Arte Magazine n°2017-52 23 déc 2017
Arte Magazine n°2017-52 23 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-52 de 23 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : baie de minuit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
lundi 25 décembre ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 DÉCEMBRE 2017 18 17.10 Frank Sinatra Le crooner à la voix de velours Retour sur la vie tumultueuse du mythique crooner et acteur américain, entre zones d’ombre et de lumière. Fils d’immigrés italiens né près de New York, Frank Sinatra s’essaie d’abord à la boxe, avant de connaître ses premiers succès micro à la main. Au début des années 1950, son show télévisé fait un flop et le label qui l’a recruté le congédie. Mais il ne tarde pas à reprendre son ascension fulgurante grâce au septième art  : il obtient un Oscar pour Tant qu’il y aura des hommes (1953) de Fred Zinnemann, même si le bruit court alors qu’il aurait décroché son rôle grâce à la mafia. Qu’importe, la rumeur des liens qu’il entretient avec cette dernière confère à l’étoile montante sa part de mystère et de soufre. Adoré par les femmes, le leader du Rat Pack s’est marié quatre fois, notamment avec les actrices Ava Gardner et Mia Farrow. Crooner le plus célèbre de l’Amérique, «The Voice» s’éteint un jour de mai 1998, accédant au statut d’éternelle icône. Documentaire d’Annette Baumeister (Allemagne/États-Unis, 2015, 1h30mn) - (R. du 13/12/2015) GETTY IMAGES LUKAS BECK 18.40 Christmas in Vienna 2017 Porté par quatre grandes voix de la scène lyrique, le traditionnel gala du Konzerthaus de Vienne, avec des cantiques et chants de Noël du monde entier. L’édition 2017 du traditionnel gala «Christmas in Vienna» réunit cette année encore sur la scène du vénérable Konzerthaus de Vienne un quatuor de chanteurs d’envergure internationale  : la soprano Olga Peretyatko, la mezzosoprano Anne Sofie von Otter, le ténor Juan Diego Flórez et le baryton Günter Haumer. Ils interprètent des chants de Noël du monde entier, accompagnés du chœur de l’Académie de chant et des Petits Chanteurs de Vienne, ainsi que de l’Orchestre symphonique de la radio viennoise, sous la baguette de Stefan Gottfried. Concert (Autriche/France, 2017, 1h) - Direction musicale  : Stefan Gottfried - Avec  : Anne Sofie von Otter, Olga Peretyatko, Juan Diego Flórez, Günter Haumer, la Wiener Singakademie, les Wiener Sängerknaben et l’ORF Radio-Symphonieorchester Wien - Réalisation  : Felix Breisach - Coproduction  : ARTE GEIE, ORF
20.55 Cinéma Autant en emporte le vent Un monument du cinéma, quintessence du savoirfaire hollywoodien de l’âge d’or, sublimé par le couple incandescent et subtilement sulfureux formé par Vivien Leigh et Clark Gable. Géorgie, 1861. La guerre de Sécession, opposant les États du Nord et du Sud, est sur le point d’éclater. À Tara, dans la plantation de la famille O’Hara, Scarlett se prépare pour le bal donné aux Douze Chênes, la propriété des Wilkes. La jeune fille y attire tous les regards, et notamment celui de Rhett Butler, un richissime homme d’affaires. Mais Scarlett n’a d’yeux que pour Ashley, dont elle est amoureuse. Or, on annonce les fiançailles de ce dernier avec une autre, la jeune Melanie Hamilton. Au cours d’une entrevue, Scarlett lui déclare néanmoins son amour, mais il la repousse. Bientôt, la guerre éclate... ÉTERNELLE JEUNESSE Monument couronné par huit Oscars, Autant en emporte le vent est sans doute le film d’amour (ou de désir, car le double langage est constant) le plus célèbre de l’histoire du cinéma. WARNER BROS. L’incendie d’Atlanta, la fuite vers Tara, le travelling qui suit le départ de Scarlett pour dévoiler un immense champ de bataille semé de morts et de blessés, avant de s’arrêter sur un drapeau flottant au vent, celui de la confédération...  : la mise en scène – à laquelle ont participé George Cukor et Sam Wood, avant d’être congédiés pour incompatibilité avec l’orageux couple vedette – garde toute sa flamboyante efficacité, même quand on en connaît par cœur les séquences les plus spectaculaires, toujours aussi poignantes. Magnifiée par un Technicolor restauré pour la dernière fois en 1998, peu avant les 60 ans de ce chef-d’œuvre bientôt octogénaire, cette fresque sans temps mort représente la quintessence du savoir-faire hollywoodien de l’âge d’or. L’attraction du brûlant duo Clark Gable- Vivien Leigh demeure elle aussi intacte, comme le talent de Hattie McDaniel, première actrice noire récompensée d’un Oscar. Son merveilleux personnage de nounou avisée contrebalance discrètement l’absence totale – dans le livre comme dans le roman – de repentir politique sur la question de l’esclavage. Meilleurs film, réalisateur, scénario, actrice (Vivien Leigh), actrice dans un second rôle (Hattie McDaniel), décors, image, montage, Oscars 1940 (Gone with the Wind) Film de Victor Fleming (États-Unis, 1939, 3h34mn, VF/VOSTF) Scénario  : Sidney Howard, d’après le roman éponyme de Margaret Mitchell - Avec  : Vivien Leigh (Scarlett O’Hara), Clark Gable (Rhett Butler), Leslie Howard (Ashley Wilkes), Olivia De Havilland (Melanie Hamilton), Hattie McDaniel (Mammy) - Image  : Ernest Haller Décors  : Lyle R. Wheeler - Montage  : HalC. Kern Production  : David O. Selznick, MGM (R. du 26/12/2005) lundi 25 décembre ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 DÉCEMBRE 2017 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :