Arte Magazine n°2017-47 18 nov 2017
Arte Magazine n°2017-47 18 nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-47 de 18 nov 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : robin des toits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°47. LE PROGRAMME DU 18 AU 24 NOVEMBRE 2017 6 Naissance d’un super-héros Il vole d’un toit à l’autre, porte un masque… Il ne s’appelle pas Batman mais Robin. Ce jeune adepte du parkour*se lance par amour dans un combat pour la justice. Rencontre avec Alice Douard, réalisatrice de ce téléfilm powerful. 11 Alice Douard Vendredi 24 novembre à 20.55 Robin Lire page 20 Votre fiction est-elle une version française des films de super-héros anglo-saxons ? Alice Douard  : Film d’amour et d’aventures, Robin emprunte davantage encore au genre du justicier, pour aborder une réalité française dramatique, le scandale de l’amiante. Mais c’est exact, nous avons repris de nombreux codes propres aux super-héros des blockbusters  : orphelin élevé par sa tante, Robin pratique le parkour, un sport extrême, en solitaire et en secret, ce qui l’oblige à mentir à ses proches. Contrairement à Spider-Man, par exemple, il n’a pas de pouvoirs particuliers, à part ses capacités physiques… C’est par amour pour son ex-petite amie, dont le père se meurt d’un cancer, que ce jeune homme un peu naïf et inconscient devient justicier. Il agit d’abord un peu égoïstement, puis prend conscience, avec le procès de l’amiante qui s’ouvre dans sa ville, qu’il existe une cause plus importante, plus vaste. Qu’attendiez-vous de YoannZimmer, votre interprète principal ? Avec le parkour, discipline très exigeante, des années d’entraînement sont nécessaires pour réussir ce que Robin est censé réaliser dans le film. Comme Yoannn’est pas un traceur – ainsi qu’on appelle ceux qui pratiquent ce sport –, mais un formidable comédien, il s’est entraîné intensivement pendant deux mois afin de rendre crédibles à l’écran l’amorce de ses mouvements, la souplesse de sa démarche, ses gestes, son attitude. Les cascades ont été réalisées par un professionnel, Clément Dumais. Votre héros est profondément ancré dans la réalité sociale contemporaine… Quelle a été la genèse de ce film hybride ? J’ai rencontré les deux auteurs, Thomas Finkielkraut et Maxime Caperan, à la Fémis, où j’ai étudié la réalisation. Thomas, dont la mère avocate a défendu des victimes de l’amiante, souhaitait écrire une histoire sur le sujet. Maxime, lui, voue une passion aux films de genre. Ils ont donc imaginé ce film qui croise leurs désirs, avec une part de comédie et une part de romance. S’ils ont d’abord eu en tête un personnage plus viril, ils ont apprécié ma proposition de donner à Robin une touche de poésie, avec un côté aérien, ludique aussi, et de souligner son décalage avec la réalité. Nous n’avions envie d’être ni chez les frères Dardenne ni chez Marvel, mais d’inventer une fiction originale, un peu hybride, autour d’un super-héros à la française. Propos recueillis par Marie Gérard * Discipline sportive, qui consiste à franchir des obstacles urbains ou naturels, sans matériel. CINÉTÉVÉ
Matthieu Godet EXCLUSIVITÉ NUMÉRIQUE P"Tlel:14,1,1wp, il dr* G. RI11051141111 251.11.111 gaie I ege Dee 174.1":"/Mr à Darius plutrffl. eter Par31}14:14.5.1à. vJ I Rupsve., L’odyssée de Nour Enterre-moi mon amour, fiction interactive sur smartphone, fait vivre intensément le périple vers l’Europe d’une jeune migrante en suivant le fil de sa messagerie instantanée. Une histoire d’amour, d’espoir et d’exil. Fiction interactive Enterre-moi mon amour Disponible le 26 octobre, au prix de 3,49  € , sur l’AppStore et Google Play. Une introduction de 20 minutes racontant le quotidien de Nour avant son départ est accessible sur arte.tv/enterre-moi-mon-amour Fiction interactive (France, 2017) - Producteur/Game designer  : Florent Maurin - Auteur  : Pierre Corbinais - Développeurs  : Paul Joannon et Thomas Altenburger - Illustrateur  : Matthieu Godet - Coproduction  : ARTE France, The Pixel Hunt, Figs Nour, Syrienne de 27 ans, quitte Homs en pleine guerre civile le 4 mars 2016, pour gagner l’Europe. La jeune femme laisse derrière elle son mari Majd, resté sur place. Ils vont correspondre intensément grâce à une application de messagerie installée sur leurs smartphones. Elle lui fait partager minute par minute son parcours mais aussi ses doutes et ses angoisses. Lui l’encourage et l’aide, en la conseillant et en lui communiquant des informations. Coproduit par ARTE France, The Pixel Hunt et Figs, Enterre-moi mon amour, phrase d’adieu arabe qui signifie «prends soin de toi» et «ne t’avise surtout pas de mourir avant moi», est une fiction interactive. Sur le mode d’une conversation de messagerie instantanée, elle plonge dans la réalité de la migration pour parler d’espoir, d’amour et d’exil. En s’immisçant dans la discussion des deux protagonistes, on ressent de l’empathie pour eux et on perçoit les risques et l’intensité du périple vers l’Europe. Sur son chemin, que l’on peut suivre sur une carte en parallèle, Nour distille des informations qui permettent de mieux appréhender le détail de son parcours (les itinéraires, les conditions matérielles), le rôle des ONG ou l’imbroglio administratif lié à la migration. Son personnage met aussi l’accent sur la problématique des femmes seules, de plus en plus nombreuses sur les routes de l’exil. Conçue pour smartphone, cette œuvre hybride s’inspire d’un article du Monde.fr, dans lequel la journaliste Lucie Soullier avait reconstitué le périple de Dana S., réfugiée syrienne en Allemagne, à travers son fil WhatsApp. Toutes deux ont conseillé les auteurs, Pierre Corbinais et Florent Maurin, afin de rendre les faits et les personnages crédibles. «Nous nous sommes appuyés sur diverses sources et sur l’expérience de Dana qui a validé l’intégralité des 110 000 mots que nous avons écrits», précise Florent Maurin, ancien journaliste, game designer et fondateur de The Pixel Hunt. RÉCIT IMMERSIF L’expérience est troublante de réalisme. Comme si l’on incarnait Majd, nous recevons messages et notifications de Nour sur notre téléphone et nous nous tenons ainsi au courant de l’avancée de son voyage. Ces échanges s’inspirent des codes de la discussion par messagerie instantanée (smiley, selfies, emojis, photos…). Puis des propositions de réponse apparaissent  : il faut alors aider l’héroïne dans ses choix complexes. Quelle route est la plus sûre ? À qui se fier ? Des conseils cruciaux, car ils permettront peutêtre à Nour d’arriver à bon port. Mais elle ne les suivra pas toujours, réservant des surprises jusqu’au bout de l’histoire dont il existe dix-neuf fins possibles. Hélène Porret 7ARTE MAG N°47. LE PROGRAMME DU 18 AU 24 NOVEMBRE 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :