Arte Magazine n°2018-02 6 jan 2018
Arte Magazine n°2018-02 6 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-02 de 6 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : causeries sur toiles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 8 janvier ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JANVIER 2018 STUDIOCANAL 16 20.50 Cinéma Soirée Catherine Deneuve Ma saison préférée Trois ans après s’être perdus de vue, un frère et une sœur se retrouvent à l’aube de la cinquantaine autour de leur mère vieillissante. Un grand Téchiné sur les vestiges de l’enfance et le deuil des illusions. Après une brouille de trois ans, Émilie, épouse, mère et notaire, invite son frère Antoine, chirurgien du cerveau et célibataire, à fêter Noël autour de leur mère vieillissante, Berthe, qu’elle héberge. Au cours du réveillon, Antoine et Bruno, le mari d’Émilie, notaire lui aussi, se disputent violemment. Berthe préfère alors retourner vivre chez elle. Mais bientôt, son état de santé se dégrade et ses enfants démunis se résignent à la placer en maison de retraite. REFLETS VACILLANTS Avec une implacable justesse, André Téchiné met en scène l’œuvre du temps sur deux familles gigognes  : celle au creux de laquelle Émilie s’est forgée et « l’autre », qu’elle a fondée avec son mari, corps étranger avec lequel il lui a fallu composer au fil des années. Comment vivre et aimer sans trahir, quand le cœur – et l’identité − balancent entre les deux, chacune exigeant son dû ? Tandis que leur mère, à la tendresse impérieuse (Marthe Villalonga, d’une renversante sobriété), les quitte inexorablement, Antoine, médecin neurologue, s’obstine à ne pas détecter des AVC dans ses malaises à répétition. Face à la perte abyssale à venir, l’éternel petit frère fantasque, épris de sa sœur jusqu’aux frontières de l’inceste, cherche alors à l’entraîner de toute urgence dans le refuge de leur enfance enfuie, entre connivences régressives, codes secrets, troubles rivalités et complémentarité solidaire. Une tentative désespérée, quand la réalité en clair-obscur a sonné depuis longtemps le glas des illusions flamboyantes. Pour autant, André Téchiné, sondeur d’âmes à la lucidité bienveillante, se garde bien de sombrer dans la nostalgie, lui préférant les reflets vacillants du mouvement des saisons sans distinction. Un grand film, porté par un duo Deneuve- Auteuil au sommet. Film d’André Téchiné (France, 1993, 2h02mn) - Scénario  : André Téchiné et Pascal Bonitzer - Avec  : Catherine Deneuve (Émilie), Daniel Auteuil (Antoine), Marthe Villalonga (Berthe), Chiara Mastroianni (Anne) - Production  : Les Films Alain Sarde, TF1 Films Production, D.A. Films
22.55 Cinéma Soirée Catherine Deneuve La vie de château Une jolie femme-enfant trouve dans les préparatifs du Débarquement de quoi égayer une existence trop calme. Le premier film virevoltant, comique et plein de charme de Jean-Paul Rappeneau. TF1 FILMS 1944. Marie, fille de fermiers, a épousé le fils du châtelain. Il lui tarde d’aller vivre à Paris mais Jérôme, son flegmatique (mais vigilant) mari, préfère savoir sa jeune et jolie femme à la campagne, à l’abri des tentations de la grande ville. L’aventure se présente sous les traits de Julien, fringant capitaine des Forces françaises libres… AU DIAPASON « Tant de grâce et de précision dans un premier film, on peut y voir un miracle », écrivit Louis Malle dans L’avant-scène cinéma à la sortie du film. Dédramatisant sans cesse, Jean- Rappeneau, enfant durant la guerre de 1940, fait du Débarquement l’arrière-salle d’un virevoltant vaudeville champêtre. Son style – son souci du détail, sa manière d’orchestrer avec charme les cavalcades et les répliques de ses personnages – fait déjà merveille. Le tempérament vif-argent de Catherine Deneuve, judicieusement opposé à la ronde bonhomie de Philippe Noiret, colle parfaitement au tempo comique du film. Le cinéaste dira plus tard que le « débit mitraillette » de l’actrice l’a marqué et a imprimé sa cadence effrénée à toute sa filmographie. D’une légèreté euphorisante, magnifiée par la poésie du noir et blanc, les volutes musicales de Michel Legrand et une distribution tout entière au diapason, une irrésistible comédie avec, en prime, les savoureux numéros de deux grands noms de théâtre, Pierre Brasseur et Mary Marquet. Prix Louis-Delluc 1965 Film de Jean-Paul Rappeneau (France, 1965, 1h28mn, noir et blanc) - Scénario  : Jean-Paul Rappeneau, Alain Cavalier, Claude Sautet, Daniel Boulanger - Avec  : Catherine Deneuve (Marie), Pierre Brasseur (Dimanche), Philippe Noiret (Jérôme), Henri Garcin (Julien), Mary Marquet (Charlotte), Carlos Thompson (Klopstock) Production  : Ancinex, Cobela Films, Les Productions de la Guéville - (R. du 7/8/2008) Catherine Deneuve présidera le prochain Festival Premiers Plans d’Angers, qui se déroulera du 12 au 21 janvier 2018. ULI HOLZ/BRITZKA FILM 0.25 La lucarne Rabbi Wolff Un captivant portrait de William Wolff, exchroniqueur, devenu le charismatique rabbin de la communauté juive allemande de la région de Rostock. Dans son documentaire Le paradis sous terre – Le cimetière juif de Weissensee, récompensé du Prix Panorama du public à la Berlinale 2011, la réalisatrice allemande Britta Wauer déambulait dans le plus grand cimetière juif d’Europe. Par la finesse de ses réflexions sur la mort, le deuil et l’au-delà, l’un des personnages de son film, le rabbin Wolff, avait charmé les spectateurs. Cet engouement a convaincu la réalisatrice de lui consacrer un documentaire à part entière. Né en 1927 dans une famille juive orthodoxe, William Wolff a 6 ans lorsque les siens quittent Berlin pour s’installer d’abord à Amsterdam, puis, en 1939, en Angleterre. Après avoir été journaliste politique plusieurs décennies durant dans différents quotidiens britanniques, William Wolff a mis un terme à sa carrière de chroniqueur pour réaliser son rêve  : devenir rabbin. Nommé dans la région de Rostock à 70 ans, celui qui est désormais nonagénaire continue de partager son temps entre le nord-est de l’Allemagne et Londres, sans compter ses fréquents déplacements dans toute l’Europe. Britta Wauer brosse l’émouvant portrait de ce grand témoin du XX e siècle, homme charismatique à la trajectoire atypique, devenu une figure spirituelle de la communauté juive allemande. Documentaire de Britta Wauer (Allemagne, 2015, 1h30mn) lundi 8 janvier ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 6 AU 12 JANVIER 2018 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :