Arte Magazine n°2017-51 16 déc 2017
Arte Magazine n°2017-51 16 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-51 de 16 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : César.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 17 décembre ARTE MAG N°51. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 DÉCEMBRE 2017 14 GAMMA RAPHO/SBJ ADAGP, PARIS, 2017 17.35 Le documentaire culturel César Sculpteur décompressé Vingt ans après la mort de César, ce documentaire retrace, avec le bagout de son attachant inspirateur, l’œuvre révolutionnaire d’un artiste instinctif. Rien ne destinait cet enfant né à Marseille en 1921, et issu d’un milieu modeste, à devenir un artiste d’avant-garde. À 12 ans, celui qui s’appelle encore César Baldaccini travaille dans un bar pour aider son père, mais étudie aussi le dessin. En 1943, il monte à Paris et s’inscrit aux Beaux-Arts. Il choisit la sculpture, un art dispendieux pour cet étudiant désargenté. Dès les années 1950, il façonne de fins animaux à partir de débris métalliques ramassés dans les usines. Cet alliage entre son imaginaire méditerranéen et ces matériaux industriels lui vaut d’être remarqué par Picasso. Mais en 1960, cet instinctif, désormais en vogue, opère une mutation radicale. Fasciné par les presses hydrauliques, il présente trois voitures compressées au Salon de mai. L’artiste s’efface devant la machine, et l’esthétique morbide de la casse irradie la sculpture. Tollé ! COMPRESSIONS ET EMPREINTES En un demi-siècle, César va dynamiter le socle de la sculpture classique. Vingt ans après sa mort, ce documentaire retrace les grands axes de son œuvre  : fers soudés, compressions, empreintes (dont le pouce haut de 12 mètres, que César, adepte du monumental, jugeait petit à côté des tours de La Défense) et expansions. À l’aide d’archives savoureuses, d’éclairages de proches et d’experts – le directeur du Centre Pompidou Bernard Blistène, la critique d’art Catherine Millet, l’architecte Jean Nouvel, sa dernière compagne Stéphanie Busuttil – il rend à César ce qui lui revient  : des révolutions artistiques majeures, longtemps occultées par le personnage médiatique haut en couleur que l’artiste s’était forgé. Lire page 6 Documentaire de Stéphane Ghez (France, 2017, 52mn) - Sur une idée de Françoise Docquiert - Coproduction  : ARTE France, Centre Pompidou, Éclectic Production En partenariat avec g L’exposition « César » se déroulera au Centre Pompidou du 13 décembre 2017 au 26 mars 2018. 18.30 Maestro Bal viennois avec l’Orchestre de Paris Sur des airs de Strauss ou d’Offenbach, la Philharmonie se transforme en prestigieuse piste de danse pour une soirée virevoltante. Le 8 juin dernier, la Philharmonie de Paris accueillait un concert au format exceptionnel, à la croisée de la fête et du bal de prestige. L’Orchestre de Paris y accompagne un couple de chanteurs pétillants, la soprano Annette Dasch et le ténor Cyrille Dubois, réunis autour d’un programme de valses parmi les plus populaires des répertoires français et allemand. L’originalité de la soirée tient à ce que Thomas Hengelbrock, avec les compositions de JohannStrauss, puis Annette Dasch et Cyrille Dubois, avec les airs d’opérette de Franz Lehár, Emmerich Kálmán et Jacques Offenbach, invitent le public à danser. Le parterre de la Philharmonie prend alors des airs de piste de bal et la soirée viennoise devient enjouée, franchement festive, avec des couples virevoltant et des spectateurs vibrant à l’unisson. Un ravissement. Concert (France, 2017, 43mn) Réalisation  : Julien Condemine Direction  : Thomas Hengelbrock Avec  : Philippe Aïche (violon solo), Annette Dasch (soprano), Cyrille Dubois (ténor) - Production  : Orchestre de Paris, Gingerlemon, Euromedia, Mezzo, en association avec ARTE France et La Cité de la Musique-Philharmonie de Paris En partenariat avec 20.05 360° GEO Arcachon, le berceau des huîtres MEDIENKONTOR/F. REINHARDT 360° GEO part sur les traces du virus qui décime les huîtres du bassin d’Arcachon. Les huîtres ont beau compter parmi les plats préférés des Français, les producteurs du bassin d’Arcachon n’en sont pas moins dans une situation critique. Le coupable  : un virus qui détruit une grande partie de leur récolte JULIEN PHILIPPY tg et les empêche d’approvisionner les tables des fêtes de fin d’année. Les revenus des ostréiculteurs fondent comme neige au soleil, la concurrence fait rage. Alors que les scientifiques et les éleveurs tentent de trouver un remède contre la bactérie tueuse, les unités spéciales de la brigade maritime patrouillent à la recherche de voleurs d’huîtres. 360° GEO a suivi les éleveurs de la côte atlantique dans leur lutte pour la survie. Reportage de François Reinhardt (Allemagne/France, 2013, 43mn) (R. du 21/12/2013)
20.55 Cinéma Cycle JosephL. Mankiewicz Le reptile Ce western hirsute et corrosif ouvre le cycle qu’ARTE consacre au raffiné JosephL. Mankiewicz. Plus qu’une curiosité, un petit joyau d’humour misanthrope, avec Kirk Douglas et Henry Fonda. WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. Le hold-up commis par Paris Pitman Jr. chez un riche propriétaire s’est remarquablement déroulé  : il a volé 500 000 dollars et tous ses complices sont morts, ayant joué luimême de la gâchette pour les y aider. Il cache son butin dans une fosse à serpents, mais, peu discret et trop débauché, il est reconnu en ville par sa victime. Direction la case prison, en plein désert de l’Arizona. Son seul objectif désormais  : s’évader et récupérer son magot. SATIRE... DANS TOUS LES SENS Lorsqu’on songe au raffinement d’Ève et de La Comtesse aux pieds nus, ou aux aristocrates qui composent nombre de ses films, ce n’est pas sans délectation que l’on observe JosephL. Mankiewicz poser sa caméra dans la fange des prisons américaines du XIX e siècle et se colleter à la rudesse comportementale des cow-boys de l’Arizona. Mais sueur, sang et poussière n’y changeront rien, Mankiewicz reste lui-même et compose une délectable satire de western où toute morale est copieusement foulée aux pieds (éperonnés). Trahisons, duperies et cupidité mènent le bal et trouvent en Kirk Douglas un « M. Déloyal » de première main. Une farce cynique et jubilatoire. (There Was a Crooked Man...) Film de JosephL. Mankiewicz (États-Unis, 1970, 1h59mn, VF/VOSTF) - Scénario  : David Newman, Robert Benton - Avec  : Kirk Douglas (Paris Pitman Jr.), Henry Fonda (Woodward Loperman), Hume Cronyn (Dudley Whinner), Burgess Meredith (« Missouri Kid ») , John Randolph (Cyrus McNutt), Lee Grant (Mme Bullard), Martin Gabel (Warren LeGoff) Production  : Warner Bros 1950 TWENTIETH CENTURY FOX OPERA NATIONAL DE PARIS I 22.55 Cinéma Cycle JosephL. Mankiewicz La porte s’ouvre Un jeune médecin noir confronté au racisme dans une petite ville américaine. Un thriller tendu et courageux qui sert de baptême du feu à l’acteur Sidney Poitier. Le docteur Luther Brooks, jeune interne noir, est appelé au chevet de deux truands blessés par balle, Ray Biddle et son frère John. Lorsque John meurt, Ray accuse le docteur de l’avoir sciemment tué. Il va réussir à déclencher une campagne de dénigrement raciste et des émeutes. Luther Brooks va tout tenter pour démontrer son innocence. CHARGE ANTIRACISTE À travers ce film antiraciste, longtemps interdit dans le sud des États-Unis et mis au rancart par la télévision américaine, JosephL. Mankiewicz s’opposait avec courage au code Hays préconisant de montrer l’Amérique sous un jour 0.40 Opéra La fille de neige Sur la scène de l’Opéra Bastille, l’œuvre de Rimski-Korsakov étincelle de tous ses feux. Une féerie lyrique mise en scène par le Russe Dmitri Tcherniakov. En des temps immémoriaux, dans le fabuleux royaume dutsar Berendei, naquit Snegourotchka, fruit des amours de la fée Printemps et du vieil Hiver. Protégée par ses parents de la., MIVBIMMIlmi..- i- positif. Mais tout autant qu’à l’intolérance frontale et assumée, c’est à la haine absurde que La porte s’ouvre s’attaque, avec une efficacité consommée. Pour son premier rôle au cinéma, Sidney Poitier hérite d’un rôle fort, se retrouvant dans l’œil du cyclone entre les attentes d’une élite blanche progressiste et le rejet d’une bonne partie de la population, conservatrice. Puissant. (No Way Out) Film de JosephL. Mankiewicz (États-Unis, 1950, 1h42mn, VOSTF, noir et blanc) Scénario  : JosephL. Mankiewicz, Lesser Samuels - Avec  : Sidney Poitier (le docteur Luther Brooks), Richard Widmark (Ray Biddle), Linda Darnell (Edie Johnson), Stephen McNally (le docteur Daniel Wharton), Harry Bellaver (George Biddle, le sourd-muet), Stanley Ridges (le docteur Sam Moreland) Production  : 20th Century Fox I jalousie du dieu soleil Yarilo qui promit de réchauffer son cœur lorsqu’elle tomberait amoureuse, Snegourotchka, la « fille de neige », est confiée à l’Esprit des bois... (Snegourotchka) Opéra de Nicolaï Rimski-Korsakov (France, 2017, 3h20mn, VOSTF) - Direction musicale  : Mikhaïl Tatarnikov - Mise en scène  : Dmitri Tcherniakov - Avec  : Aida Garifullina (Snegourotchka), Yuriy Mynenko (Lel), Martina Serafin (Kupava), l’orchestre et les chœurs de l’Opéra national de Paris, la Maîtrise des Hauts-de-Seine - Réalisation  : Andy Sommer - Coproduction  : ARTE France, Opéra national de Paris, Bel Air Média dimanche 17 décembre ARTE MAG N°51. LE PROGRAMME DU 16 AU 22 DÉCEMBRE 2017 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :