Arte Magazine n°2018-06 3 fév 2018
Arte Magazine n°2018-06 3 fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-06 de 3 fév 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : folle journée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
En avant la musique ! De la retransmission de la Folle Journée de Nantes à une offre enrichie de concerts classiques, en accord parfait avec Radio France, ARTE multiplie les contenus musicaux pour tous les publics en ligne et à l’antenne. Partition. ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 FÉVRIER 2018 6 Comme chaque année, ARTE retransmet en direct le concert de clôture de la Folle Journée de Nantes, événement majeur de la scène classique avec près de 300 concerts, 1 800 artistes et 150 000 spectateurs, à retrouver aussi en ligne sur ARTE Concert. La chaîne culturelle, qui s’emploie depuis toujours à promouvoir la musique classique, élargit sa partition en 2018, grâce à un partenariat inédit avec Radio France autour de trois grands axes. L’accord prévoit d’abord de multiplier les contenus musicaux en ligne, avec notamment les captations des concerts des quatre formations de Radio France (l’Orchestre national de France, l’Orchestre philharmonique, le Chœur et la Maîtrise de Radio France). Des productions à retrouver sur les sites de France Musique et d’ARTE Concert, au sein d’un nouvel espace numérique commun, ARTE-France Musique. Des formats spécifiques seront aussi destinés aux réseaux sociaux. ARTE et Radio France lancent également un nouveau festival européen, prévu fin août à la Maison de la Radio, à Paris. Au programme, répertoire symphonique et rencontres inédites entre artistes de la scène jazz, pop, variété ou électro et orchestres de l’Union européenne de radiodiffusion. Enfin, les deux médias vont développer des outils numériques, ludiques et interactifs, de formation au chant choral. Officialisée en décembre, cette collaboration constitue le prélude d’une riche année musicale sur la chaîne. Après Nantes, ARTE emmènera les téléspectateurs, entre autres, à Saint- Pétersbourg en mars pour le mythique Lac des cygnes au théâtre Mariinsky, sous la baguette de Valery Gergiev, puis à Baden-Baden pour le Festival de Pâques, avec sir Simon Rattle et Elina Garanca. Également au programme du printemps  : la spectaculaire Mass de Leonard Bernstein, diffusée en direct de la Philharmonie de Paris. Cet été, entre autres festivals, les mélomanes retrouveront celui d’Aix-en-Provence avec, très certainement, les nouvelles productions de Didon et Énée de Henry Purcell et dʼAriane à Naxos de Richard Strauss. arte.tv/concert artefrancemusique.arte.tv Dimanche 4 février à 17.35 Concert La Folle Journée 2018 Vers un monde nouveau Lire page 12 r'15". La Folle Journée sur ARTE À l’antenne La Folle Journée 2018 Vers un monde nouveau, le 4 février à 17.35 La Folle Journée 2017 – Boris Berezovsky joue le « Concerto pour pianon o 1 » de Frédéric Chopin, le 4 février à 0.35 La Folle Journée 2017 – Musiques de danses, le 11 février à 1.15 La Folle Journée 2017 – Sayaka Shoji joue le « Concerto pour violon » de Tchaïkovski, le 11 février à 1.55 Et aussi  : Programmation « Musiciens en exil » Artur Schnabel – Compositeur en exil, le 4 février à 23.40 Sir Simon Rattle dirige le « Concerto pour orchestre » de Bartók, le 11 février à 18.30 Montero joue Montero, le 18 février à 18.30 En ligne Le « Requiem en ré mineur K.626" de Mozart La « Symphonie n ° 9 en mi mineur opus 95 », dite du « Nouveau Monde », de Dvorák Le « Concerto pour violoncelle et orchestre en si mineur opus 104 » de Dvorák « Andante spianato et Grande Polonaise brillante opus 22 », suivi du « Concerto pour piano et orchestre n ° 2 en fa mineur opus 21 » de Chopin MEDIENKONTOR/THERESE
EDOUARD CAUPEIL/PASCO Mardi 6 février à 23.45 Documentaire Là où les putains n’existent pas Lire page 19 Pourquoi avoir choisi de raconter l’histoire d’Eva-Marree Smith Kullander ? Ovidie  : J’ai entendu parler de la mort d’Eva-Marree alors que je travaillais pour le journal Metro. L’information avait été peu reprise dans la presse, y compris en Suède. J’ai écrit un article mais ensuite l’histoire m’a obsédée. J’ai trouvé sur Internet des messages de sa mère expliquant qu’elle ne pouvait pas voir ses petits-enfants. Au bout d’un an de recherches, j’ai compris que dans ce royaume de Suède qui vante son modèle social, où la criminalité est au plus bas, où le sexisme n’existe pas, les choses sont loin d’être aussi claires. En réalité, ce pays stigmatise les femmes pour leurs choix sexuels et prend les enfants en otage. Aux États-Unis, les féministes parleraient de slut shaming (« humiliation des salopes »). Que révèle cette histoire ? Elle est le symbole de l’échec du modèle social suédois. La Suède est une société missionnaire qui, comme le faisait l’URSS, est prête à tout pour exporter son modèle idéologique, quitte à maquiller une réalité sociale sombre. Ses lois sur la prostitution partent d’un bon sentiment  : protéger les femmes des violences. Mais elles deviennent l’instrument d’un contrôle moral  : on enlève leurs enfants aux travailleuses du sexe en prétextant qu’on ne peut être mère et prostituée. L’État suédois a sa part de responsabilité dans l’assassinat d’Eva-Marree  : c’est lui qui, en menant sa chasse aux sorcières contre les prostituées, a donné l’autorisation implicite de tuer à celui qui tenait le couteau. On peut parler de terreur. Beaucoup de femmes, même celles qui n'avaient rien à voir avec le travail du sexe, ont refusé de témoigner dans ce film car elles avaient peur de voir la police débarquer et prendre leurs enfants. Il manque une parole dans votre film, celle de l’État, justement... Pendant un an, on a essayé par tous les moyens d’avoir un La face sombre du modèle suédois Comment, en Suède, une jeune femme a été privée de ses enfants du jour au lendemain pour s’être prostituée, avant d’être assassinée par leur père dans les locaux même des services sociaux. Une enquête glaçante réalisée par Ovidie. rendez-vous avec les services sociaux. Impossible. C’est l’omerta. Quand on a tourné, de l’extérieur, des images du foyer où Eva-Marree a été assassinée, plusieurs personnes en sont sorties pour nous demander de partir. Je me suis heurtée aux mêmes difficultés que lors du tournage de mon précédent film, Pornocratie, sur les multinationales du sexe  : beaucoup de gens ne voulaient pas parler. Comment ressortez-vous de ce tournage ? Quand je commence un film, j’ai toujours l’espoir qu’il va changer quelque chose. Je pensais qu’on allait retrouver les enfants d’Eva-Marree. Les services sociaux les ont cachés. Même si la famille est plus apaisée, leurs lettres, leurs appels, demeurent sans réponse. C’est frustrant. J’espère que le film sera diffusé en Suède et qu’il sera l’occasion d’une prise de conscience. Propos recueillis par Hervé Marchon 7ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 FÉVRIER 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :