Arte Magazine n°2018-48 24 nov 2018
Arte Magazine n°2018-48 24 nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-48 de 24 nov 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : au nom du père.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
mardi 27 novembre ARTE MAG N°48. LE PROGRAMME DU 24 AU 30 NOVEMBRE 2018 18 Soirée présentée par Thomas Kausch 20.50 1.45 Thema Droits de l’homme – Le combat continue À l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ARTE consacre une soirée spéciale à ceux qui en sont privés et à ceux qui les défendent. NIKOLAUS WINTER 20.50 Inviolable Le combat pour les droits de l’homme Depuis l’adoption, le 10 décembre 1948 à Paris, de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ce texte fondateur vaut plus que jamais la peine qu’on se batte pour son idéal, encore loin d’être atteint. « La dignité de l’être humain est intangible. » Chaque jour pourtant, la dignité humaine est bafouée dans le monde. À l’occasion du 70 e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le réalisateur Claus Kleber, par ailleurs présentateur vedette de la ZDF, procède à un inventaire et dresse un état des lieux soulevant des questions complexes. Car si ce texte, rédigé en 1948 suite aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale, ambitionnait de s’appliquer à tous les citoyens du monde, il reflète néanmoins une vision occidentale. Ainsi, les valeurs de la culture islamique ou encore les normes sociales asiatiques constituent aussi des clés nécessaires pour appréhender nombre de crises et conflits actuels. Comment, dès lors, concilier des conceptions des droits humains parfois très éloignées – selon les cultures – des principes que les Occidentaux souhaitaient universels ? Ce documentaire s’appuie, entre autres, sur les témoignages de Madeleine Albright, ancienne secrétaire d’État américaine (1997- 2001), dont une partie de la famille fut exterminée sous le nazisme, et de Joachim Gauck, ancien président de la République fédérale d’Allemagne entre 2012 et 2017. Lire page 5 Documentaire de Claus Kleber (Allemagne, 2018, 1h30mn) - Coproduction  : ARTE/ZDF, Spiegel TV, Primitive Entertainment Le 8 décembre, ARTE commémore les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme au Théâtre de Chaillot, à travers une journée de projections et de débats.
22.25 Vies d’esclaves Qui sont les nouveaux esclaves ? Entre enfants-soldats et marins birmans asservis, une enquête alarmante nourrie de bouleversants témoignages. Ils quittent leur Birmanie natale en pensant trouver un emploi chez des patrons thaïlandais. Mais leur périple tourne au cauchemar  : contraints de s’embarquer sur des chalutiers pour rembourser leur dette aux passeurs, ils y travaillent parfois pendant quinze ans sans revenir à terre. Jamais payés, certains sont assassinés, d’autres sont torturés en toute impunité. Seuls les plus chanceux parviennent à fuir. En Ouganda, l’Armée de résistance du Seigneur (LRA pour Lord’s Resistance Army) mène une guérilla d’autant plus féroce qu’elle se nourrit du rapt d’enfants (plus de 100 000 en trente ans selon l’ONU) enrôlés de force comme soldats – ou impitoyablement assassinés. Révélant ces deux tragédies, ce film pointe un fléau en pleine expansion. On estime aujourd’hui à près de 45 millions les esclaves dans le monde, plus que jamais dans l’histoire de l’humanité. Travail, sexe, esclaves domestiques ou enfants-soldats composent les multiples visages de cette servitude moderne. DÉSHUMANISÉS Pour étayer son réquisitoire, le réalisateur Marc Wiese s’appuie sur des témoignages circonstanciés  : Birmans débarqués, jeunes guerriers, ancien chef de la LRA... Autant de récits sidérants sur la déshumanisation de ces victimes. 23.55 Le tribunal sur le Congo THOMAS SCHNEIDER Qui est responsable des guerres civiles en République démocratique du Congo ? Restitution documentaire de deux tribunaux symboliques qui ont tenté d’y voir plus clair. En 2014, le réalisateur et essayiste suisse Milo Rau est témoin d’un massacre perpétré par une milice armée dans un village de l’est de la République démocratique du Congo (RDC). SCREENOCEAN/DUNCAN ROXBURGH « Notre malheur n’intéresse personne. Pourquoi n’avons-nous pas de tribunal international ? », s’écrie alors une des survivantes. Un an plus tard, Milo Rau initie la création de deux tribunaux civils et symboliques, l’un à Bukavu, capitale d’une des deux régions touchées par des guerres ethniques (Sud-Kivu et Nord-Kivu), et l’autre à Berlin. Experts juridiques, sociologues, journalistes Mais le réalisateur met aussi en lumière les initiatives pour lutter contre cet esclavage moderne. Grâce à sa fortune, le milliardaire australien Andrew Forrest tente de l’endiguer en Inde, quand l’écrivaine Lydia Cacho, au péril de sa vie, contribue au démantèlement d’un réseau de pédopornographie. Des îlots de résistance, qui entretiennent l’espoir d’une prise de conscience générale. Documentaire de Marc Wiese (Allemagne, 2016, 1h29mn) - Production  : Wiesbaden Ifage Filmproduktion et acteurs locaux de la vie politique et sociale sont missionnés pour tenter de démêler l’écheveau des responsabilités de ces tueries qui durent depuis plus de vingt ans. Objectif  : ouvrir un espace public de dialogue, jusqu’ici proscrit, et lutter contre la culture de l’impunité. Le documentaire que Milo Rau tourne à cette occasion restitue autant les préparatifs de ces tribunaux que leurs débats, révélant les enjeux sur place. Pays potentiellement parmi les plus riches du monde, grâce à son or et ses ressources minières, la RDC est sous l’emprise de multinationales, qui profitent du chaos qui y règne pour affaiblir l’autorité et le contrôle de l’État. Documentaire de Milo Rau (Allemagne, 2016, 53mn) 0.50 Au cœur de la nuit Dmitry Glukhovsky et Kamila Shamsie À l’occasion de la Foire du livre de Francfort, deux écrivains engagés se penchent sur la question des droits de l’homme. Rencontre entre le Russe Dmitry Glukhovsky (photo), auteur de sciencefiction (Metro 2033), très critique envers la politique de Poutine, et la romancière anglo-pakistanaise Kamila Shamsie (Quand blanchit le monde). Dans la ville qui accueillit la première assemblée élue en Allemagne, tous deux profitent d’une déambulation nocturne pour évoquer des questions politiques et sociétales qui les préoccupent, telles que la dictature, la répression, la défaillance de l’application de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ainsi que la possibilité de voir émerger un système de valeurs universelles basé sur l’intelligence collective. Magazine (Allemagne, 2018, 52mn) Réalisation  : Edda Baumann-von Broen JÖRG SCHULZ mardi 27 novembre ARTE MAG N°48. LE PROGRAMME DU 24 AU 30 NOVEMBRE 2018 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :