Arte Magazine n°2017-43 21 oct 2017
Arte Magazine n°2017-43 21 oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2017-43 de 21 oct 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Oblomov.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 25 octobre ARTE MAG N°43. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 OCTOBRE 2017 20 LA CAMERA DELUXE 20.55 Cinéma Asphalte Dans une cité HLM, trois êtres solitaires font chacun une rencontre improbable. Un petit bijou surréaliste et tendre, porté par des acteurs formidables – Huppert, Kervern, Bruni Tedeschi... En périphérie d’une grande ville, l’ascenseur d’un immeuble HLM décrépi tombe en panne. Trois habitants font alors chacun une rencontre qui bouleverse leur quotidien. Sternkowitz quittera-t-il son fauteuil roulant pour l’amour d’une infirmière de nuit ? Charly, l’adolescent délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice des années 1980 ? Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Mme Hamida ? COMÉDIE POÉTIQUE En partie inspiré de son autobiographie, Chroniques de l’asphalte, le film de Samuel Benchetrit compose une très jolie comédie, à la fois étrange et poétique. « J’avais envie de raconter la banlieue différemment à travers des personnages qu’on n’a pas l’habitude de voir quand on aborde ce sujet », explique-t-il. Articulé autour de trois duos, le récit, au ton laconique, cultive le décalage entre un contexte réaliste et des situations absurdes. Comme cette scène savoureuse dans laquelle le cosmonaute américain tente de dépasser la barrière de la langue pour révéler à Mme Hamida, retraitée algérienne incarnée par la splendide Tassadit Mandi, la suite de son feuilleton préféré, Amour, gloire et beauté. Dans ce film délicat, tous les comédiens sont impeccables, avec une mention particulière pour le débutant Jules Benchetrit, fils du cinéaste écrivain et de la comédienne Marie Trintignant, excellent en ado sauvage et solitaire. Lire page 4 Film de Samuel Benchetrit (France, 2015, 1h36mn) - Scénario  : Samuel Benchetrit et Gabord Rassov, d’après Chroniques de l’asphalte de Samuel Benchetrit - Avec  : Isabelle Huppert (Jeanne Meyer), Gustave Kervern (Sternkowitz), Valeria Bruni Tedeschi (l’infirmière), Jules Benchetrit (Charly), Tassadit Mandi (Mme Hamida), Michael Pitt (John McKenzie) - Production  : La Caméra Deluxe, Maje Productions, Single Man Productions 22.30 Le documentaire culturel Russie – Révolutions et révoltes Le manuscrit sauvé du KGB « Vie et destin » de Vassili Grossman La bouleversante histoire d’un écrivain, Vassili Grossman, et de son roman Vie et destin, l’une des charges les plus violentes jamais portées contre le régime stalinien. C’est l’histoire d’un manuscrit qui a fait trembler le Kremlin. Un livre « arrêté » en octobre 1961, au petit matin, et enfermé dans les sous-sols de la Loubianka, le siège du KGB. « Pourquoi ajouterions-nous votre livre aux bombes que nos ennemis préparent contre nous ? », avait écrit Mikhaïl Souslov, l’éminence grise de Staline, à Vassili Grossman qui plaidait la cause de son livre. Sauvé de la disparition grâce au courage d’un réseau de dissidents, parmi lesquels le physicien Andreï Sakharov et l’écrivain Vladimir Voïnovitch, Vie et destin ne paraît en France qu’en 1983. Construit sur le modèle de Guerre et paix de Tolstoï, le livre retrace le destin d’une famille pendant la guerre. De Moscou aux ruines de Stalingrad, des ghettos ukrainiens au goulag, c’est une grande épopée russe écrite à hauteur d’hommes, EX NIHILO peuplée de héros ordinaires et de tyrans, de personnages historiques et d’anonymes. Grossman, qui fut longtemps un écrivain zélé au service de la construction de l’homme soviétique, témoigne dans son grand œuvre des heures les plus sombres du stalinisme, marquées par la dékoulakisation ou les grandes purges de 1937. Il expose les rouages de l’implacable machine totalitaire et dénonce la perversion de l’idéal de 1917. En établissant un parallèle entre nazisme et stalinisme, Grossman va plus loin qu’aucun autre écrivain soviétique avant lui. C’est également le roman d’un homme qui a redécouvert sa judéité après l’assassinat de sa mère par les Einsatzgruppen, et qui livre quelques-unes des pages les plus bouleversantes jamais écrites sur l’Holocauste. Documentaire de Priscilla Pizzato (France, 2017, 58mn) - Textes lus par Denis Podalydès, de la Comédie-Française - Coproduction  : ARTE France, Ex Nihilo En partenariat avec
THIERRY VALLETOUX/AGAT FILMS & CIE 23.30 Fiction Russie – Révolutions et révoltes Oblomov Guillaume Gallienne incarne et transpose à l’écran un spectacle onirique et enchanteur inspiré par le chef-d’œuvre de Gontcharov, interprété avec maestria par la troupe de la Comédie-Française. Au milieu de son cinéma mental en ruine, Oblomov ne vit qu’à l’horizontale. Accroché à sa méridienne, il passe ses journées en robe de chambre à donner ses lettres de noblesse à la paresse. Oblomov rêve sans fin de son domaine d’Oblomovka, le paradis perdu de sa jeunesse. Écrasé par la perspective d’un déménagement et tourmenté par les revenus en chute libre de son fermage, il voit son fragile confort vaciller avec le retour de Stolz, son ami d’enfance, voyageur et infatigable travailleur, et surtout avec la passion qu’éveille en lui la jeune Olga, dont l’interprétation du « Casta diva » de Norma, l’opéra de Bellini, l’a envoûté... SE FAIRE DES FILMS Un vieux cinéma abandonné devient le cadre des errements du velléitaire Ilia Ilitch Oblomov, incarnation russe du renoncement et de l’aquoibonisme. Rivé au velours usé de son divan, ce nobliau « monté » à Saint-Pétersbourg passe son temps à dormir, à rêvasser ou à se lamenter. Face à lui, un écran sur lequel il « se fait des films » et se projette dans les chefs-d’œuvre intemporels du cinéma russe, signés Bondartchouk, Tarkovski, Mikhalkov (Quelques jours de la vie d’Oblomov) ou Sokourov. Pour la collection « Théâtre » d’ARTE, Guillaume Gallienne adapte le spectacle monté par la Comédie-Française et inspiré du volumineux roman de Gontcharov dans lequel, déjà, il incarnait magnifiquement le rôle-titre. Jouant de l’imaginaire de son antre, à la fois chambre, théâtre et cinéma, il en appelle à nos sens pour donner corps à une réflexion profonde sur l’essence de nos vies, consumées pareillement par le feu ou la glace. Avec gourmandise et fantaisie, le plus médiatique des sociétaires de la Comédie- Française entraîne ses camarades dans un spectacle onirique et enchanteur. Lire page 6 Téléfilm de Guillaume Gallienne (France, 2016, 1h49mn) - Dans la collection « Théâtre » - Scénario  : Frédérique Moreau et Guillaume Gallienne, d’après la pièce adaptée par Volodia Serre du roman éponyme d’Ivan Gontcharov - Avec  : Yves Gasc (Zakhar Trofimovitch), Céline Samie (Agafia Matveïevna), Guillaume Gallienne (Ilia Ilitch Oblomov), Nicolas Lormeau (Ivan Alexeïevitch Alexeïev), Adeline d’Hermy (Olga Sergueïevna Ilinskaïa), Sébastien Pouderoux (Andreï Ivanovitch Stolz) Coproduction  : ARTE France, Agat Films et Cie, Comédie-Française En partenariat avec TCHIN TCHIN PRODUCTION 1.20 Cinéma La passion de Michelangelo L’histoire vraie d’un jeune Chilien qui fut le protagoniste d’un phénomène d’engouement religieux populaire au début des années 1980. Chili, 1983. Le gouvernement militaire de Pinochet est menacé par les premières manifestations. Le dictateur y répond en organisant une opération destinée à détourner l’attention de l’opinion publique  : il jette son dévolu sur un enfant des rues de 14 ans qui déclare être capable de communiquer avec la Vierge Marie. Des centaines de milliers de pèlerins se rendent alors à Peñablanca, le village où le garçon habite... CHEMIN DE CROIX « Il aura fallu attendre vingt-cinq ans pour que les protagonistes de cette histoire avouent ce qui était en fait évident  : qu’il s’agissait d’une énorme imposture, une façon élaborée de manipuler l’opinion publique. Michelangelo, cet orphelin analphabète qui a maintenu sur des charbons ardents le gouvernement et l’Église, a vécu toute sa vie comme une passion. Sorti de la boue, il a reçu la sainte onction comme prophète et a été encensé par la foule. Mais une fois au paradis, il a péché par luxure et vanité. Et ce fut cette même foule qui l’avait autrefois adulé qui le fit tomber de son piédestal, l’humilia et lui fit porter une lourde croix pour le restant de son existence. Cette histoire absurde et tragique révèle des personnages en quête de reconnaissance et d’affection, capables de tous les renoncements en échange de promesses éblouissantes  : le progrès, le paradis ou la Coupe du monde de football » (Esteban Larraín). Film d’Esteban Larraín (France/Chili, 2012, 1h36mn, VOSTF) - Scénario  : Esteban Larraín, José Román - Avec  : Sebastián Ayala (Miguel Angel/Michelangelo), Patricio Contreras (le père Ruiz-Tagle), Roberto Farías (Modesto) Coproduction  : ARTE France Cinéma, Piranha Films, Tchin Tchin Production, Panache Productions, MC Producciones, Primer Plano Film Group, Röpke Films mercredi 25 octobre ARTE MAG N°43. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 OCTOBRE 2017 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :