Arte Magazine n°2017-45 4 nov 2017
Arte Magazine n°2017-45 4 nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-45 de 4 nov 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Arte radio a 15 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°45. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 NOVEMBRE 2017 8 Objet d’une soirée sur ARTE, le film Wall Street d’Oliver Stone, sorti en 1987, a fait émerger la figure du trader. Rivalisant avec les mafieux, ce héros maléfique du monde de l’argent échauffe l’imaginaire de nombreux cinéastes. La cote des traders au cinéma Dimanche 5 novembre à 20.55 Programmation spéciale Soirée « Wall Street » Lire pages 14-15 Autrefois, on les appelait agents de change. Mis à part Alain Delon, boursicoteur au charme ténébreux de L’éclipse d’Antonioni en 1962, le cinéma leur accordait le plus souvent des rôles de passemurailles aigris, s’enhardissant à de médiocres escroqueries. Mais en 1987, Oliver Stone fait, avec Wall Street, s’envoler le cours du trader. Alors que la finance, en pleine euphorie reaganienne, range le capitalisme industriel au rayon des affaires classées, Gordon Gekko, rôle qui vaudra un Oscar à Michael Douglas – coupe gominée, lignes de coke et appétit carnassier –, s’impose comme la nouvelle icône américaine. Scarface de la corbeille boursière à l’aube de l’ère numérique, amateur d’art et de champagne, ce pionnier inaugure une série de figures plus ou moins flamboyantes, naviguant au bord du gouffre, dans les sombres arcanes du monde de l’argent roi. VERTIGES BOURSIERS En 1999, Trader de James Dearden chronique la splendeur et la chute du Britannique Nick Leeson, qui conduisit à la banqueroute la Barings, la plus ancienne banque d’affaires d’Angleterre. Entre comédie et thriller, Les initiés de Ben Younger met en scène les arnaques d’une bande de golden boys fébriles et un peu benêts, quand le raider serial killer d’American Psycho (2000), adaptation par Mary Harron du roman culte de Bret Easton Ellis, dépèce, avec le même sadisme glacé, sociétés et individus. La vertigineuse dramaturgie de la crise de 2008 accentue la tendance, entre fascination et dénonciation. En 2011, Charles H. Ferguson remporte un Oscar pour son documentaire Inside Job, brillant décryptage du désastre, tandis qu’Oliver Stone récidive – et déçoit − avec Wall Street  : l’argent ne dort jamais. Écho à la faillite de Lehman Brothers, Margin Call de J.C. Chandor, de son côté, conte l’affolement des marchés, contaminés par des actifs toxiques, dans un compte à rebours haletant précédant la crise des subprimes. Avant que Martin Scorsese et Leonardo DiCaprio, en trader shooté magnifique et lubrique, ne raflent la mise en 2013 avec Le loup de Wall Street. Rafales et hémoglobine en moins, le genre emprunte ses codes au film de mafia − costards rayés, flots d’alcool, filles et fêtes dantesques. Mais face à ces jeunes requins de la finance aux victimes invisibles, les parrains d’hier ont pris un coup de vieux. Sylvie Dauvillier FOLAMOUR PRODUCTIONS
Comment jouer les durs quand on a un mental de Bisounours ? C’est l’équation impossible que tente de résoudre, en gribouillages et punchlines potaches, Eustache, le héros de la websérie Dawaland. Dessine-moi un « badass » Dur dur d’être un gentil. Pour Eustache, conteur survolté de la nouvelle pastille humoristique d’ARTE, la vie quotidienne fourmille pourtant d’occasions de prouver qu’il est un badass (dur à cuire)  : « Un mec qui porte des lunettes fumées et qui prend des poses ras-la-confiance ! » Mais n’est pas gros bras qui veut. Dès qu’il tente d’en imposer à ses congénères, sa vraie nature de guimauve refait surface. Foncièrement inadapté au mal, Eustache finit toujours par reculer face au danger dans d’hilarantes pantalonnades. Avec ce gimmick scénaristique, les trois auteurs de Dawaland – Jean-Baptiste Saurel, Jean Chauvelot et Eugène Riousse – décrivent un monde foutraque et jubilatoire, plein de bruit et de fureur feinte. GASTON LAGAFFE SOUS AMPHÈTE Dans cette websérie courte (30x2mn) coproduite par ARTE France, Kazak Productions et Tataki RTS, Nicolas Bole Eustache – que tout le monde, à son grand dam, surnomme « Tatache » – raconte à une vitesse supersonique ses aventures rocambolesques avec son moniteur d’auto-école, son prof de krav-maga ou EXCLUSIVITÉ NUMÉRIQUE ses essais avortés de ne pas dire bonjour dans Websérie d’animation l’ascenseur (« Purée, c’est hyper dur d’être désagréable ! »). Muni d’une simple feuille A4 et d’une Dawaland armada de crayons, le dessinateur Jean Chauvelot L’histoire d’un mec gentil rend vivantes, en quelques traits gribouillés, des qui voulait devenir un badass situations plus cocasses les unes que les autres. En ligne le 16 octobre En partenariat avec hrocicuptIbles Dawaland séduit par son inventivité, son écono- sur arte.tv/dawaland 9 mie de moyens, la fulgurance de ses punchlines et l’hystérie verbale de son héros de papier. Comme la série est conçue en live sketching (dessin en direct), les traits se superposent dans un joyeux « dawa » (l’équivalent de « bordel » en argot moderne). La voix intérieure d’Eustache jacte à un rythme si effréné que la vidéo est accélérée pour la suivre ! Véritable Gaston Lagaffe sous amphétamines, cet antihéros devient vite attachant, tant il ressemble à chacun d’entre nous. Par peur, respect ou lâcheté, Eustache ne parvient jamais à être le badass qu’il fantasme. Lorsque des cambrioleurs, qu’il espérait faire prendre « leurs pieds-de-biche à leur cou », lui intiment l’ordre de déclarer sa flamme à sa voisine, on se dit que, finalement, il y a du bon à vivre dans le monde un brin surréaliste de Tatache… ARTE MAG N°45. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 NOVEMBRE 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :