lui adressent parfois des questions mâtinées d’humour et de provoc (du type « Alors, le futur s’annonce radieux ? » ou « Avez-vous peur qu’un robot fasse un jour votre travail ? »). Déjà investie dans À l’ombre du mur – Journal d’un inutile, volet Web de Trepalium, la fiction dystopique d’ARTE qui prophétisait un monde sans travail, l’équipe d’Upian a concocté un dernier épisode en réalité augmentée (disponible en application courant décembre) où l’utilisateur doit jouer pour tenter d’accroître son revenu universel en apprenant les émotions humaines à une intelligence artificielle. Avec l’idée que, dans un futur où le chômage est devenu la norme, le travail pourrait finir par nous manquer... Nicolas Bole Gagner sa vie En ligne le 19 novembre sur arte.tv/gagner-sa-vie ARTE MAG N°50. LE PROGRAMME DU 8 AU 14 DÉCEMBRE 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :