Arte Magazine n°2018-42 13 oct 2018
Arte Magazine n°2018-42 13 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-42 de 13 oct 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Miro, le feu intérieur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 14 octobre ARTE MAG N°42. LE PROGRAMME DU 13 AU 19 OCTOBRE 2018 14 H. BRÜMMER/SOUNDING IMAGES/TSINANDALI FESTIVAL 18.30 Maestro Foire de Francfort 2018 48 heures en Géorgie avec Khatia Buniatishvili et Zubin Mehta La pianiste Khatia Buniatishvili nous emmène dans les coulisses d’un nouveau festival de musique inauguré à Tsinandali, dans son pays natal. La jeune pianiste Khatia Buniatishvili et le chef d’orchestre Zubin Mehta se rendent à Tsinandali, en Géorgie, où la jeune soliste a grandi et étudié. Avec l’Orchestre philharmonique d’Israël, ils inaugurent un nouveau festival de musique classique avec le Concerto pour piano de Schumann. Avant de larges extraits du concert, on assiste ici aux ultimes répétitions, tandis que les ouvriers s’affairent encore sur le chantier de l’amphithéâtre qui doit accueillir les musiciens et leur public. Sur cet ancien site jadis dédié au très réputé vin géorgien, le festival ambitionne d’accueillir tous les deux ans les artistes les plus renommés. Documentaire de Holger Preuße (Allemagne, 2017, 43mn) En partenariat avec ri La Géorgie est l’invitée d’honneur de la Foire de Francfort 2018. 20.50 Cinéma Cycle peintres La jeune fille à la perle Porté par la sensualité de Scarlett Johansson, ce film, adaptation du best-seller de Tracy Chevalier à partir du célèbre tableau de Vermeer, a été acclamé par le public et la critique. PATHÉ Delft, XVII e siècle, à l’âge d’or de la peinture hollandaise. Pour aider ses parents, la jeune et ravissante Griet se fait engager comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Celui-ci vit et travaille presque en reclus dans son atelier tandis que sa femme et sa belle-mère se chargent de l’intendance et des finances. La jeune servante, très disciplinée, s’occupe du ménage et des six enfants. Au fil du temps, les femmes de la maison développent envers elle une terrible jalousie. Mais la douceur et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. L’œil sûr, celle-ci prépare en cachette les pigments de ses peintures et le seconde en silence dans son atelier. Un jour, un mécène richissime commande un portrait d’elle à Vermeer. Le scandale éclate lorsque la maîtresse de maison apprend que Griet lui a emprunté une boucle d’oreille sans sa permission pour poser devant le peintre... LA JOCONDE DU NORD Adapté du succès littéraire éponyme de Tracy Chevalier, lui-même inspiré par le tableau de Johannes Vermeer, ce film somptueux livre sa propre vision de l’origine de l’énigmatique jeune femme représentée par le peintre. Ce portrait devenu célèbre dès sa redécouverte a souvent été qualifié de « Joconde du Nord » par les critiques. Dans son film, centré sur la relation entre le maître et sa servante, le réalisateur Peter Webber a apporté un soin particulier à la photographie et aux décors, cherchant à recréer l’ambiance et les tonalités présentes dans toutes les œuvres de Vermeer  : une lumière ciselée et une obscurité diffuse au service des sentiments des personnages. Une belle réussite, toute de sensualité et de pudeur. Meilleure actrice (Scarlett Johansson), Bafta Awards 2004 – Prix du cinéma européen 2004 – Grand Prix, Dinard 2003 (Girl with a PearlEarring) Film de Peter Webber (États-Unis/France, 2003, 1h36mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Olivia Hetreed, d’après le roman éponyme de Tracy Chevalier - Avec  : Scarlett Johansson (Griet), Colin Firth (Johannes Vermeer), Tom Wilkinson (Pieter Van Ruijven), Cillian Murphy (Pieter), Alakina Mann(Cornelia), Judy Parfitt (Maria Thins), Essie Davis (Catharina) - Production  : Lions Gate Films, Pathé - (R. du 16/11/2010)
MUSEO NACIONAL DEL PRADO 22.30 Cycle peintres Le mystère Jérôme Bosch En compagnie d’historiens et d’artistes (Salman Rushdie, Miquel Barceló, William Christie...), une exploration à la fois savante et ludique du Jardin des délices, triptyque aussi fascinant qu’énigmatique, à l'image de son auteur, Jérôme Bosch. Réalisé en 2016, pour la grande exposition consacrée par le musée du Prado, cinq cents ans après la mort de Jérôme Bosch, né Jheronimus Van Aken vers 1450, ce documentaire choisit d’évoquer le peintre au travers de l’une de ses créations les plus extraordinaires  : le triptyque du Jardin des délices, l’une des œuvres phares du musée madrilène. Peinte à une date inconnue – car on sait peu de choses de celui qui emprunta son nom d’artiste à sa ville natale, Bois-le- Duc, en néerlandais Hertogenbosch –, cette œuvre foisonnante et énigmatique, qui a passionné des générations d’exégètes, montre le paradis et l’enfer, encadrant un monde en partie fantasmagorique, où l’humanité se livre à la poursuite du plaisir. CONTEMPLATION Le réalisateur José Luis López-Linares la confronte à des artistes plasticiens (Miquel Barceló, Cai Guo- Qiang, Isabel Muñoz...), des écrivains (Salman Rushdie, Orhan Pamuk, Michel Onfray, Cees Nooteboom...), des musiciens (Renée Fleming, William Christie, Ludovico Einaudi, la chanteuse espagnole Silvia Pérez Cruz...), mais aussi des historiens de l’art, comme Reindert Falkenburg, grand spécialiste de Bosch, qui a suggéré l’idée du film. Établissant aussi des liens avec l’art médiéval « précartésien », comme la tapisserie de La demoiselle à la licorne, et avec d’autres chefs-d’œuvre du maître flamand, il nous plonge au cœur du tableau, avec à la clé un fascinant paradoxe. Plus nous sont révélés d’indices et de détails sur le triptyque, plus son mystère semble intact, inépuisable. Un voyage savant et ludique, bercé de musiques célestes (comme le très bel aria du « Notre-Père » d’Arvo Pärt), qui parvient à transmettre un mystère plus grand encore que son objet  : le plaisir suscité par la contemplation artistique. Documentaire de José Luis López-Linares (Espagne/France, 2016, 1h26mn) Production  : Mondex & Cie, Studio Albatros Productions, Musée du Prado, López-Li Films 23.55 Cycle peintres Les petits secrets des grands tableaux « La tentation de saint Antoine », 1501 – Jérôme Bosch LES POISSONS VOLANTS Entre innovation numérique et décryptage ludique, une captivante lecture d’un chefd’œuvre de Jérôme Bosch, peuplé de centaines de créatures fantastiques. L’imagerie foisonnante du peintre néerlandais Jérôme Bosch, dont on a commémoré en 2016 les cinq cents ans de la mort, atteint son apogée dans le triptyque allégorique de La tentation de saint Antoine, démarré en 1501 et présentant trois moments de la vie de l’ermite, qui passe pour avoir résisté pendant plus d’un siècle aux tentations, pièges et violences du diable. Au crépuscule du Moyen Âge, la population des Pays- Bas subit de terribles famines, b:_,. épidémies et inondations. La peur du châtiment martelé par une Église corrompue la hante. Pour guérir ce monde défiguré par la souffrance et la fièvre, Bosch déploie dans cette toile un spectaculaire univers symbolique peuplé de centaines de créatures fantastiques. Armé de son pinceau, il tente de dompter ses funestes démons. Collection documentaire - Auteurs  : Élisabeth Couturier et Yves Nilly Réalisation  : Carlos Franklin (France, 2016, 5x26mn) - Coproduction  : ARTE France, Les Poissons Volants, RMN Grand Palais, Réseau Canopé (R. du 4/9/2016) Le Moyen Âge comme si vous y étiez ! Sur l'appli ARTE 360VR, découvrez La tentation de saint Antoine, un court métrage qui explore la folie créatrice du peintre et transforme son triptyque en espace virtuel animé. 0.25 Foire de Francfort 2018 De l’amour de la musique MITJA HAGELÜKEN Un an parmi les étudiants et les professeurs de l’École centrale de musique de Tbilissi. L’École centrale de musique Paliashvili de Tbilissi se dresse sur les hauteurs de la capitale géorgienne. La peinture s’écaille, les instruments sont en piteux état et la plupart des professeurs pourraient être les arrièregrands-parents de leurs élèves. Pourtant, le conservatoire garde sa réputation d’excellence, car nombre de ses étudiants ont percé sur la scène internationale, comme la violoniste Lisa Batiashvili et la pianiste Khatia Buniatishvili. De quoi faire rêver les petits musiciens du pays, et surtout leurs parents. Ce documentaire, qui a suivi élèves et professeurs durant une année, capte la pression subie par les jeunes musiciens, soumis comme leurs enseignants à un rythme de travail acharné. Qu’est-ce qui les pousse à toujours aller de l’avant ? Documentaire de Marita Stocker et Mitja Hagelüken (Allemagne, 2018, 52mn) dimanche 14 octobre ARTE MAG N°42. LE PROGRAMME DU 13 AU 19 OCTOBRE 2018 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :