Arte Magazine n°2018-18 28 avr 2018
Arte Magazine n°2018-18 28 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-18 de 28 avr 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : les routes de l'esclavage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
mardi 1er mai ARTE MAG N°18. LE PROGRAMME DU 28 AVRIL AU 4 MAI 2018 18 5.00 M LA FOLLE JOURNÉE DE NANTES 2017 Musiques de danses Concert 5.50 M XENIUS Batteries et accumulateurs Magazine 6.15 LEM BHOUTAN, LE ROYAUME DU BONHEUR Documentaire 7.10 L7 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM 360° GEO La forêt secrète de la Spree Reportage 8.00 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 8.40 LM MISSION AMAZONIE Sur la piste de nouvelles espèces Documentaire 9.20 LM LIONS DE NAMIBIE Les rois du désert ; Un nouveau départ Documentaire 10.55 LM CONTES DES MERS L’île tropicale de Hainan, paradis des touristes chinois Documentaire 11.45 LM LES ROUTES MYTHIQUES DE L’EUROPE La via Cassia en Italie Série documentaire 12.50 L7 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.30 M L’HOMME QUI MURMURAIT À L’OREILLE DES CHEVAUX Film 16.30 E7 INVITATION AU VOYAGE Émission Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion Vidéo à la demande M R 17.05 7 R XENIUS La sécurité maritime Magazine 17.35 7 ER JARDINS D’ICI ET D’AILLEURS La Ninfa (Italie) Série documentaire 18.00 7 JOUTES DANS LA SAVANE Documentaire 19.00 L7 R AU FIL DE L’EAU Le Neckar Série documentaire 19.45 L7 ARTE JOURNAL 20.05 7 28 MINUTES Magazine 20.50 7 LES ROUTES DE L’ESCLAVAGE (1-4) 476-1375  : au-delà du désert ; 1375-1620  : pour tout l’or du monde ; 1620-1789  : du sucre à la révolte ; 1789-1888  : les nouvelles frontières de l’esclavage Série documentaire 0.15 L7 ER QUAND LA CARAVANE RESTE Documentaire 0.30 LEM JARDINS D’ICI ET D’AILLEURS Muskau Série documentaire 1.10 M ARTE REGARDS Reportage 1.15 LMDEM LA JOURNÉE DE LA JUPE Téléfilm 2.40 M DANS LE SUD DE LA TOSCANE De San Gimignano à la Maremme Documentaire ermMultidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Version originale sous-titrée en français Soirée présentée par Andrea Fies 20.50 Histoire Les routes de l’esclavage (1-4) E. Domination, violence, profit  : le système criminel de l’esclavage a marqué l’histoire du monde et de l’humanité. Au fil de ses routes, cette série retrace pour la première fois la tragédie des traites négrières. Captivant et implacable. 1. 476-1375  : au-delà du désert Après la chute de Rome en 476, les peuples (Wisigoths, Ostrogoths, Berbères, Slaves, Byzantins, Nubiens et Arabes) se disputent les ruines de l’Empire. Tous pratiquent l’asservissement – «esclave» viendrait du mot «slave». Mais au VII e siècle émerge un Empire arabe. Au rythme de ses conquêtes se tisse, entre l’Afrique et le Moyen-Orient, un immense réseau de traite d’esclaves, dont la demande ne cesse de croître et qui converge vers Bagdad, nouveau centre du monde. Après la révolte des Zanj – des esclaves africains –, qui s’achève dans un bain de sang, le trafic se redéploie vers l’intérieur du continent. Deux grandes cités commerciales et marchés aux esclaves s’imposent  : Le Caire au nord, et Tombouctou au sud, place forte de l’Empire du Mali d’où partent les caravanes. Au fil des siècles, les populations subsahariennes deviennent la principale «matière première» de ce trafic criminel. 2. 1375-1620  : pour tout l’or du monde À l’issue des croisades, l’Europe à son tour se tourne vers l’Afrique, source d’immenses richesses. Contournant les musulmans en Méditerranée, les navigateurs portugais, qui convoitent l’or du continent, entreprennent en pionniers de le conquérir, et reviennent avec des milliers d’esclaves, issus notamment du royaume Kongo, pour les vendre en Europe du Sud, avec la bénédiction de l’Église. Sur l’île de São Tomé, sorte de «laboratoire» de l’esclavage situé au large du Gabon, ils passent du négoce de captifs à la production d’esclaves au service d’une plantation sucrière à la rentabilité inégalée, et mettent en place la première société esclavagiste. À partir de 1516, la découverte du Brésil ouvre de nouvelles routes de traite, inaugurant le commerce triangulaire entre les continents – or, esclaves, sucre. Bientôt apparaissent les premières communautés armées de fugitifs, les mocambos. 3. 1620-1789  : du sucre à la révolte Imitant le modèle portugais, Espagne, Hollande, France et Angleterre, en quête de colossaux profits, se disputent les Caraïbes pour y cultiver la canne. L’Atlantique devient
le champ de bataille de la guerre du sucre, laquelle va multiplier les routes de l’esclavage à grand renfort d’investissements, avec la complicité des banques et des compagnies d’assurances. Alors que les méthodes s’industrialisent et que la terreur s’intensifie – razzias, tortures pour prévenir toute rébellion –, près de 7 millions d’Africains sont entraînés dans la tourmente, vendus par des marchands locaux à des flibustiers et armateurs négriers, tandis que s’élèvent en Europe les premières voix contre la barbarie de la traite, socle du capitalisme émergent. 4. 1789-1888  : les nouvelles frontières de l’esclavage À Londres, Paris et Washington, le courant abolitionniste gagne du terrain. Après la révolte des esclaves à Saint-Domingue, la Grande-Bretagne abolit la traite transatlantique en 1807. Pourtant l’Europe, en pleine révolution industrielle, ne peut se passer de la force de travail des esclaves. Pour satisfaire son besoin de matières premières, elle repousse les frontières de l’esclavage, fermant les yeux sur les nouvelles formes d’exploitation de l’homme au Brésil et aux États- Unis. En Afrique, l’Europe se lance dans de nouvelles conquêtes coloniales. À l’heure où la traite légale est interdite, la déportation des captifs africains va exploser, plus importante que jamais. En cinquante ans, près de 2,5 millions de personnes sont déportées. i L I g e PHÉNOMÈNE MONDIAL Menée dans huit pays, avec l’éclairage croisé d’historiens européens, africains et américains, cette ambitieuse série documentaire retrace la tragique épopée de la traite négrière au travers de ses circuits et de ses territoires. Pour la première fois, le film décrypte un phénomène mondial, à l’origine de la plus grande déportation de l’histoire de l’humanité. Par le prisme de la géographie et de l’économie, cette ample investigation historique, nourrie de témoignages et subtilement illustrée par des séquences d’animation, analyse ce système de domination massive au nom du profit, et en restitue la violence et la barbarie. Loin du discours moralisateur ou victimaire, la série met aussi au jour avec acuité les traces profondes que cette histoire universelle a imprimées à notre monde contemporain, deux siècles après l’abolition de l’esclavage. Magistral. Lire pages 6-7 Série documentaire de Daniel Cattier, Juan Gélas, et Fanny Glissant (France, 2018, 4x52mn) Coproduction  : ARTE France, Compagnie des Phares et Balises, Kwassa Films, RTBF, LX Filmes, RTP, Inrap En partenariat avec INSTITUT MOREIRA SALLES 0.15 Société Quand la caravane reste Du printemps à l’hiver, Stéphane Mercurio filme la vie quotidienne d’un camping et brosse le portrait tendre d’une communauté insolite et solidaire, mêlant saisonniers et permanents. Un petit camping de Rhône-Alpes, comme il en existe des centaines  : quelques cabanons, des caravanes, les apéritifs, les méchouis et les soirées dansantes. Retraités et jeunes actifs s’y côtoient, échangent autour d’une pétanque, d’un café servi chaud au coin bistrot du «village». Collectivement, c’est un camping sans histoire. Mais à mieux y regarder, chacun est arrivé ici pour une raison précise. Certains par choix, d’autres forcés par la crise du travail et du logement. CHALEUR RÉCONFORTANTE Avec pudeur, la réalisatrice Stéphane Mercurio filme le quotidien de quelques habitants et fait émerger leurs trajectoires personnelles, toujours émouvantes  : des retraités qui échappent à la solitude de leur appartement, un homme qui a vécu plusieurs semaines dans sa voiture, une femme qui a sauté le pas et s’installe définitivement dans son «p’tit paradis» après des années de galère... Autant de parcours qui font voler en éclats les stéréotypes sur le camping, véhiculés notamment par des comédies populaires. Derrière le groupe s’écrit en creux l’histoire d’hommes et de femmes souvent défavorisés, qui retrouvent, dans cette solution de la dernière chance, une nouvelle famille, la solidarité et la chaleur réconfortantes qu’aucune grande ville n’aura su leur apporter. Documentaire de Stéphane Mercurio (France, 2015, 58mn) Coproduction  : ARTE France, La Générale de Production (R. du 19/2/2016) STÉPHANE MERCURIO/GÉNÉRALE DE PRODUCTION mardi 1er mai ARTE MAG N°18. LE PROGRAMME DU 28 AVRIL AU 4 MAI 2018 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :