Arte Magazine n°2018-20 12 mai 2018
Arte Magazine n°2018-20 12 mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-20 de 12 mai 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Mustang.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 12 AU 18 MAI 2018 6 Révélation de la Quinzaine des réalisateurs 2015, Mustang est un conte cruel et poétique sur l’oppression des femmes dans une Turquie conservatrice. La collection « Un film et son époque » montre comment le premier film de la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven résonne avec la réalité du pays. « Plus qu’un film, c’est un cri » Mercredi 16 mai à 20.55 Mustang suivi de Il était une fois... « Mustang » Lire page 20 Au printemps 2013, le parc Taksim Gezi, l’un des rares poumons verts d’Istanbul, est menacé d’être englouti sous le béton  : le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, qui n’est encore que Premier ministre, souhaite y faire sortir de terre un vaste projet immobilier. Alors que les militants écologistes qui l’occupent sont violemment chargés par la police, la colère monte chez les riverains et des dizaines de milliers d’opposants au régime. Le mouvement, que l’on compare au printemps arabe, essaime loin de la capitale, faisant souffler un vent de révolte dans tout le pays. C’est dans cette effervescence qu’est né Mustang, fable moderne sur cinq sœurs insouciantes, bientôt rattrapées par les valeurs puritaines d’une grand-mère autoritaire et d’un oncle despotique. « Le film est une éponge qui raconte ce qui se passait au moment de sa réalisation en Turquie », explique Deniz Gamze Ergüven. En pleine écriture du scénario à Paris, la cinéaste franco-turque s’interrompt pour prendre part à cette petite « révolution », captant sur le vif l’esprit contestataire d’une jeunesse turque qui s’insurge contre la montée du conservatisme. Son premier long métrage en porte les traces, à travers des détails qu’elle dévoile dans le documentaire réalisé par Amine Mestari pour la collection « Un film et son époque ». Parmi ceux-ci, un t-shirt confisqué, marqué de l’un des slogans politiques scandés à Gezi. BOND EN ARRIÈRE À l’heure de la dérive autoritaire du régime turc, Mustang, estime Doga Zeynep Doguslu, l’une de ses jeunes actrices, est « plus qu’un film, c’est un cri ». Des tests de virginité aux mariages forcés imposés à des adolescentes en passant par les viols d’un oncle autoproclamé gardien de la vertu, Deniz Gamze Ergüven évoque le vécu d’une partie des femmes turques, CG CINEMA/VISTAMAR FILMPRODUKTION/UHLANDFILM/BAM FILM/KINOLOGY
dont les droits s’amenuisent d’année en année  : « On revient au Moyen Âge », s’insurge-t-elle. Restrictions du droit à l’avortement et à la contraception, assouplissement des peines pour les viols de mineures  : depuis l’arrivée en 2002 au pouvoir de l’AKP, le parti islamo-conservateur du désormais président Erdogan, la Turquie, qui a pourtant accordé le droit de vote aux femmes en 1934 sous la République d’Atatürk, fait un bond en arrière. « Aujourd’hui, l’AKP tient un discours inquiétant puisqu’il envisage d’abaisser à 13 ans l’âge du mariage, aujourd’hui fixé à 18 ans, pour permettre des unions avec de très jeunes filles », explique la sociologue Gaye Petek. Ce renforcement du patriarcat n’est pas sans conséquence. Les agressions sexuelles se sont multipliées ces dernières années. Dans les zones rurales, près d’une femme sur deux en aurait déjà été victime. Mais au lieu de montrer des adolescentes soumises, Mustang met en scène leur résistance. Si, par désespoir et défi, Ece se donne à un inconnu sur la place du village, son intrépide cadette Lale, elle, organise une fugue collective pour assister à un match de foot. Deux ans après la sortie du film, en plein ramadan 2017, des centaines de Turques ont défilé pour protester contre l’agression dans un bus d’une femme portant un short, en criant  : « Ne te mêle pas de mes habits, ne te mêle pas de ma vie ! » Hélène Porret Kings, le deuxième film de Deniz Gamze Ergüven, est actuellement au cinéma. Interprété par Daniel Craig et Halle Berry, il met en scène les violentes émeutes qui ont éclaté en 1992 à Los Angeles après l’acquittement des policiers qui avaient passé à tabac Rodney King, un jeune Afro-Américain. La Quinzaine d’Olivier Père Le directeur du Cinéma d’ARTE France, qui en fut délégué général de 2004 à 2009, rend hommage à la Quinzaine des réalisateurs, qui fête ses 50 ans cette année. « Sélection parallèle créée en 1969 par la Société des réalisateurs de films (SRF), la Quinzaine des réalisateurs est une émanation directe des événements de Mai 68. Dès ses débuts, elle a fait découvrir des films du monde entier, des nouveaux venus, des talents restés inconnus. De grands cinéastes, comme Werner Herzog, Martin Scorsese ou Michael Haneke, ont émergé de cette véritable pépinière. Beaucoup de moments m’ont marqué, liés à l’esprit joyeux qui s’y dégage. Je conserve notamment en mémoire la découverte en 2006 de The Host de Bong Joon-ho, et de 12h08 à l’est de Bucarest de Corneliu Porumboiu, mais aussi toute cette génération de premiers films, comme Mustang ou Bande de filles, qui ont réussi à trouver leur place dans une sélection ouverte et bienveillante. » 7ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 12 AU 18 MAI 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :