Arte Magazine n°2018-06 3 fév 2018
Arte Magazine n°2018-06 3 fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-06 de 3 fév 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : folle journée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 7 février ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 FÉVRIER 2018 20 5.00 M TIM MEAD CHANTE VIVALDI À LA SAINTE-CHAPELLE Concert 6.15 M XENIUS Comment se protéger des cambrioleurs Magazine 6.40 EM LES OUBLIÉS DE L’HISTOIRE Tom Simpson, la course à la mort Collection documentaire 7.10 L7 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM 360° GEO Saint-Bernard et ses chiens Reportage 8.00 M INVITATION AU VOYAGE Émission 8.40 LM LA CORSE, BEAUTÉ SAUVAGE Entre mers et vents Série documentaire 9.25 LM LES ROMAINS EN GERMANIE (1-3) Guerre et paix ; L’âge d’or ; Le centre de l’Empire Série documentaire 12.05 LM LA CORSE, BEAUTÉ SAUVAGE Une terre de mémoire Série documentaire 12.50 L7 ARTE JOURNAL 13.00 7 ARTE REGARDS Reportage 13.35 M LIBRE COMME LE VENT Film (VF) 15.00 M LES RAPACES, MAÎTRES DES AIRS Documentaire 15.45 M DES ARTISTES DANS LE VENT Milans et busards Documentaire 16.30 7 INVITATION AU VOYAGE Émission Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion Vidéo à la demande u 17.05 XENIUS Insomnie, le nouveau mal du siècle Magazine 17.40 7 ER VOYAGE AUX AMÉRIQUES Argentine – La région viticole de Mendoza Série documentaire 18.05 LM SOUS LES ÉTOILES Éclipse solaire en Indonésie Série documentaire 19.00 7 E SUR LA PISTE DES VIPÈRES Documentaire 19.45 L7 ARTE JOURNAL 20.05 7 28 MINUTES Magazine 20.50 7 E A MUSÉE VOUS, A MUSÉE MOI « La Joconde » – Drague en ligne Série 20.55 LR QUE LA FÊTE COMMENCE... Film 22.50 7 « PERSONA », LE FILM QUI A SAUVÉ INGMAR BERGMAN Documentaire 23.45 R PERSONA Film 1.05 L7 M R OCCUPIED (5-7) Saison 1 Série 3.25 EM AU FIL DES ENCHÈRES Le revolver de Paul Verlaine Série documentaire 3.55 7 M ARTE REGARDS Reportage Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Version originale sous-titrée en français 20.55 Cinéma Que la fête commence... Un marquis breton révolté, un abbé aux dents longues, un régent qui joue des coudes...  : signé Bertrand Tavernier, un tableau sans concession et plein d’humour de la succession du Roi-Soleil, avec le trio magistral Marielle- Rochefort-Noiret. MVH - ARTDESIGN/BARUM ; FUER ARTE G.E.I.E. Pour protester contre la famine et la brutalité du pouvoir royal, le marquis de Pontcallec organise une conspiration contre le régent, Philippe d’Orléans, arrivé sur le trône dans des conditions douteuses à la mort de Louis XIV. Il tente de rassembler une armée avec l’aide de l’Espagne, afin de proclamer la République de Bretagne. Devant la menace espagnole, l’allié anglais exige de l’abbé Dubois, le plus proche conseiller du régent, qu’il rétablisse l’ordre. En échange, le prélat espère un soutien en faveur de sa nomination comme archevêque... LIBERTINAGE ET RÉVOLTE Grandiose fresque historique, Que la fête commence... dépeint la période troublée du début du XVIII e siècle, avec ses intrigues et ses luttes d’intérêts. Mêlant habilement situations grivoises et gravité des affaires d’État, Bertrand Tavernier ausculte avec un humour féroce la morale de l’époque, avec, en complices inspirés, le regretté Jean Rochefort, formidable en ecclésiastique débauché qui ne croit pas en Dieu, Philippe Noiret, magistral en régent attachant et moderne, et Jean- Pierre Marielle, extravagant nobliau conspirateur. Leurs relations, oscillant au gré des alliances, créent un jeu de balancier qui imprime au film une dynamique réjouissante et tient en haleine jusqu’à la fin, inattendue. Meilleurs réalisateur, scénario, second rôle masculin (Jean Rochefort) et décors, César 1976 Film de Bertrand Tavernier (France, 1975, 1h54mn) - Scénario  : Jean Aurenche, Bertrand Tavernier - Avec  : Philippe Noiret (Philippe d’Orléans), Jean Rochefort (l’abbé Dubois), Jean-Pierre Marielle (le marquis de Pontcallec), Marina Vlady (Madame de Parabère) Décors  : Pierre Guffroy Production  : Fildebroc, Universal Pictures, Productions de la Guéville (R. du 26/7/2007)
AFP PHOTO/SCANPIX SWEDEN/BONNIERS HYLEN 22.50 Le documentaire culturel Soirée Ingmar Bergman « Persona », le film qui a sauvé Ingmar Bergman En 1965, Ingmar Bergman réalise Persona, film culte qui résume à lui seul toutes les obsessions du maître suédois, né il y a cent ans. Au travers de ses mots et de témoignages, une immersion dans son extraordinaire ébullition créative. En 1965, au sommet de la gloire, Ingmar Bergman, submergé par le doute, sombre dans une crise profonde à la veille de la cinquantaine. Entre les quatre pièces de théâtre et le film qu’il met en scène chaque année, l’auteur de Sourires d’une nuit d’été est éreinté. Hospitalisé pendant trois mois, loin des réalités du monde et de la guerre du Viêtnam qui le hante, le maître suédois est convaincu qu’il ne tournera plus. Mais, à la faveur d’une sortie, il rencontre Liv Ullmann, nouvelle muse qui ravive son imaginaire et lui inspirera, aux côtés de l’ancienne, Bibi Andersson, son chef-d’œuvre Persona. Sur l’île de Farö, le tournage est empreint de légèreté, tandis que le sondeur d’âmes entreprend de se réinventer. Car, pour ce film à la prodigieuse audace formelle, devenu culte, Bergman veut oublier son savoirfaire, même s’il retrouve ses thèmes de prédilection, à commencer par sa terreur de l’humiliation et de l’enfermement. S’appuyant sur ses deux comédiennes comme un virtuose jouerait d’un instrument, le cinéaste orchestre un vertigineux huis clos entre deux femmes, une comédienne qui a fait le choix de se taire pour ne plus mentir et son infirmière. « J’ai touché là, en toute liberté, dira-t-il, à des secrets sans mot que seul le cinéma peut découvrir. » BERGMAN DANS LE TEXTE C’est cette année charnière – celle d’une rédemption tout à la fois artistique et amoureuse – que retrace le film, donnant largement la parole à un Bergman en pleine ébullition et merveilleusement disert sur son travail. Entre photos de tournage, entretiens, séquences solaires de making of et carnets du maître, ce documentaire restitue au plus près la création à l’œuvre. Éclairé par les témoignages de l’égérie et compagne Liv Ullmann, de l’inconditionnel admirateur Arnaud Desplechin ou encore du chef opérateur Darius Khondji, un portrait nuancé et formidablement vivant de l’auteur des Fraises sauvages, né il y a un siècle et disparu en 2007 sur sa chère île de Farö. Lire page 8 Documentaire de Manuelle Blanc - Auteure  : Maria Sjöberg (France, 2017, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Camera Lucida Productions 1966 AB SVENSK FILMINDUSTRI A go Ili, 11 1 e i 40/it. d 23.45 Cinéma Soirée Ingmar Bergman Persona Un huis clos infernal entre deux femmes confrontées à la solitude. Avec une maîtrise de l’image confondante et deux actrices incandescentes (Bibi Andersson et Liv Ullmann), Bergman signe une œuvre fascinante sur le thème du double. Élisabeth Vogler est actrice. Au beau milieu d’une interprétation d’Électre, elle devient muette. Des médecins l’auscultent et ne décèlent aucune anomalie physique. Une infirmière, Alma, la prend en charge, l’emmenant dans sa villa au bord de la mer. Puisque l’actrice ne parle plus, Alma discourt pour deux, confiant à Élisabeth les secrets qui la rongent  : une expérience sexuelle à plusieurs, son avortement, sa solitude. Les deux femmes s’opposent, se lient, se caressent, se fuient... DOUBLE CHEMIN DE CROIX Bergman définissait ce film comme une « sonate pour deux instruments ». Ces deux « instruments », ce sont Bibi Andersson et Liv Ullmann, qui illuminent Persona d’une incandescente lumière. Leur partition, aussi touffue que la réalisation est ascétique, leur impose un perpétuel dépassement. Car c’est un rude voyage intérieur qu’effectuent les deux femmes, d’abord opposées, puis bizarrement ressemblantes, jusqu’à ne plus former qu’un même portrait. Les relations entre l’aide-soignante et sa patiente glissent vers une autodestruction mutuelle et ce double chemin de croix s’accompagne d’une réflexion sur le septième art, reflet du réel – le film devait d’ailleurs s’intituler Cinématographie. L’écran est un miroir, mais ce miroir reste muet. Baigné dans une atmosphère fantasmagorique, Persona offre une multitude d’interprétations autour du thème du double et une poignante quête de « la parole d’amour ». Lire page 8 Film d’Ingmar Bergman (Suède, 1966, 1h20mn, noir et blanc, VOSTF) - Scénario  : Ingmar Bergman - Avec  : Bibi Andersson (Alma), Liv Ullmann(Élisabeth Vogler), Margaretha Krook (la doctoresse), Gunnar Björnstrand (M. Vogler) - Production  : Svensk Filmindustri (R. du 2/10/1996) ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 FÉVRIER 2018 mercredi 7 février 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :