Arte Magazine n°2018-10 3 mar 2018
Arte Magazine n°2018-10 3 mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-10 de 3 mar 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : place des grandes femmes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°10. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 MARS 2018 6 ni...7\-1. Auteures d’un documentaire édifiant sur les réseaux antiavortement en Europe, Alexandra Jousset et Andrea Rawlins-Gaston révèlent l’ampleur d’une offensive qui remet en cause la liberté des femmes à disposer de leur corps. Entretien. La nouvelle offensive contre l’avortement Alexandra Jousset Mardi 6 mars à 20.50 Andrea Rawlins- Gaston Documentaire Avortement, les croisés contre-attaquent Lire page 18 Le droit à l’avortement vous semble-t-il menacé en Europe ? Andrea Rawlins-Gaston  : Il ne faut en tout cas absolument pas considérer ce droit comme acquis, ni sousestimer la menace qui l’entoure. En Europe de l’Est ou en Italie, il a déjà reculé. Au Portugal, en 2015, les conservateurs au pouvoir ont réussi à durcir la loi, avant que le gouvernement suivant ne revienne dessus. Quant à l’Espagne, en 2014, il s’en est fallu de peu, avec le gouvernement Rajoy, pour qu’il soit restreint. Comme le disait déjà Simone de Beauvoir, la vigilance ne doit jamais faiblir pour le défendre. Alexandra Jousset  : Dans nombre de pays européens, les conservateurs qui arrivent au pouvoir tendent à limiter l’accès au droit à l’avortement. En France, s’il a plutôt été renforcé sous le mandat Hollande, avec la suppression des entretiens psychologiques par exemple, l’offensive est menée sur le terrain culturel. Qui sont les nouveaux militants pro-life ? A. R.-G.  : Communicants performants, ces activistes modernes, qui maîtrisent les réseaux sociaux, s’emploient à dépoussiérer et à dédiaboliser leur image. Subtile et sournoise, leur croisade se révèle d’une redoutable efficacité, tandis qu’en face le discours féministe semble avoir vieilli. Étrangement, nous avons eu moins de difficultés à rencontrer ces militants, lesquels assument pleinement leurs convictions, que leurs adversaires. A. J.  : Loin des fous furieux qui s’enchaînaient dans les maternités, ces militants, jeunes et séduisants, excellent à retourner les armes de leurs adversaires. Avec un art consommé, ils recyclent la terminologie des droits humains – dignité, liberté... – et même du féminisme, en évitant de mettre en avant leurs convictions religieuses. Votre film lève le voile sur un mouvement structuré... A. J.  : S’ils ne sont pas nombreux, ils se connaissent tous et ont compris l’intérêt de travailler ensemble au niveau européen. Au travers des réseaux qu’ils ont créés, ils échangent leurs contacts, leur sémantique et leurs savoir-faire, et mènent auprès de l’Union européenne un puissant lobbying. A. R.-G.  : Au World Congress of Families qui clôt le film, nous avons retrouvé tous ceux que nous avions croisés au cours de notre enquête. Ils savent aussi lever une armée de citoyens sur ce qu’ils appellent « les questions de la vie »  : la pétition « One of us » a recueilli par exemple près de deux millions de signatures. Si la stratégie des pro-life varie selon les pays, vous montrez une situation alarmante en Italie... A. R.-G.  : Depuis des années, les gynécologues militants et les défenseurs des droits de l’homme alertent sur ce qui s’y passe. Si le droit à l’avortement est inscrit dans la loi en Italie, les gynécologues y ont été autorisés à se déclarer « objecteurs de conscience ». BBC/KUDOS/NICK BRIGGS/AUGUSTIN DÉTIENNE
GETTY IMAGES - ANTHONY BARBOZA Comme l’Église a placé des catholiques dans les hôpitaux publics – seuls habilités pour l’IVG –, 70% d’entre eux se refusent désormais à la pratiquer, et ce taux augmente avec la nouvelle génération. A. J.  : Cette tendance se dessine aussi chez les jeunes obstétriciens en France, alors que les médecins militants d’hier partent à la retraite. En Italie, nous avons aussi découvert avec stupéfaction ces enterrements de fœtus, organisés par des catholiques qui les collectent auprès des hôpitaux, officiellement avec le consentement des femmes, mais nous avons retrouvé l’une d’entre elles  : elle n’avait jamais été consultée. Qui sont ceux qui se désignent comme « Les Survivants » en France ? A. J.  : À l’instar de la Manif pour tous, Les Survivants sont d’abord symptomatiques d’une évolution de la société, même si leur impact sur la vie des femmes reste limité dans un pays où la législation sur l’avortement demeure l’une des plus libérales en Europe, après le Royaume-Uni et les Pays-Bas. La loi sur le délit d’entrave numérique à l’IVG a ainsi été votée début 2017 pour condamner les discours qui mésinforment les femmes afin de leur faire changer d’avis. Qui finance ces mouvements ? A. J.  : Nous montrons dans le film que, malgré leurs dénégations, leurs premières sources de financement proviennent des États-Unis, au travers d’ONG évangélistes aux budgets colossaux. En Russie, quelques oligarques orthodoxes servent aussi leur cause, avec, bien sûr, une influence dans l’Europe de l’Est voisine. Que retenez-vous de cette enquête ? A. J.  : Le combat antiavortement est entré dans une nouvelle ère, avec une jeune génération mobilisée, et les femmes en sont, une fois encore, les premières victimes. En Italie, une jeune femme serait morte à cause de gynécologues qui refusaient de pratiquer une IVG. La question de l’avortement, c’est un débat sur un modèle de société, qui en augure d’autres. Car ces pro-life, homophobes, sont aussi contre le mariage pour tous. A. R.-G.  : Les pro-choix ont tort de croire que le combat est fini. Il faut éveiller les consciences. Propos recueillis par Sylvie Dauvillier t7. Programmation spéciale Journée de la femme Samedi 3 mars Court-circuit n°885 – Spécial « Fortes femmes » à 0.35 Dimanche 4 mars La cheffe d’orchestre Mirga Grazinyte-Tyla à 0.25 Lundi 5 mars Vénus  : confessions à nu à 0.05 Mardi 6 mars Avortement, les croisés contre-attaquent à 20.50 Égalité, parité, volonté – Les femmes leaders à 22.40 Winnie à 23.35 Mercredi 7 mars Suzanne à 20.55 La prodigieuse Elena Ferrante à 22.25 Une femme iranienne à 23.20 Shoes à 1.00, suivi de Suspense à 1.50 Jeudi 8 mars Sous influence (1-4) à 20.55 Vendredi 9 mars Betty Davis – La reine du funk à 22.55 Dee Dee Bridgewater & Memphis Soulphony – La Cigale, Paris à 0.35 7ARTE MAG N°10. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 MARS 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :