Arte Magazine n°2018-04 20 jan 2018
Arte Magazine n°2018-04 20 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-04 de 20 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Claude Lanzmann.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°4. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 JANVIER 2018 6 Dans Les quatre sœurs, Claude Lanzmannressuscite les trajectoires bouleversantes de quatre rescapées de l’abomination nazie, qu’il avait longuement interviewées pour la préparation de Shoah. L’écrivain et cinéaste est revenu sur la genèse de ces films en compagnie du journaliste Serge Toubiana. Destins de survivantes Claude LanzmannMardi 23 janvier à 20.50 Films Les quatre sœurs (1 & 2) Lire page 18 En partenariat avec Trésors enfouis « Entre le moment où j’ai interrogé ces femmes et la réalisation des Quatre sœurs, plus de trentecinq ans se sont écoulés. C’est après l’inauguration d’une librairie française à Amsterdam, il y a quelques années, que j’ai pris conscience, grâce aux questions qui m’ont été posées, que je ne cherchais pas à faire un film en collectant la matière qui constituerait Shoah  : je tournais encore et encore parce qu’il me fallait accumuler des trésors. Pour ce qui deviendrait Le dernier des injustes, par exemple, j’ai filmé Benjamin Murmelstein, le dernier président du conseil juif du ghetto de Theresienstadt, pendant une semaine entière, matin, après-midi et soir. Il fallait être fou, personne ne pouvait produire un tel documentaire ! J’ai mis longtemps à réaliser que j’étais fasciné par ce que je découvrais, ce que j’apprenais, et que c’était ce qui comptait  : accumuler des témoignages. Ce que je ferais plus tard de ces trésors s’avérait complètement secondaire. S’ils ne figurent pas dans Shoah, c’est parce qu’ils exigeaient un film à part entière. Il n’y avait pas d’autre solution. Quand je me suis replongé dans les récits de ces femmes, tout est redevenu immédiatement très vivant, présent. » Savoir et mémoire « Lorsque Ruth Elias parle de la première déportation des Juifs tchèques de sa ville natale, Moraska Ostrava, je mentionne Nisko, leur destination. ‘Vous êtes très bien renseigné’, me dit-elle alors. Personne ne connaissait Nisko, sauf moi, et cela a beaucoup aidé. Il fallait que j’en sache le plus possible pour être à la hauteur de leur destin, de leur propre savoir, et pour être capable de les interroger, de les amener à parler. Quand elles ont vu que je connaissais bien l’histoire de l’extermination du peuple juif, cela a rendu les choses plus importantes, plus faciles, plus intimes. Une fraternité très forte se dégageait de nos rapports. Elles m’ont appris énormément. Ruth a répondu aux questions que je ne cessais de me poser sur le sort du deuxième convoi des Juifs du camp des familles tchèques d’Auschwitz. De son côté, Hanna Marton m’a renseigné sur l’histoire du convoi de Juifs de Hongrie épargné en échange d’argent, au terme d’une négociation entre Rudolf Kastner, le président du comité de sauvetage, et l’Obersturmbannführer Adolf Eichmann. » SYNECDOCHE
SYNECDOCHE/SADAKA/FRANCK FERVILLE-AGENCE VU il- Résurrection « Je pleure chaque fois que je regarde ces films. Hanna me bouleverse particulièrement, et j’éprouve une adoration pour Ruth et son accordéon. Ada Lichtman, qui fabrique des poupées, est également très émouvante, avec, à ses côtés, son mari, également rescapé, au visage d’homme intérieurement massacré. Quant à Paula Biren, je l’ai rencontrée lors d’un colloque à New York. Elle m’a beaucoup plu parce qu’elle était extrêmement intelligente. Une profonde unité réunit ces femmes, sans liens de parenté. D’où ce titre en référence aux Trois sœurs de Tchekhov. Quand j’ai interrogé chacune d’elles, ce n’était pas une exploration, mais une véritable incarnation. Tout redevenait vrai et personnifié. Ces femmes portent en elles leur histoire et celle de l’extermination du peuple juif. Le cinéma peut tout. Avec peu de choses, il parvient à ressusciter complètement ce qu’il s’est passé. Je suis très fier de cette série, que je considère comme centrale dans tout ce que j’ai réalisé sur la Shoah. » Programmation spéciale « Contre l’oubli » À l’occasion du 73 e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier, ARTE revient sur la tragédie de l’Holocauste à travers deux soirées spéciales. Mardi 23 janvier Soirée Claude LanzmannLes quatre sœurs (1 & 2) à 20.50 Le dernier des injustes à 23.20 Mardi 30 janvier Les quatre sœurs (3 & 4) à 20.50 Auschwitz Projekt à 23.10 Moshe – Victime et meurtrier à 0.05 Claude Lanzmann– Porte-parole de la Shoah à 1.00 Propos recueillis par Serge Toubiana En coffret 2 DVD le 31 janvier Arnaud Desplechin écrit à Claude LanzmannAprès le visionnage des Quatre sœurs, le cinéaste a écrit une longue lettre à son aîné pour lui exprimer son admiration et son émotion. Extrait de cette missive, à retrouver en intégralité dans le livret du coffret DVD. « Ces femmes furent filmées il y a quelques décennies, dans les années 1970, le grain de la pellicule en témoigne. C’est une première couche de temps. Ta tendresse, ta droiture, l’acuité de ton écoute, ton savoir, la fraternité que tu sembles éprouver quatre fois, bref, tout Claude Lanzmannfait de ce temps, le temps de la prise de vue, un temps qui console. Chaque femme traverse une solitude extrême. Le titre les réunit et nous déchire le cœur. Tu sais être, tu deviens chaque fois… un frère. Elles sont bien tes sœurs, nous les reconnaissons. À ton invitation, chacune plonge dans les temps terribles de la destruction des Juifs d’Europe. C’est un deuxième temps qui vient nous brûler. Et ces films sont mis en scène, agencés, montés (le montage est magnifique !) , et projetés aujourd’hui. Et c’est un troisième temps inquiet. Ruth, Paula, Ada et Hanna ne sont plus. Nous les regardons aujourd’hui ; hier, elles nous parlaient d’un temps – hors temps, celui de la destruction. Saurons-nous, à ta suite, les reconnaître comme nos sœurs ? Que faire de leur souvenir ? » Arnaud Desplechin 7ARTE MAG N°4. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 JANVIER 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :