Arte Magazine n°2017-52 23 déc 2017
Arte Magazine n°2017-52 23 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-52 de 23 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : baie de minuit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 DÉCEMBRE 2017 8 Transdisciplinaire, international, d’une énergie juvénile et plus poétique que jamais, le cirque contemporain témoigne d’une foisonnante créativité. La preuve par l’image à la faveur d’une journée dédiée sur ARTE. Nouvelles pistes Mercredi 27 décembre à partir de 13.35 Journée «Cirque» Lire page 23 Depuis l’émergence du nouveau cirque dans les années 1970 et son essor deux décennies plus tard – jusqu’en 1978, le secteur dépendait du ministère… de l’Agriculture ! –, la pratique, ancestrale, ne cesse de se réinventer. Aujourd’hui, environ cinq cents compagnies sont recensées en France, dont deux tiers ont moins de dix ans. Un bouillonnement créatif que reflète le Festival mondial du cirque de demain, dont ARTE diffuse la 38 e édition. Véritable baromètre du genre, cette manifestation récompense chaque année les meilleures prestations d’artistes de moins de 25 ans. «Le cirque contemporain traverse une période de rayonnement tout à fait exceptionnelle», résume Pascal Jacob, son directeur artistique et historien du cirque, qui loue ici une «mondialisation positive». «Aujourd’hui, un gamin suisse apprend des techniques chinoises dans une école canadienne auprès de professeurs russes  : l’époque est au partage.» Cette année, les numéros distingués venaient de Chine, d’Argentine, du Canada, de France, d’Allemagne et même d’Iran. «TROISIÈME TEMPS» Selon Isabelle Mestre, chargée de programmes à l’unité Arts et spectacles d’ARTE France, les frontières entre cirque, danse, musique et théâtre s’estompent aussi désormais au bénéfice d’une poésie sans carcan. L’aube d’un «troisième temps» de la discipline, après l’explosion du nouveau cirque. «La transversalité avec les autres disciplines n’en est qu’à son balbutiement, notamment pour les nouvelles technologies», abonde Pascal Jacob. En témoigne le spectacle Réversible, du talentueux collectif canadien Les 7 Doigts de la main, diffusé par ARTE. Entre scénographie inventive, virtuosité et tourbillon de la vie, la troupe défie les lois de la pesanteur et croise les arts de la scène, pour un résultat proche du burlesque lunaire de l’auguste James Thierrée, grande référence du genre. Et le cirque traditionnel ? Pour survivre à la désaffection du public, ses grandes familles cherchent, elles aussi, à évoluer  : André-Joseph Bouglione a ainsi annoncé en mai dernier l’arrêt définitif des numéros avec des animaux de ménagerie. François Pieretti TELMONDIS/BERTRAND GUAY
GETTY IMAGES Danseur de génie, mais aussi chanteur et musicien, le prince de la comédie musicale a su tirer le meilleur de ses partenaires féminines, avec grâce et générosité. L’homme qui faisait danser les femmes Dimanche 24 décembre à 18.05 Programmation spéciale Fred Astaire L’homme aux pieds d’or Fred Astaire donne le «la» Lire page 14 En janvier 1933, le célèbre producteur David O. Selznick écrivait à propos de Fred Astaire, roi de Broadway cherchant à embrasser une carrière au cinéma  : «Malgré ses énormes oreilles et la vilaine forme de son menton, je sens que son charme est si fort qu’il se dégage même de cet essai lamentable.» Une élégance naturelle doublée d’un humour subtil, qui séduisit les plus belles actrices d’Hollywood. Car la destinée artistique du prince du swing est liée aux femmes dès son plus jeune âge, alors qu’il débute sur scène à 6 ans, poussé par sa mère. Avec Adele, son aînée de trois ans, Fred forme un couple de danseurs adulés, même si cette brune pétillante reste la star du duo. Quand elle renonce à sa carrière pour épouser un lord anglais en 1932, Fred peut espérer se forger à lui seul un nom devant les caméras. Mais l’alchimie prodigieuse qui opère avec sa première partenaire à l’écran, la piquante Ginger Rogers, en décide autrement. En neuf films pour les studios RKO, de Carioca (1933) à La grande farandole (1939), l’aristocrate des claquettes et la blonde mutine feront de leurs numéros dansés et chantés sur des airs de George Gershwin ou d’Irving Berlin, amis d’Astaire, un pur enchantement. Il lui communique sa sophistication aérienne, elle le rend irrésistible. DUOS DE LÉGENDE Fred et Ginger se séparent faute de projet artistique valable – ils ne seront réunis ultérieurement qu’une seule fois, pour Entrons dans la danse en 1949. Entretemps, l’homme aux pieds d’or collectionne (à l’écran) les conquêtes féminines, de l’athlétique Eleanor Powell à l’énergique Vera-Ellen en passant par la diva fragile Judy Garland. Sans oublier l’idole des GI, la flamboyante Rita Hayworth, qu’Astaire viendra chercher à la Columbia en 1942 pour deux films. Toutes louent le professionnalisme, la gentillesse et la générosité de ce danseur de génie, droit et discret dans sa vie privée, propulsant dans les airs n’importe laquelle de ses partenaires, même les plus inexpérimentées. Ginger Rogers ellemême n’a pas suivi de formation classique de danseuse, contrairement aux ingénues européennes Leslie Caron et Audrey Hepburn, qui se succéderont dans les bras d’un Fred Astaire quinquagénaire – avec Papa longues jambes (1955) et Drôle de frimousse (1957). Mais c’est avec une ancienne des Ballets russes que celui qui incarna, comme Gene Kelly, l’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne, formera un ultime couple mythique  : ses duos d’anthologie avec la sublime Cyd Charisse dans Tous en scène ! (1953) de Vincente Minnelli, puis dans La belle de Moscou (1957) de Rouben Mamoulian sont entrés à jamais dans la légende. Marie Gérard ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 DÉCEMBRE 2017 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :