Arte Magazine n°2018-02 6 jan 2018
Arte Magazine n°2018-02 6 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-02 de 6 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : causeries sur toiles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
'F:+e - L’enfance,. 1.1e57-(..r.. _...  : rz... AFP -ega0.._., J1 !'... 1.. I.4.I...i:.. ir.0., -'rite ; el.'. 4.-, -.., - >, : ? 9illki 0, ",.4111p.'., b."e. 1. eligilt -. -.ir'.."..0lle" i - erir sauvage ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JANVIER 2018 8 Avec Aurore, la cinéaste Laetitia Masson met en scène, dans sa première minisérie, les blessures profondes de l’enfance, entre violence et lueurs de rédemption. Notes de la réalisatrice. Sujet « Comment fait-on d’un enfant un être humain, capable de vivre au milieu des autres, et de survivre à tous les dangers de cette vie en communauté ? C’est ça, le sujet de la série. Le premier épisode raconte une enfance ‘sauvage’. Comment régule-t-on la violence qui est en chacun de nous ? Comment apprend-on les limites aux enfants ? Quelles responsabilités ont les adultes autour d’eux ? Le deuxième épisode pose la question de la culpabilité et de la vengeance. Les coupables peuvent-ils réparer le passé ? Les victimes peuvent-elles résister, adultes, à la violence générée par leurs blessures d’enfance ? Le troisième épisode met en jeu les conditions d’une possible rédemption, l’échange des rôles entre coupable et victime, et la quête de l’amour rédempteur  : qu’est-ce que le véritable amour, non destructeur, non anthropophage, celui qui peut délivrer du mal ? » Inspiration « J’ai deux références pour Aurore, qui me sont apparues après coup, mais me semblent l’encadrer et peut-être l’éclairer  : Les grandes espérances de Dickens, et Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan. Deux récits à l’opposé dans le fond et dans la forme, mais pour moi, magnifiques et inspirants. » Forme « Le point de départ était un fait divers, mais je n’ai pas cherché à donner au récit une forme de réalité documentaire. Je ne voulais pas prendre le spectateur en otage avec un style faussement réaliste qui aurait provoqué chez lui une émotion primaire, forte, mais l’aurait laissé à l’extérieur de l’histoire. Avec une forme naturaliste, si on montre des personnages extrêmes, le spectateur les juge, mais ne se sent pas comme eux, pas concerné. J’ai donc travaillé sur une forme plus romanesque, entre la fable et le western, pour faire apparaître les questions universelles cachées sous les actes monstrueux, et interroger le spectateur sur ses propres fonctionnements et responsabilités. La fiction a un pouvoir de distanciation, d’abstraction, de focalisation qu’il faut utiliser pour donner du sens au chaos de la vie. Travailler la temporalité d’une série de trois épisodes était nouveau pour moi  : la structure de l’histoire, le rythme, contrôler la tension et l’attention, c’était passionnant à fabriquer. Par contre, les questions de mise en scène étaient les mêmes que pour un film de cinéma. Chaque élément de l’image, du son, chaque plan, chaque séquence devait, par son esthétique, produire du sens, construire un monde et provoquer une émotion qui transcende la narration. Le scénario raconte les mouvements extérieurs des PAMPA PRODUCTIONS
HASSEN BRAHITI personnages. La mise en scène révèle leurs mouvements intérieurs. Tout, les paysages, les costumes, les mouvements des corps dans les décors, les bruits du vent, le silence, la musique sont pour moi des outils, comme une palette en peinture, pour faire apparaître les états d’âme, les émotions, les blessures et les violences des personnages. On peut ainsi les comprendre, voir pourquoi ils tombent, échouent, et réfléchir à comment éviter ces écueils. » Casting « Mes personnages sont tous coupables, d’une façon ou d’une autre. Il fallait donc des acteurs très ‘innocents’pour les incarner et leur apporter l’humanité qui pourrait nous les faire, sinon aimer, du moins comprendre. Aucun personnage ne devait être condamné. Il fallait aussi qu’ils soient lumineux, d’abord parce que les monstres avancent souvent masqués comme des anges, et que cette lumière devait éclairer le spectateur à la fin sur un espoir possible. Le choix des comédiens, enfants comme adultes, s’est opéré sur ces critères-là. J’avais écrit en pensant à Élodie Bouchez, dont j’étais sûre qu’elle rendrait le personnage d’Aurore profondément touchant. Par ailleurs, les temps de tournage étant très courts, j’avais besoin de travailler avec des acteurs que je connaissais et que j’aimais, ou dont je connaissais bien le travail, pour pouvoir rentrer sans préambule dans la chair et la musicalité des personnages et chercher en eux des choses précieuses et fortes  : Aurore Clément, Hélène Fillières, André Wilms, Jérôme Kircher, Camille de Sablet... Lolita Chammah et Anna Mouglalis, je les avais repérées et elles ont plongé avec moi avec une grande générosité. Et puis Maurice Greene, c’est une découverte, une personne et un musicien exceptionnel. Il n’avait jamais tourné. Lui aussi a quelque chose de très innocent. J’ajoute au casting les membres de l’équipe du film, des acteurs à part entière selon moi. Direction de production, image, assistant, costumière, montage, chacun prend sa part du film, et l’interprète. » Jeudi 11 janvier à 20.55 Minisérie Aurore (1-3) Lire page 22 ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JANVIER 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :