Arte Magazine n°2017-52 23 déc 2017
Arte Magazine n°2017-52 23 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-52 de 23 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : baie de minuit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 DÉCEMBRE 2017 6 Ermitage, monastère bénédictin, forteresse et prison  : soumis aux chaos de l’histoire, le Mont-Saint-Michel n’a cessé de se réinventer. Retour sur les étapes charnières d’une chronologie mouvementée, retracée par Marc Jampolsky dans un documentaire passionnant. Mont et merveilles Samedi 23 décembre à 20.55 Documentaire Mont-Saint-Michel Le labyrinthe de l’archange Lire page 11 X e siècle Centre de pèlerinage Du sanctuaire primitif, édifié au VIII e siècle par l’évêque Aubert d’Avranches, auquel l’archange Michel serait apparu en songe, ne subsiste aucune trace. Le bâtiment le plus ancien encore visible date du X e siècle et se tapit dans les entrailles du Mont  : il s’agit de la chapelle Notre-Dame-sous-Terre, dont la mystérieuse double nef visait, semble-t-il, à accueillir la foule grandissante de pèlerins venus admirer les reliques de saint Michel. À partir de 965-966, le rocher inaugure en effet une nouvelle ère d’expansion  : le duc de Normandie Richard I er, qui cherche à affermir son pouvoir, y impose la fondation d’un monastère bénédictin pour protéger la région. À la fois pôle spirituel et économique, celui-ci accroît encore sa renommée aux prémices du XI e siècle grâce à une surprenante découverte  : un crâne perforé, présenté comme étant celui d’Aubert d’Avranches, que l’archange aurait touché du doigt pour y laisser son empreinte divine. XI e -XII e siècles Abbaye bénédictine Le Mont entreprend de se coiffer d’une église digne de son rayonnement  : véritable prouesse architecturale, l’abbatiale romane (dont les transepts et la nef ont survécu) est posée sur un chapelet de cryptes offrant aux pèlerins un éblouissant circuit mystique. Entre édification, reconstructions et remaniements, le chantier se poursuit sans discontinuer au fil des décennies, pour forger un vaste complexe conventuel financé par les nombreuses possessions des bénédictins, qui s’étendent outre-Manche après la prise de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, en 1066. Un siècle plus tard, sous l’impulsion de l’abbé Robert de Torigni, le Mont se métamorphose en haut lieu du savoir  : surnommé «Cité des livres», il brasse les connaissances de l’époque en astronomie, géométrie, mathématiques…, et abrite l’un des plus illustres scriptoriums (atelier réservé à l’écriture des manuscrits) d’Europe. GETTY IMAGES
XIII e siècle Merveille gothique Également centre politique, le Mont-Saint-Michel est ébranlé par la rivalité opposant la France et l’Angleterre. En 1204, Philippe II Auguste, déterminé à soumettre la Normandie, lance les Bretons à l’assaut du rocher, qui en ressort dévasté. Pour effacer les terribles dommages de la reconquête, le souverain français ordonne la construction de la «Merveille», prodige gothique de 40 mètres de haut accroché à la falaise, accueillant des salles destinées aux visiteurs (pèlerins et invités prestigieux) ou à la vie monastique, dont le magnifique cloître suspendu. Arrivé en 1236 à la tête de l’abbaye, peu de temps après la fin du chantier, Richard Turstin obtient du pape des privilèges d’évêque et le droit de rendre la justice. Pour renforcer sa position, il enserre derrière un rempart le village qui se déploie en contrebas. XV e siècle Forteresse imprenable Alors que la guerre de Cent Ans (1337-1453) agite les royaumes de France et d’Angleterre, le Mont- Saint-Michel se retrouve aux avant-postes de la résistance. Déjà protégé par le mouvement des marées, le rocher s’est progressivement mué en forteresse, avec chemin de ronde et fortifications renforcées. Pendant vingt ans, les troupes anglaises, débarquées en Normandie en 1415, vont tenter de s’en emparer sans succès. À l’issue du conflit, les pèlerins et les dons affluent pour célébrer ce symbole de la victoire. Durement éprouvé, le Mont entame sa lente reconstruction, dans un impressionnant enchevêtrement architectural. Pour pouvoir s’emboîter sur les plans de la crypte qui le soutient, le nouveau chœur, gothique, de l’église romane est construit sur le modèle, antérieur, de la cathédrale d’Évreux, qui date du XIII e siècle. MM Acoustique divine Avec les deux vidéos du Mont-Saint- Michel – Le chant des pierres (2x5mn), également réalisées par Marc Jampolsky, expérimentez les phénomènes sonores qui font la magie du lieu. La première s’intéresse aux battements binauraux provoqués par les chants grégoriens (chaque oreille perçoit des sons de fréquences légèrement différentes) ; la seconde fait résonner la «voix des anges», constituée des harmoniques produites par l’architecture de l’église. Une expérience sensorielle exceptionnelle dans les pas de deux archéo-acousticiens. arte.tv/montsaintmichel  : XVIII e siècle Bastille des mers Si le Mont-Saint-Michel héberge des cachots depuis le Moyen Âge, sa vocation carcérale se renforce quand Louis XIV décide d’y écrouer des prisonniers politiques, surveillés par les moines eux-mêmes. À la Révolution, ces derniers sont chassés du rocher, qui devient propriété de l’État. Le domaine achève alors sa reconversion en centre de détention  : entre 1793 et sa fermeture en 1863, 14 000 prêtres réfractaires, prisonniers politiques et de droit commun s’y entasseront – jusque dans l’église – dans des conditions épouvantables, décrites comme une «double dégradation de l’homme et du monument» par Victor Hugo. Sauvé de la ruine par l’émergence de la notion de «patrimoine», le Mont-Saint-Michel, classé monument historique en 1874, bénéficie d’importants travaux de rénovation. La tour centrale de l’église est rebâtie, surmontée d’une flèche sur laquelle trône désormais l’étincelant archange Michel, achevant de donner au site une forme de triangle parfait. Manon Dampierre 7ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 DÉCEMBRE 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :