Arte Magazine n°2017-51 16 déc 2017
Arte Magazine n°2017-51 16 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-51 de 16 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : César.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°51. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 DÉCEMBRE 2017 6 César en pièces détachées Le bouillonnant César n’a cessé de renouveler son art, comme en témoigne le film de Stéphane Ghez diffusé par ARTE. Alors que s’ouvre la première rétrospective de l’artiste au Centre Pompidou, tour d’horizon en quatre pièces emblématiques avec Bénédicte Ajac, commissaire associée de l’exposition. « Esturgeon », 1954 « C’est l’une des premières œuvres de César. Elle compose son bestiaire fantastique, réalisé au début des années 1950, en fer soudé et forgé, avec des déchets métalliques. Pour cet étudiant désargenté, ces rebuts constituent un matériau qui ne coûte rien et qu’il trouve en abondance dans la banlieue parisienne. Exposée en 1954 dans la cour de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Esturgeon remporte le prix des Trois Arts et attire l’attention du galeriste Lucien Durand. Celui-ci installe l’œuvre dans sa propre cour et organise la première exposition du jeune artiste, alors âgé de 33 ans. L’année suivante, le Musée national d’art moderne achète l’œuvre, offrant au sculpteur le début d’une importante reconnaissance. Picasso, auquel César voue une grande admiration, remarque aussi ces sculptures et contribue à lancer sa carrière. » GRAZIANO ARICI/LEEMAGE/CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI/GEORGES MEGUERDITCHIAN/DIST. RMN-GP/SBJ/ADAGP, PARIS 2017
CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI/ADAM RZEPKA/DIST. RMN-GP/SBJ/ADAGP, PARIS 2017 - CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI/GEORGES MEGUERDITCHIAN/DIST. RMN-GP « Compression ‘Ricard’ », 1962 « En 1961, César réalise ses compressions dirigées, choisissant lui-même les éléments qui les composent ainsi que le degré de presse, à l’image de cette Compression « Ricard » où l’on distingue des calandres, des pare-chocs, etc. Les compressions constituent l’un des plus importants chantiers de l’artiste. Les premières, faites de trois balles prises au hasard dans une casse automobile, et exposées au Salon de mai en 1960, provoquèrent un tollé dans le monde de l’art et chez le public. César, qui a rejoint le groupe avant-gardiste des Nouveaux Réalistes fondé la même année, décline ce geste artistique sous de nombreuses formes  : galettes, totems, bijoux en or, statuette de la cérémonie des César… Il utilise aussi des déchets urbains  : cagettes, cartons, affiches, etc. L’artiste pour qui « recommencer n’est jamais refaire » compresse également des véhicules neufs, comme la quinzaine de voitures qu’il commande chez Fiat. Il fait peindre chacune d’elles en monochrome pour l’apothéose de sa carrière que constitue La suite milanaise en 1998. Les compressions prouvent à quel point César se renouvelle sans cesse, même quand il poursuit une démarche identique. » L’exposition « César » se déroulera au Centre Pompidou du 13 décembre 2017 au 26 mars 2018. « Pouce », 1965 « C’est en se promenant sur les quais de Paris, alors qu’il est en train de chercher une nouvelle forme pour une exposition sur le thème de la main, que César aperçoit une bouée en train d’être moulée. Lui vient alors l’idée de réaliser un moulage en résine de son pouce et de le faire agrandir avec un pantographe, outil utilisé traditionnellement pour copier et agrandir les sculptures. Ce doigt devient son empreinte emblématique, qu’il décline dans toutes les tailles – jusqu’à 12 mètres de hauteur pour celui du parvis de La Défense – et toutes les matières  : or, marbre, nickel, plastique, sucre ou encore bronze, comme ce pouce de 2,5 mètres datant de 1965. Selon le même principe, l’artiste entreprend l’année suivante le moulage du sein d’une danseuse du Crazy Horse qu’il agrandit à 5 mètres de diamètre, en acier inoxydable, pour l’usine Rochas à Poissy. Le Centre Pompidou présentera sur son esplanade un pouce en bronze poli haut de 6 mètres, spécialement tiré pour la rétrospective de l’artiste. Il sera ensuite installé devant le Rockefeller Center à New York. » César - Sculpteur décompressé paraît en DVD le 5 décembre. Dimanche 17 décembre à 17.35 Documentaire César Sculpteur décompressé Lire page 14 « Expansion n°14 », 1970 « Les expansions se caractérisent par deux périodes distinctes, César passant d’un extrême à l’autre et n’étant jamais vraiment là où on l’attend. À l’origine, il découvre un nouveau matériau, la mousse de polyuréthane, un dérivé du plastique. Lorsqu’il y ajoute du fréon, un élément accélérateur, elle produit une mousse qui gonfle de manière impressionnante, mais qui se fige rapidement et qui n’est pas solide. De 1967 à 1969, César se lance dans des happenings et réalise d’abord en public ses expansions avec ce côté éphémère, auquel il tient. Les spectateurs s’arrachent les morceaux qu’il découpe et leur offre. Par la suite, il souhaite pérenniser ces œuvres. Il modifie alors son approche en les travaillant avec un lissage méticuleux et précis pour leur donner une apparence parfaite comme celle de cette Expansion n°14 qui évoque une sculpture en marbre. » Propos recueillis par Laure Naimski 7ARTE MAG N°51. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 DÉCEMBRE 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :