Arte Magazine n°2017-48 25 nov 2017
Arte Magazine n°2017-48 25 nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-48 de 25 nov 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : traversée fantastique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
mardi 28 novembre ARTE MAG N°48. LE PROGRAMME DU 25 NOVEMBRE AU 1 ER DÉCEMBRE 2017 18 20.50 Thema Cholestérol  : le grand bluff Comment le cholestérol a été érigé en coupable idéal des maladies cardio-vasculaires par une série d’approximations scientifiques. Un dogme dont un nombre croissant de chercheurs dénoncent les dangers. SZEPY Soirée présentée par Émilie Aubry Le cholestérol, que tout un chacun se représente comme un excès de mauvaise graisse, est désigné depuis les années 1950 comme responsable des maladies cardiovasculaires. Or, un nombre croissant de chercheurs dénoncent ce qu’ils considèrent comme un vaste mensonge, façonné par une série d’approximations scientifiques et par de puissants intérêts économiques, de l’industrie agroalimentaire d’abord, des laboratoires pharmaceutiques ensuite. Les facteurs avérés de risque, affirment ces recherches, sont en réalité le tabac, l’hypertension, l’obésité et le manque d’exercice. Mais depuis la mise sur le marché, en 1993, de nouveaux traitements anticholestérol, les statines, une écrasante majorité de médecins mise sur leur prescription avant toute autre mesure préventive. Or, les fabricants eux-mêmes commencent à reconnaître qu’elles peuvent entraîner des effets secondaires graves. MANIPULATIONS Pour démonter ce qui a constitué pendant plus d’un demi-siècle un dogme inattaquable, Anne Georget donne la parole à une quinzaine de spécialistes (chercheurs en médecine, cardiologues, journalistes médicaux, nutritionnistes...) qui expliquent ce que l’on sait du cholestérol et réfutent à la fois, études à l’appui, ce qu’ils estiment être des conclusions scientifiques biaisées. Les études cliniques des statines ont par exemple été financées à 80% par les laboratoires qui avaient le plus intérêt à ce qu’elles s’avèrent positives. Dense et documentée, une roborative enquête à décharge. Prix du public, Parisciences 2017 Documentaire d’Anne Georget (France, 2016, 1h22mn) - Coproduction  : ARTE GEIE, Quark Productions - (R. du 18/10/2016) Suivi d’un entretien à 22.15. CESAR CARRION 22.35 Colombie, le silence des armes Un an après la ratification de l’accord de paix entre le gouvernement de Bogotá et les Farc, une immersion exceptionnelle dans les coulisses des longues et difficiles négociations qui l’ont engendré. « La porte du dialogue n’est pas fermée à clé. » Après avoir soutenu la politique sécuritaire d’Álvaro Uribe et mené, au poste de ministre de la Défense, une lutte acharnée contre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Juan Manuel Santos prenait de court ses compatriotes avec cette main tendue, esquissée lors de son discours d’investiture à la présidence, le 7 août 2010. Six ans plus tard, le 26 septembre 2016, le dirigeant colombien et les chefs de la guérilla signaient un accord historique mettant fin à plus d’un demi-siècle d’un conflit qui a viré à la « guerre sale » et martyrisé le pays, au prix de millions de victimes assassinées, enlevées ou déplacées. Rejeté de peu par une population tiraillée entre espoir, épuisement et rancœur, cet accord de paix, remanié, a été définitivement adopté par le Congrès fin novembre 2016. Mais comment tournet-on une page aussi sombre ? Comment punir les criminels, et prendre en compte la souffrance des victimes, sans compromettre la paix ? Quelle place accorder dans la société et la vie politique à ceux qui ont pris les armes ?
NI VAINQUEURS NI VAINCUS Journaliste colombienne marquée, comme tous ses compatriotes, par la violence du conflit, Natalia Orozco a obtenu un accès exceptionnel aux coulisses des « dialogues de paix », organisés à Oslo et La Havane. Entre avancées et coups d’arrêt, elle a recueilli, quatre ans durant, les points de vue des commandants des Farc (Pastor Alape, Iván Márquez, Timoleón Jiménez, dit Timochenko...) et des émissaires du gouvernement colombien – jusqu’au président Santos, nobélisé en 2016 pour son action –, sans éluder les sujets de tension. À la fois personnelle et remarquablement équilibrée, cette chronique, pétrie de suspense et d’émotion, dessine en filigrane l’histoire douloureuse de la Colombie et brasse des questionnements universels sur la fabrication de la paix, avec ses indispensables compromis, ses repentirs et ses prises de conscience. Comme celle exprimée par le commandant des Farc Carlos Lozada au sujet de ses anciens ennemis, combattus à distance pendant des décennies  : « C’est différent quand on se retrouve face à eux. Quand on a l’occasion de se rendre compte que, indépendamment du fait que nous avons été dans des camps opposés, nous sommes deux êtres humains... » Lire page 9 Documentaire de Natalia Orozco (France, 2017, 57mn) - Coproduction  : ARTE France, Alegria Productions, Pulso Mundo, RCN Colombie 23.35 Mexique, justice pour les disparus Comment sauver le Mexique, en proie à une criminalité et une corruption institutionnalisées ? Des militants des droits de l’homme en appellent à la justice internationale. Saisissant. Depuis 2006, année de l’élection du président Felipe Calderón – auquel a succédé Enrique Peña Nieto en 2012 –, plus de 200 000 victimes et 32 000 disparus ont été recensés au Mexique, pays le plus meurtrier au monde après la Syrie. Assassinats, tortures, enlèvements, déplacements de populations  : en dix ans, les violences ont atteint un paroxysme sans précédent. À côté des narcotrafiquants, les forces de l’État apparaissent aussi responsables de cette descente aux enfers, en nourrissant une corruption endémique et une impunité quasi totale – 98% des crimes restent non résolus. Sous l’égide de la Fédération NARRATIO FILMS/MEDIA RES internationale des droits de l’homme, José Guevara, Michael Chamberlain et Ariana Garcia ont travaillé des années durant auprès des familles de victimes et des associations locales pour rassembler des preuves. ULTIME ESPOIR Cette enquête raconte le combat acharné des défenseurs des droits de l'homme pour réunir des témoignages et saisir la Cour pénale internationale. Ils espèrent ainsi faire comparaître les plus hautes autorités de leur 0.30 Société Qui va m’aimer désormais ? SHUKI GUZIK, 411. e "'ee-14111 Rejeté à cause de son homosexualité par sa famille très religieuse, Saar tente de rentrer en Israël après des années à vivre pleinement son identité. Une relecture moderne de la parabole du fils prodigue. Il y a dix-sept ans, Saar a révélé à ses proches qu’il était homosexuel et qu’il ne croyait plus en Dieu. Rejeté par sa famille, des juifs orthodoxes très pratiquants, et chassé du kibboutz religieux où il vivait, il s’est alors installé au Royaume-Uni, où il a construit une nouvelle vie autour de sa « deuxième pays sur les bancs des accusés. Un défi aussi titanesque que crucial pour l’avenir d’un Mexique en quête de dignité. « On pourrait dire qu’il est comme une fosse commune sur laquelle nous marchons, nous, citoyens, sans aucune sécurité », affirme l’écrivain Javier Sicilia, qui a perdu son fils, lui aussi assassiné sans que justice soit rendue. Documentaire d’André Chandelle et Patrick Remacle (France, 2017, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, RTBF, Narratio Films, Media Res famille », la célèbre chorale gay de Londres. Déclaré séropositif suite aux excès d’une douloureuse rupture, le fils prodigue, désormais âgé de 40 ans, cherche à retourner chez lui. Entre peurs et préjugés, comment sera-t-il accueilli par les siens ? Documentaire de Barak Heymannet Tomer Heymann(Israël, 2013, 58mn) mardi 28 novembre ARTE MAG N°48. LE PROGRAMME DU 25 NOVEMBRE AU 1 ER DÉCEMBRE 2017 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :