Arte Magazine n°2018-17 21 avr 2018
Arte Magazine n°2018-17 21 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-17 de 21 avr 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : les 70 ans de l'État d'Israël.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 AVRIL 2018 8 De « Mathusalem à Mao Zedong », Xavier Mauduit, figure familière de 28 minutes, publie un recueil des chroniques historiques qu’il distille dans l’émission, et qu’il a lui-même illustrées pour ce livre aussi érudit que malicieux. Cinq mille ans d’histoires Également chroniqueur sur France Inter, Xavier Mauduit est agrégé et docteur en histoire. Comment êtes-vous devenu le chroniqueur historique attitré de 28 minutes ? Xavier Mauduit  : Ayant longtemps été professeur d’histoire, j’ai ce plaisir de transmettre. L’idée était de raconter des événements du passé en lien avec l’actualité présentée dans l’émission d’Élisabeth Quin. Les Français manifestent une passion particulière pour l’histoire. Pour ma part, elle m’a toujours fasciné, surtout les récits qui se déploient sur le temps très long. Travailler sur la Mésopotamie, la Chine ancienne ou d’autres civilisations donne du sens à ce qui nous entoure. Car pour comprendre les événements d’aujourd’hui, il faut remonter très loin dans le passé. Au XII e siècle, Bernard de Chartres disait déjà  : « Nous sommes des nains sur des épaules de géants. » Aujourd’hui, nous n’avons guère grandi, et les géants, eux, sont encore plus imposants. Vous les évoquez sur un ton résolument malicieux... Tisser des liens entre l’histoire longue et l’actualité n’impose pas d’être grave et encore moins ennuyeux. Mon ambition est de transmettre un vrai savoir en amusant. Parce que l’histoire, c’est du plaisir, et que nous nous régalons des événements du passé. Mais il faut que le fond soit en béton armé ! Si je dois retirer une fierté de ces chroniques, c’est qu’aucune erreur majeure n’a été pointée. Chacune d’elles représente un gros travail. Tout est vérifié. Je resitue aussi chaque histoire dans son contexte et j’analyse sa portée contemporaine. Chacune, aussi, raconte une histoire, cohérente. Pour ce livre, qui les présente dans un ordre chronologique (de 2379 avant J.-C., date présumée de la mort de Mathusalem, à 1967, année qui voit Mao Zedong lancer une offensive contre le paludisme sévissant au Viêtnam), je me suis aperçu après coup que, bout à bout, elles offrent une lecture particulière de l’histoire de l’humanité. Vous remettez aussi parfois les pendules à l’heure... L’histoire est souvent véhiculée par des clichés. Il faut les connaître pour pouvoir les démonter. Je fais par exemple référence au fameux « Tu quoque, mi fili ! » qu’aurait lancé César à Brutus avant de mourir assassiné. Selon l’historien romain Suétone, César se serait exprimé en grec, non en latin, et Brutus n’était pas son fils adoptif. Il se serait donc simplement exclamé en substance  : « Toi aussi, gamin ! » Propos recueillis par Laure Naimski De Mathusalem à Mao Zedong – Quelle histoire ! est coédité par ARTE Éditions et Taillandier. XAVIER MAUDUIT
JOHANS VALTERS Naissance de trois nations Il y a un siècle, en 1918, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie obtenaient leur indépendance. À l’occasion d’une grande exposition au musée d’Orsay*, un documentaire met en lumière le rôle décisif des artistes baltes en faveur du sentiment national. Dimanche 22 avril à 17.35 Documentaire Les âmes baltes Arts, légendes et paysages Lire page 13 Estonie  : la nature et les mythes redécouverts Les rituels païens et les croyances animistes ont imprégné l’imaginaire des Baltes. Au tournant du XX e siècle, les peintres estoniens donnent à leurs représentations de la nature – arbres, rivières, paysages enneigés… – une dimension symbolique, qui reflète la singularité de leur terre. À partir de 1862, la compilation et la publication des récits populaires retraçant l’épopée légendaire de Kalevipoeg, un héros estonien dressé contre les envahisseurs, va contribuer à faire grandir l’idéalisme national. Lettonie  : une langue et des chants en étendard Christianisés au XIII e siècle par des seigneurs d’origine allemande, les territoires baltes ont été privés de leur histoire par des élites étrangères, qui leur ont imposé leur culture et les ont privés de leur mémoire collective. En 1878, Krisjanis Barons entreprend le grand œuvre de sa vie. Pendant quatre décennies, l’écrivain letton collecte dans les villages les paroles des chants folkloriques, les daïnas. Conservées à la Bibliothèque nationale de Riga, ses deux cent mille fiches sont considérées comme un trésor national. « La conscience que, partout, on chantait les mêmes chansons, dans la même langue, relève l’ancienne présidente lettonne Vaira Vike-Freiberga, a donné aux gens le sentiment d’appartenir à une même famille, à un même peuple. » ! I i 1... I litrwr"'., IL. Lituanie  : le courage de l’engagement Après la féroce répression tsariste de 1905, de grandes jacqueries éclatent dans toutes les provinces russes. Vécues comme un traumatisme, les représailles sanglantes ordonnées par Nicolas II poussent de nombreux artistes à l’engagement politique. Avec Nec mergitur, le peintre Ferdynand Ruszczyc exalte le passé glorieux du grand-duché de Lituanie, qui sut résister jusqu’au Moyen Âge aux invasions des chevaliers teutoniques. « Ce navire, prêt à sombrer, explique Rodolphe Rapetti, commissaire général de l’exposition du musée d’Orsay*, flotte encore car son équipage s’est ressaisi. Cette toile illustre en quelque sorte qu’un pays qui n’existe plus se doit de conserver son esprit pour survivre jusqu’au jour où il retrouvera une réalité politique. » Pour ces territoires pris dans la tempête de l’histoire, l’heure tant espérée de l’indépendance sonnera en 1918, avec la disparition des Empires russes et allemands. Christine Guillemeau * Âmes sauvages – Le symbolisme dans les pays baltes, du 10 avril au 15 juillet au musée d’Orsay. -^V-1111111.- ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 AVRIL 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :